Comments on Le petit rituel des séminaires

Arnaud Spiwack (2010-11-10T09:49:50Z)

@Ayman:
(3 jours plus tard) Ma remarque était que de nos jours, on arrive le plus souvent à un exposé en ayant lu un abstract du talk, et en sachant plus ou moins qui est l'invité, car les emails permettent des annonces riches. D'une certaine façon elles peuvent se substituer à une présentation au début de l'exposé.

Sinon, ça va, mais si on se connaît, je n'ai pas reconnu ton pseudo (je veux bien savoir qui se cache derrière, mais par email, ici n'est pas un lieu pour ça).

SB (2010-11-09T17:35:34Z)

"En allemagne, on n'applaudit pas, on cogne la table avec l'articulation des doigts (la main étant repliée en poing)"

Amusant, j'ai vu la même chose dans un film (ou téléfilm) sur l'Irak (ceux qui applaudissaient, ou cognaient, étaient des généraux ou des colalborateurs de Saddam Hussein)?

ش (2010-11-09T16:51:55Z)

Quelques remarques :

1. la méthode allemande a un avantage (dont on m'a dit qu'il en était même la raison d'être), c'est qu'il n'utilise qu'une main, et qu'on peut donc terminer au besoin de prendre des notes. C'est d'autant plus appréciable que les Allemands, si j'ai bien compris, « applaudissent » aussi à la fin de leurs cours.

2. Je suis d'accord avec Colliot-Thélène ou toi pour dire que l'applaudissement est quelque chose d'un peu grotesque, mais il a un avantage théâtral certain : c'est une fin nette, qu'il est difficile d'ignorer. Cela évite des zones grises assez inconfortables ou l'orateur ne termine jamais sa phrase. Un rideau qui tombe ou une trappe qui s'ouvre sous les pieds du conférencier auraient un effet similaire, mais coûteraient plus cher.

3. Je suis entièrement d'accord pour dire que cette phrase d'introduction obligatoire n'a pas de sens. L'origine semble claire (et a déjà été exposée dans un précédent commentaire) : normalement, quelqu'un est censé présenter pour de vrai l'orateur, et les rares fois où ça arrive, c'est effectivement agréable, mais cela serait difficile à faire dans tous les cas, donc on laisse tomber.

4. Un des trucs les plus désagréables sur le rôle dont tu parles est qu'il n'a pas vraiment de nom en français. Les gens que je connais disent tous « chairman, » ce qui est mal. Ta traduction est bonne, mais j'essaie quant à moi d'utiliser celle « d'arbitre de chaise » qui est parfaitement grotesque mais qui a pour elle d'accentuer le côté un peu ridicule de la chose.

DM (2010-11-09T06:32:23Z)

Dans les conférences d'informatiques, le MC s'appelle "session chair". Outre l'aspect cérémoniel un peu inutile que tu soulignes, son rôle consiste à:
* indiquer au conférencier quand il lui reste 5 minutes (ou autres durées) et le couper poliment à la fin s'il prend trop de temps
* poser des questions, notamment si personne dans la salle n'en pose, car il est très impoli de laisser un conférencier sans question (encore du décorum…).

Le deuxième point est parfois difficile. J'ai été mis session chair sur des sujets sur lesquels je ne connaissais pas grand chose, très spécialisés (il suffit de voir la bibliographie des articles)… c'est un grand moment de solitude.

Ayman (2010-11-07T07:44:32Z)

@ Arnaud Spiwack : Je ne comprends pas ta dernière phrase. L'existence de livres ne rend pas superflue l'enseignement à ce que je sache ! Je ne vois pas comment un progrès technique pourra enlever le bénéfice d'explications orales face à la froideur d'un texte.

Sinon, ça va ? :)

titipukhân (2010-11-06T23:49:48Z)

Merci, je ne suis pas seul. Je me suis fait avoir la première fois: j'ai applaudi, tout en constatant l'effet d'entraînement que le premier à le faire avait sur le reste de l'assemblée. Je n'applaudis plus.

Les exposés vraiment intéressants ont besoin d'une certaine durée, disons au moins une heure pour établir leur contenu, ainsi qu'un temps conséquent pour les questions. Lorsqu'on doit se fader cinq ou six exposés de vingt minutes (+ 5mn de questions surtout pas plus) dans la matinée, ils échappent rarement à l'effet saupoudrage, d'autant plus accentué que le MC nous fait comprendre que finalement, on n'aura pas le temps pour les questions, ou alors vraiment très vite et pas plus d'une, parce que là on est vraiment à la bourre. Ah le petit rituel du retard!

Il y a aussi le petit rituel externe et informel: le petit déj offert avant la première intervention du matin, parfois la distribution des petits cadeaux, éventuellement le buffet à midi, le petit goûter. Ah les petits gâteaux!

Fork (2010-11-06T18:14:41Z)

Ce rituel semble avoir au moins sélectivement transpiré vers l'info ; les choses se passent de la même façon aux séminaires d'info de de l'ENS à Rennes (par contre j'avais cru comprendre que ceux de Lyon étaient plus informels, mais je ne sais pas ce qu'il en est réellement). A noter tout de même que chez nous le maître de cérémonie demande à l'orateur de se présenter rapidement, ce qui rejoint un peu la remarque d'Arnaud Spiwack…

Arnaud Spiwack (2010-11-06T10:41:27Z)

J'ai toujours eu l'impression, pour ma part, que ce rituel était dû à une forme de paresse. Normalement, le job du MC à ce moment là est de présenter l'exposant (typiquement d'où il vient, de qui est-il étudiant pour les plus jeunes, avec quels autres personne travaille-t-il si il est moins jeune, si il est dans le coin pour longtemps, etc…) et de dire quelques mots sur le sujet de l'exposé (une sorte d'abstract, et éventuellement le contexte quand il n'est pas évident pour l'intégralité de l'audience). Les MC prennent leur boulot à cœur, et donc désire faire quelques mots introductifs, mais pas suffisamment pour préparer un petit speech (dans une conférence, la plupart des MC n'en savent de toute façon pas assez sur l'exposé ou l'exposant pour faire une présentation raisonnable, sans parler de la limite de temps). On peut supposer que, le nombre des séminaires augmentant, c'est par ailleurs de plus en plus difficile de faire quelque chose de raisonnable.

Les traditions changent lentement. Avec les annonces par e-mail et les transparents, on peut considérer que toute présentation est de toute façon superflue. Mais on sera peut-être tous mort avant que ce soit établi.

gilda (2010-11-06T06:43:40Z)

Ça me fait plaisir de n'être pas la seule à ne pas apprécier le formalisme désuet de certaines choses, surtout quand ça leur donne un côté infantilisant.
Je m'étais déjà fait la remarque au sujet des applaudissements, et c'est vrai qu'une fois qu'on y a pensé une fois …
En même temps une foule qui cogne ses phalanges sur les tables ça ne doit pas être excessivement moins ridicule.


You can post a comment using the following fields:
Name or nick (mandatory):
Web site URL (optional):
Email address (optional, will not appear):
Identifier phrase (optional, see below):
Attempt to remember the values above?
The comment itself (mandatory):

Optional message for moderator (hidden to others):

Spam protection: please enter below the following signs in reverse order: 7888b5


Recent comments