Comments on Comment fait-on pour s'y retrouver dans l'Histoire ?

SB (2011-05-30T14:57:09Z)

"je ne sais jamais qui de Lancastre et d'York est la rose rouge et qui est la rose blanche"

Pour ce genre de chose, on peut utilier des procédéd mnémotechniques. Si Lancastre avait eu la blanche, il aurait été facile de voir qu'on trouve les sons [lã] dans "blanc" comme dans "Lancastre". Mais comme Lancastre est rouge, je vois seulement l'association rouge -> sang -> [ã] -> Lancastre. Il y a peut-être des procédés mnémotechniques (par association de sons, d'idées ou d'images) à trouver pour les autres choses dont vous voulez vous souvenir (il existe des tonnes de livres et de sites web consacrés au sujet, en particulier pour se souvenir des suites de chiffres ou pour apprendre des cours de médecine).

Cargo du Mystère (2011-05-26T06:26:19Z)

Que penses-tu, même si tu ne l'as pas fini, du Cimetière de Prague? Je me demandais justement si je devais l'acheter.

N (2011-05-25T21:58:22Z)

Quand j'étais jeune (ou plus petit, comme tu aimes bien le dire), j'ai passé environ 3 ans à confondre régulièrement Brahms, Schubert et Schumann, et il n'y avait aucune raison, puisque j'étudiais régulièrement des pièces écrites par l'un et l'autre.

Et un jour, je suis tombé sur un livre pour enfants qui expliquait que Brahms était blond quand il était adolescent. Je ne sais pas pourquoi, ça a complètement changé ma mémoire, et il me suffit désormais de me souvenir de ce fait anodin pour tout remettre en ordre.

En fait, je pense que si on se trompe, c'est qu'on veut croire que «tout se vaut» (et en un sens, on a raison, dans une certaine courte mesure, celle où on peut confondre Schumann et Schubert sans rien provoquer de grave), et puis un jour, il y a quelque chose qui se passe, et notre cerveau crée les cases adaptées.

Malebranche propose une métaphore marrante pour nourrir cette idée : notre cerveau serait une grande étendue avec des sillons creusées par les idées. Plus on est vieux, plus il y a d'idées, plus l'étendue est difficile à creuser (et alors on en vient à faire passer les idées nouvelles dans les sillons déjà creusés, mais c'est un autre débat.)

Étienne (2011-05-25T12:34:39Z)

Première technique : la répétition. À force de réapprendre, ça finira par rentrer.

Deuxième technique : le point d'appui. Comme toi je préfère apprendre les grands mouvements. Mais cela aide de lire en détail la bio d'un (et un seul, surtout) des acteurs. Cela donne ensuite un point d'appui qu'on se rappelle par les détails et anecdotes.

tartaglia (2011-05-25T10:33:03Z)

David, pour les défenestrations de Prague, tu penses à la Société Française de Production (SFP): elles se terminent:
- dans le sang;
- dans le fumier;
- sur le pavé.
Pour l'anatomie des bronches et des vaisseaux pulmonaires, c'est pareil.


You can post a comment using the following fields:
Name or nick (mandatory):
Web site URL (optional):
Email address (optional, will not appear):
Identifier phrase (optional, see below):
Attempt to remember the values above?
The comment itself (mandatory):

Optional message for moderator (hidden to others):

Spam protection: please enter below the following signs in reverse order: a7fb99


Recent comments