Comments on Le français que je parle

Vicnent (2012-09-21T21:30:05Z)

<URL: http://www.vicnent.info/blog/index.php?2012/09/21/1399-les-etendues-de-langue />

Voleur de titre… :-)

(je te jure que sur le coup, ça m'a vraiment choqué…)

Vicnent (2012-09-21T20:42:49Z)

<URL: http://www.academie-francaise.fr/la-langue-francaise/questions-de-langue#16_strong-em-au-temps-pour-moi-em-strong />

Geronimo (2012-09-04T09:50:45Z)

Pas d'accord pour "canonique": c'est un mot religieux avant d'être mathématique.

Pas d'accord non plus pour "modulo". On ne l'utilise pas dans le sens d'"à peu près". Un exemple typique d'utilisation est: je vais faire Paris-Marseille en voiture, ça va me prendre 10 heures modulo les pauses café".

Autrement dit "aux pauses café près", d'où l'intérêt de "modulo" qui est plus simple.

W (2012-08-17T17:43:12Z)

@Ou souvenir d'enfance…: On est d'accord.

Ou souvenir d'enfance… (2012-08-17T15:21:19Z)

En réponse à W :
Ah ? C'est rigolo, mais je n'ai pas du tout le même sens pour « geek » : pour moi, le mot est plus proche de « passionné » (et pas forcément d'informatique : on peut être geek en histoire, non ? :-⁰). Bon, je pense que « technophile » reste le sens le plus couramment utilisé, c'est vrai.
Comme quoi, il faut faire attention avec ces mots de français++. ☺

J'aime beaucoup cette tentative de régularisation anarchique de la langue française : la langue « naturelle » qu'est le français augmente son expressivité (mais pas sa précision comme le montre l'exemple du mot « geek ») et son anarchie avec le temps ^^ On en vient à regretter l'Académie française qui met un frein à cette évolution.

Et sinon, quitte à faire des néologismes, pourquoi ne pas utiliser les particules des langues agglutinantes (je pense à l'Espéranto ou l'Ido, mais on peut en prendre une autre) pour former des mots difficilement compréhensibles pour ceux qui ne connaîtraient pas la référence, certes, mais tellement jolis… Qui accepterait « ĉefgeekiĝer » pour « travailler activement pour qu'une personne ou une chose donnée (cf. COD du verbe) devienne un “gourou” geek » ?
OK, je m'arrête, ça devient trop le délire…

Martin.

P.S. : « canonique » et « modulo », ça n'est pas français, c'est vrai ? ^^

ontheotherside (2012-08-15T19:00:43Z)

Le vocabulaire que l'on emploie reflete egalement nos origines, et notre appartenance actuelle a une culture particuliere (celle des geeks dans de nombreux exemples cites en commentaire). Dans le meme ordre d'idees, un article paru recemment sur ce que signifie "parler blanc" aux Etats-Unis : http://www.huffingtonpost.com/keli-goff/does-president-obama-spea_b_1751110.html

😐 (2012-08-14T19:52:22Z)

Je suis pas sûr qu'epsilonesque soit si transparent pour οἱ πολλοί. Et il n'est pas dans mon édition électronique du Grand Robert. Ce qui ressemble le plus est « — Math. Symbole d'une quantité infinitésimale que l'on fait tendre vers zéro. » sous le mot-vedette « epsilon. »

PS : je comprends que l'entrée sur les octonions ait dépassé le महाभारत et que sa publication soit sans cesse retardée. Mais par pitié, parle-nous de maths, n'importe quoi ! Je suis en manque ! Même quelques brèves, du genre « j'ai découvert le théorème de Weinberger sur les anneaux de nombres euclidiens, c'est ouf, non ? » [avec un autre exemple, j'imagine que tu as appris ce théorème précis il y a déjà 20 ans]

Ruxor (2012-08-14T11:24:13Z)

Epsilonesque et n-ième/énième, il me semble que c'est vraiment passé dans le vocabulaire courant (pas seulement des matheux, je veux dire). Je crois notamment me rappeler qu'ils sont dans le Petit Robert.

Non_Anonyme (2012-08-14T07:52:56Z)

Ma liste de mots matheux ayant contaminé le français est la même que la tienne, avec en bonus : canonique, trivial, tautologique, epsilonesque, énième et n-plus-unième.

N (2012-08-12T15:18:41Z)

Je passe beaucoup de temps à rencontrer des inconnus, et parfois à vivre chez des inconnus, cet été. Conclusion sur le sujet : chaque famille, chacun, a un répertoire personnel parfois gigantesque de petites allusions, de nouveaux vocabulaires…

Finalement, savoir parler une langue dans la rue, c'est être capable d'apprendre toutes ces petites nouvelles choses très vite. Savoir parler une langue derrière un PC, c'est différent, peut-être…

En tout cas, ce qui me déçoit personnellement, c'est que les gens sont régulièrement prêts à utiliser un nouveau mot, mais rarement une nouvelle façon de parler. Les gens maquillent rarement leur voix, et il y a une grande convergence dans la musique de la voix, dans le ton, l'accent, et tout ce qui n'est pas (généralement) écrit sur une feuille de papier, modulo les écritures de musiciens.

Imohtep (2012-08-10T16:47:10Z)

En ce qui me concerne, j'utilise assez souvent le mot "trivial" pour désigner quelque chose d'évident, mais a priori, l'usage de ce mot n'apparaît pas si trivial que ça pour un grand nombre de personnes que j'ai pu croisées ;-)

Jacques Sélère (2012-08-09T18:35:14Z)

Merci Michel, je vois que tu as retenu la leçon. Dommage que "Droit de réponse" ait été sabordé par cette télé de M…

Ruxor (2012-08-09T16:36:34Z)

@RR: Ah oui, bonne remarque le « canonique », c'est effectivement un mot dont j'use et j'abuse et qui doit sembler vraiment bizarre pour les non-initiés.

RR (2012-08-09T14:21:23Z)

Dans mes dadas : le pluriel des noms composés sur le modèle "un casse-noisettes, des cassent-noisettes".

Et un autre mot mathématique dont on ne peut plus se passer une fois goûté : "canonique".

Camille (2012-08-08T21:06:16Z)

Parmi les autres mots pratiques : localement (en temps, en espace ou autre). Je ne sais pas trop si c'est parlant pour les non initiés.

Michel Polac (2012-08-08T18:00:32Z)

@ Jacques Sélère : Au lieu de "tord", ça ne serait pas plutôt "tort" ?

Gauvain (2012-08-08T12:51:15Z)

Mon subjonctif futur à moi ne se conjugue pas comme le vôtre. Il me semble morphologiquement plus logique d'établir son paradigme à partir de celui du subjonctif imparfait, car au moins pour les personnes du singuliers, le futur simple est identique au passé simple des verbes du premier groupe, "modulo" le morphème de futur -(e)r-.

Donc : il faudra que je mangerasse, que tu mangerasses, qu'il mangerât, que nous mangerassions, que vous mangerassiez, qu'ils mangerassent.

Jacques Sélère (2012-08-07T23:45:28Z)

Michel Polac (RIP) racontait qu'une des grosses hontes de sa vie était d'avoir réprimandé un écrivain pour avoir écrit "métempsycose". Et le problème, quand on passe à la télé, c'est que c'est enregistré… Ce Polac, que je n'appréciais pas particulièrement, a eu au moins cette influence sur moi: en général, j'évite de dire à quelqu'un qu'il a tord, en passant par une sorte de double négation logiquement équivalente: "Au lieu de 2+2=5, ça ne serait pas plutôt 2+2=4?". Ça rend le discours nettement plus lourd, mais, peut-être, plus civilisé. À part ça, vivent les vacances, ou vive les vacances, au choix (mais je préfère de beaucoup la première variante).

Name or nick (mandatory) (2012-08-07T23:00:22Z)

Par ailleurs, « les gens qui insistent obstinément sur le "au temps pour moi" » ils ont une référence un poil sérieuse ou pas ? Ils ont une autre explication pittoresque et incroyable pour le “So much for that idea.” anglais ?

Subbak (2012-08-07T21:32:40Z)

Natacha: J'ai une amie qui utilise régulièrement "au taon pour moi" et "OTAN pour moi", dans le même registre.

Name or nick (mandatory) (2012-08-07T20:27:24Z)

Je suis étonné que le mot « idiolecte » n'ait pas réussi à se frayer un chemin dans cette note.

« Isomorphe » c'est indiscutablement un mot dont on ne peut plus se passer une fois qu'on l'a utilisé. Je trouve l'utilisation généralisée de « modulo » par les matheux plus étonnante : après tout « à … près » n'est pas plus long, veut souvent dire très exactement ce que l'on cherche à dire et est compris par plus de personnes. On n'est pas très loin du code-switching…

Tu le conjugues comment, le subjonctif futur ? Rajoutes-tu également un impératif futur ?

Tu pourrais également rajouter un « futur très lointain » à la « j'écririrai une note sur les octonions. » :-)

@Natacha: : « autamps pour moi » est excellent.

W (2012-08-07T18:41:12Z)

Tiens?, j'aurais plutôt dit "technophile" pour l'emploi courant de "geek" en français (ce qui n'est certes pas plus satisfaisant).

Fred le marin (2012-08-07T16:44:53Z)

En tant que schizophrène au long cours, je parle un pico-dialecte intérieur parfois étrange.
Il sert (je le suppose) à canaliser une forme de haine (ou du moins des tensions cérébrales très gênantes).
Je ne vais pas trop entrer dans les détails, mais les termes reprennent parfois des bribes de mots anglo-saxons (et pourquoi donc ?).
D'autres sont inventés : il y a le "chiarz" et le sublime "zir", voire le "pit".
Parfois, il y a même des intonations chinoises : j'invoque ainsi le petit "yi" et le grand "Yi" (autant dire que celui-ci est effroyable lorsque la sincérité *prolongée* y est).
Le système nerveux central : tout un poème !
Mais plus j'y pense, plus cela vient que la tête uniquement : comme une explosion chimique globale.
Sinon la double/triple pensée existe, et l'on appelle volontiers cela l'hypocrisie dans le cas classique.
Ouf !

Natacha (2012-08-07T16:17:16Z)

Je me suis aussi amusée quelques fois à l'introspection de mon dialecte personnel, avec des conclusions similaires malgré de grandes différences sur les détails concrets.

J'ai tendance à utiliser « autamps pour moi », parce que j'aime beaucoup la théorie du compromis façon XKCD <URL:http://xkcd.com/690/> (et avec un succès prévisiblement similaire).


You can post a comment using the following fields:
Name or nick (mandatory):
Web site URL (optional):
Email address (optional, will not appear):
Identifier phrase (optional, see below):
Attempt to remember the values above?
The comment itself (mandatory):

Optional message for moderator (hidden to others):

Spam protection: please enter below the following signs in reverse order: f8b408


Recent comments