Comments on Fragment littéraire gratuit #132 (une voix dans le noir)

Gelsominq (2010-06-26T09:00:22Z)

C'est vrai que c'est trop facile de faire intervenir la mort qui de plus est masculine dans l'imaginaire nordique et anglo-saxon. Autre hypothèse encore plus platement banale. David écrit un billet sur les extraterrestres 15 jours avant. Ce qui le conduit tout simplement à imaginer une rencontre du cinquième type (on l'a tous fait, hommes ou femmes) en remplaçant l'atmosphère aseptisée qu'on attendrait par quelques violons…

Fred le marin (2010-06-25T17:22:50Z)

Il s'agit d'une voix de synthèse dont le seul but est de nous laisser dormir.

Le Dormeur doit se réveiller (tranquillement)!

Gelsomina (2010-06-25T08:38:41Z)

le souvenir qui me vient en premier en te lisant, c'est le texte de cette chanson de Barbara :

Qui est cette femme qui marche dans les rues,
Où va-t-elle,
Dans la nuit brouillard où souffle un hiver glacé,
Que fait-elle?
Cachée par un grand foulard de soie,
A peine si l'on aperçoit la forme de son visage,
La ville est un désert blanc,
Qu'elle traverse comme une ombre,
Irréelle,

Qui est cette femme qui marche dans les rues,
Qui est-elle?
A quel rendez-vous d'amour mystérieux,
Se rend-elle?
Elle vient d'entrer dessous un porche,
Et lentement, prend l'escalier,
Où va-t-elle?
Une porte s'est ouverte,
Elle est entrée sans frapper,
Devant elle,

Sur un grand lit, un homme est couché,
Il lui dit "je t'attendrais",
Ma cruelle,
Dans la chambre où rien ne bouge,
Elle a tiré les rideaux,
Sur un coussin de soie rouge,
Elle a posé son manteau,
Et belle comme une épousée,
Dans sa longue robe blanche,
En dentelle,
Elle s'est penchée sur lui, qui semblait émerveillé,
Que dit-elle?

Elle a reprit l'escalier, elle est ressortit dans les rues,
Où va cette femme, en dentelles?
Qui est cette femme?
Elle est belle,
C'est la dernière épousée,
Celle qui vient sans qu'on l'appelle,
La fidèle,
C'est l'épouse de la dernière heure,
Celle qui vient lorsque l'on pleure,
La cruelle,

C'est la mort, la mort qui marche dans les rues,
Méfie-toi,
Referme bien tes fenêtres,
Que jamais, elle ne pénètre chez toi,
Cette femme, c'est la mort,
La mort, la mort, la mort, la mort…

delek (2010-06-21T17:22:08Z)

Etrange silence que cette absence de commentaire: trop d'ambiguité, de polysémie, entre attente de la mort ou de la petite mort ou autre??


You can post a comment using the following fields:
Name or nick (mandatory):
Web site URL (optional):
Email address (optional, will not appear):
Identifier phrase (optional, see below):
Attempt to remember the values above?
The comment itself (mandatory):

Optional message for moderator (hidden to others):

Spam protection: please enter below the following signs in reverse order: 0c4329


Recent comments