Comments on De l'usage des temps grammaticaux

Latinophile (2011-09-27T22:03:36Z)

Je commente ici parce que c'est ici que tu parles de la forme « vader + inf. » mais techniquement ça se rapporte plus à tes interrogations de communication transromane du billet d'avant.

Aujourd'hui, je demande à un ami italien si son colloc passera au labo aujourd'hui. Puisque je ne sais pas conjuguer les verbes italiens au futur, je demande « Andiamo a vedere Michele oggi? » J'imagine que c'est du mauvais italien pour un milliard de raisons, mais je vais insister sur une, qui a vraiment empêché la compréhension de ma question : en italien, visiblement, la forme calque du français et de l'interlingua « andare a inf. » n'a pas un sens de futur proche. Elle veut vraiment dire qu'il y a mouvement pour effectuer l'action. Je peux dire « Andiamo a mangiare! » avant d'aller à la cantine, pas parce que c'est dans le futur proche, mais parce qu'effectivement il faut y aller.

Bref, mon ami a compris que contrairement à lui, je savais où était Michele, qu'il donnait un séminaire ou quelque chose du genre, et que je lui proposais d'aller le voir. Il a fallu l'intervention d'un autre francophone meilleur en italien pour que le quiproquo soit résolu. Et peut-être que « Vedremo Michele oggi? » est aussi du mauvais italien, mais là, j'aurais été compris.

E non ho altro da dire su questa faccenda.

N (2011-09-26T12:37:09Z)

Ruxor > Moi, j'ai songé que la croix (la dague ?) signifiant "Ceci est une forme vieillotte utilisée en 1438, mais aujourd'hui elle n'existe plus."

FX (2011-09-26T09:57:40Z)

Tu devrais aller voir par là : <a href="http://linguistics.stackexchange.com/">linguistics.stackexchange.com</a>

Ruxor (2011-09-25T15:45:37Z)

jonas → Yeah, it's unusual, but I thought it was logical to point out something even more incorrect than the asterisk. :-)

jonas (2011-09-25T14:55:39Z)

Ruxor: ah, I see. I guess I've seen the asterisk used that way, but never the dagger.

Ruxor (2011-09-24T20:45:13Z)

jonas → They aren't footnote signs, merely markers indicating that the following quoted sentence is not idiomatically or grammatically correct.

jonas (2011-09-24T13:40:11Z)

You have some footnote signs in this post, but I can't see the footnotes they refer to.

Livius (2011-09-24T12:41:48Z)

La forme "il eût parlé" est un subjonctif plus-que-parfait qui s'emploie comme variante du conditionnel passé première forme, bien qu'on en fasse abusivement un mode et un temps distincts en lui donnant traditionnellement le nom de conditionnel passé deuxième forme dans les tableaux de conjugaison. Cette forme composée a donc un temps simple: le subjonctif imparfait, qui lui aussi a pu servir de variante au conditionnel présent. Cela reste visible dans des tournures comme "ne serait-ce qu'une fois ou deux" / "ne fût-ce qu'une fois ou deux".

Régis (2011-09-24T07:23:23Z)

Ruxor, tu fais bon marché des temps surcomposés, en particulier du passé, un rien désuet mais utilisé par oral pour renvoyer à un passé déjà lointain et éviter le passé simple à ceux qui le jugent pédant… et ceux qui le conjuguent mal. On peut le trouver alambiqué, périphrastique, voire patoisant, mais il dit des trucs que seuls un complément circonstanciel ou une proposition exprimeraient. Du style: cette poutrône de Marie-Sophie a eu habité à la Guille, mais dès que son mari a eu gagné des pécuniaux, ils se sont installés boulevard des Belges (AUTREFOIS cette pouffiasse de MS habitait à la Guilllotière, mais IL Y A BELLE LURETTE QUE son mari a gagné de l'argent et qu'ils […])
Je repasse dans un moment pour discuter des langues artificielles en général.


You can post a comment using the following fields:
Name or nick (mandatory):
Web site URL (optional):
Email address (optional, will not appear):
Identifier phrase (optional, see below):
Attempt to remember the values above?
The comment itself (mandatory):

Optional message for moderator (hidden to others):

Spam protection: please enter below the following signs in reverse order: 550136


Recent comments