Comments on Comment sont vraiment les lycées américains ?

Paul Auchon (2013-01-16T01:40:36Z)

@Ruxor, c'est hors-sujet mais je te conseille de regarder Cloud Atlas ! (Des fois que tu n'en n'aurais pas entendu parler :/) L'histoire est un peu trop inutilement compliquée et l'intérêt du film n'est finalement pas évident - je pèse mes mots, mais bon c'est mon avis hein - mais surtout il y a une histoire d'amour homo tout à fait touchante et pas caricaturale donc ça devrait t'intéresser puisque tu te plains de temps en temps que ça n'existe pas assez.

jon (2013-01-15T18:17:14Z)

D'après un article récent du New-York Times, au niveau des étudiants et jeunes professionnels, le concept de The Date semble beaucoup s'estomper <URL: http://www.nytimes.com/2013/01/13/fashion/the-end-of-courtship.html?pagewanted=1&ref=general&src=me >

Pascal (2013-01-15T07:54:53Z)

« De même, je soupçonne que l'homophobie, ou plus généralement le harcèlement de ceux qui ne rentrent pas dans le moule, ne sont pas complètement inventés (ne serait-ce que parce qu'il y a des tentatives POUR Y METTRE FIN ; »

J'ai été déçu que ton lien "pour y mettre fin" ne pointe pas vers "Bowling for Columbine".
Ça m'aurait vraiment fait sourire que tu fus capable d'humour noir inattendu.

Blague à part,
je regrette qu'on ai décrété un blackout sur l'aspect "revanche des homos persécutés" de cette tuerie.
On n'a pas caché la condition d'autiste pour la dernière, ça fera peut être réfléchir les conards qui rejètent et humilient les autistes.
Rien n'aurait plus mieux faire réfléchir les raclures qui persécutent les élèves présumés homos que la crainte de se prendre une rafale d'AK 47 dans la tronche.
On devine bien pourquoi le blackout, c'est pour que ça ne serve pas de prétexte à accroître les persécutions contre les homos. Ils n'ont pas besoin en plus d'être accusés d'être des serial killers en puissance par dessus le marché. Ça se défend à première vue.

Toutefois je ne peux m'empêcher de songer que si chaque lâche persécuteur des lycée, dont tu dresses avec grande perspicacité le portrait infernal, se disait en son for intérieur " Voyons les gars, on a peut être pas trop intérêt à l'humilier celui-là, sinon il est capable de tous nous descendre pour se venger",
ça ne pourrait pas leur faire de mal.

jonas (2013-01-08T20:59:12Z)

Ozy and Millie webcomics (<URL: http://russell2.math.bme.hu/~ambrus/sc/comic/millie/ >) parodies many of these phenomenons of a American school. It has popular kids, bullying, cantine tables, and school sports all as themes.

On a different note, as I don't have much grasp of French, I'm often lazy and give up trying to read the posts about non-technical topics on this blog. But the way you put English glosses next to some of the French words here helps a lot in understanding, whether that was your intention or not. Maybe you should keep doing this and gloss words in future posts too.

SB (2013-01-08T18:35:23Z)

On trouve aussi des films dont le titre "français" est en anglais alors que le titre original ne l'est pas (_Salmer fra Kjøkkenet_ -> _Kitchen Stories_), et même le nom des personnages peut être "traduit" en anglais dans la version française, ce qui s'expliquerait par le fait que le film a été tout d'abord traduit (y compris les noms propres) en anglais, et que c'est la version en anglais qui a été adaptée pour la France:

http://fr.rec.tv.series.narkive.com/8quUEuzf/traduction-d-un-titre-de-film
https://groups.google.com/forum/?fromgroups=#!search/Krogsh%C3%B8j$20hook/alt.cult-movies/g5fnp6-rGK4/42HsbAuM4gUJ

Groug (2013-01-08T09:29:10Z)

Il y a une discussion à ce sujet sur MetaFilter (signalée là <URL/ http://anniceris.blogspot.fr/2012/07/le-lycee-comme-cadre-de-fiction-pre.html>). Un commentaire <URL: http://ask.metafilter.com/220286/Jocks-Nerds-and-Rebels-tm#3183207> est particulièrement intéressant : en gros, le lycée et ses comportements codifiées offrent un cadre adapté à la fiction, et en particulier à l'adaptation d'oeuvres datant d'une époque où la société était beaucoup plus figée que maintenant (et la comparaison avec la cour de Louis XIV n'est pas anodine).

Nick (2013-01-08T00:55:13Z)

Sont-ce vraiment les traducteurs, d'ailleurs ? Ces écarts sont tellement étranges (surtout quand la traduction est elle-même irréprochable, ce qui arrive) que j'en viens à penser que de même que ce n'est pas le journaliste mais le rédacteur qui choisit le titre des articles (sauf chez Libération où tout porte à croire que cette tâche est réservée à des maniaques spécialement entraînés), ce n'est sans doute pas le traducteur mais un commercial plus haut dans la hiérarchie (un producteur ?) qui choisit le titre pour accrocher le client.

Jacques Sélère (2013-01-08T00:46:02Z)

@Typhon. Vous avez gâché ma journée en me faisant comprendre que j'étais passé à côté de ce texte essentiel, qui date pourtant de 2003. Je vous en remercie chaleureusement.
Pour le reste, je n'ai pas grand chose à ajouter, si ce n'est un fait récent qui m'a frappé, au sujet des lycées publics américains, tout du moins dans les états du sud. Il y a actuellement des tentatives désespérées pour prévenir, et si possible limiter le bullying. C'est tellement désordonné et, je suppose, peu efficace, que ça en devient délirant. C'est vraiment très récent (6 mois au plus), et je n'en connais pas la cause exacte. J'ai dû rater un épisode.

Ruxor (2013-01-07T23:48:41Z)

@Arthur Milchior: Je ne sais pas pourquoi les traducteurs s'amusent à changer les titres en traduisant, mais ce n'est clairement pas limité à la traduction anglais→français, ni au cinéma. Les traductions français→anglais sont tout aussi bizarres, sauf qu'évidemment comme les Américains ne vont voir que des films américains, il n'y a pas beaucoup d'exemples dans ce sens-là dans le domaine du cinéma. Un truc encore plus bizarre, en revanche, c'est que le titre « français » est souvent… en anglais, que ce soit pour un film en français ou pour un film en anglais (et il peut alors être différent du titre original : par exemple *The Man Who Wasn't There* des frères Coen a été traduit en français comme *The Barber*).

Arthur Milchior (2013-01-07T23:18:04Z)

Je vais rejoindre l'ami Typhon en donnant moi aussi un lien: <URL: http://exnihiloneil.blogspot.fr/2012/09/le-critique-nostalgique.html> qui est en rapport avec le début du billet.
Tout ça pour montrer par l'exemple que ce n'est pas simplement "moins poétique", mais que c'est un problème général de traduction de titre en France.

Ruxor (2013-01-07T22:35:22Z)

@Typhon: Merci pour ce lien, qui est très intéressant (et qui confirme assez bien ce que je pensais). J'aime beaucoup, notamment, la comparaison avec la cour de Louis XIV : ça change à la fois ma vision de la cour du roi et du lycée américain. :-)

Typhon (2013-01-07T20:29:23Z)

Si j'en crois le témoignage de Paul Graham sur la question, tout ce qui a trait à la popularité et à la quasi-persécution de ceux qui ne se plient pas à ce petit jeu est globalement vrai <URL: http://paulgraham.com/nerds.html>.

Même s'il y a nécessairement une bonne part de caricature, et que certains clichés ont tendance à être amplifiés par les séries et les films à s'auto-perpétuer, j'ai la nette impression que ce qu'on peut voir, par exemple, dans une série comme Daria, reflète assez bien, malgré tout, ce qui se passe dans un lycée public américain.

Typhon


You can post a comment using the following fields:
Name or nick (mandatory):
Web site URL (optional):
Email address (optional, will not appear):
Identifier phrase (optional, see below):
Attempt to remember the values above?
The comment itself (mandatory):

Optional message for moderator (hidden to others):

Spam protection: please enter below the following signs in reverse order: 34cbda


Recent comments