Comments on Les ancêtres de Cléopâtre

régis (2014-12-10T08:47:02Z)

Bon, le problème avec les maladies récessives, c'est qu'avec la consanguinité 1/4 des descendants est théoriquement atteint si le gène s'exprime. Mais si la famille est saine, en soi se marier entre proches parents est plutôt une garantie d'avoir des enfants sains. C'est du reste, mais dans une approche empirique, pour cela que les lignées royales pratiquaient l'endogamie: on s'appariait entre "bons". Souvent à juste titre: les affections qui ont atteint puis éteint les Habsbourgs d'Espagne n'étaient pas forcément génétiques… certes Charles II avait une sale gueule, certes son grand-oncle don Carlos, celui que Schiller et Verdi ont rendu célèbre, était moitié frappadingue moitié épileptique et complètement difforme, mais il s'agit de cas plus isolés qu'on ne croit.
Des pratiques endogamiques plus larges, disons, ont favorisé une incidence élevée de maladies génétiques. La maladie de Tay-Sachs, ou idiotie amaurotique, en est un cas d'école: elle était particulièrement fréquente chez les juifs ashkénases. Ennuyeuse: dans sa forme la plus grave, arriération mentale, cécité, et mort dans les premières années… mais d'un autre côté l'endogamie évite la diffusion du gène… Il y a eu également des cas d'hémophilie féminine dans la descendance de couples qui s'étaient connus par la fréquentation de clubs d'hémophiles: Basile, hémophile, sympathise avec Athanase, autre hémophile, qui le présente à sa sœur Eudoxie hétérozygote… Mais là encore, toutes les tares observées chez les enfants naissant dans des populations vivant loin du monde et par conséquent endogamiques ne sont pas génétiques: le tabagisme et l'alcoolisme suffisent largement à en expliquer une bonne partie!

poiuytreza (2014-12-01T18:54:32Z)

C'est un exemple assez effrayant en effet. Cela dit, de la consanguinité est moins rare qu'il n'y paraît (il est de nos jour très facile de faire sa propre généalogie française avec tous les états-civils en ligne, et je me souviens avoir été quelque peu choqué de trouver deux cas de mariages entre cousins protestants parmi mes aïeux d'il y a quelques siècles…).

Toujours dans le thème, tu avais lu je suppose la discussion ici <URL: https://plus.google.com/114134834346472219368/posts/SPaUGj7dVVd > basée sur cet article <URL: http://tedlab.mit.edu/~dr/Papers/Rohde-MRCA-two.pdf >

ooten (2014-12-01T18:51:55Z)

C'est bizarre cette histoire de nez exquis car je trouve de joli un visage dans son ensemble mais pas des parties. Voulait-on dire que le visage de Cléopâtre était joli ou mignon ou alors que c'est seulement son nez qui répondait au canon de la beauté de l'époque ?!

Fred le marin (2014-12-01T14:35:36Z)

Un message qui aurait pu être d'Obélix…

"Ils sont fous ces égyptiens !"

telchar (2014-11-30T22:47:35Z)

Si je lis bien, elle descend *entièrement* du couple Ptolémée V-Cléopâtre I, un siècle et demi et quatre à six générations auparavant. C'est très remarquable !

(ainsi que du couple Ptolémée VIII-Cléopâtre III, un peu plus tard)

On peut se demander si une telle quantité de générations consanguines ne finit pas par purger les allèles récessifs les plus embêtants.

Guego (2014-11-30T08:56:24Z)

La consanguinité a posé des problèmes chez certains pharaons : http://imgur.com/Bn91XBB


You can post a comment using the following fields:
Name or nick (mandatory):
Web site URL (optional):
Email address (optional, will not appear):
Identifier phrase (optional, see below):
Attempt to remember the values above?
The comment itself (mandatory):

Optional message for moderator (hidden to others):

Spam protection: please enter below the following signs in reverse order: d776b8


Recent comments