Comments on Librairie d'odeurs, et autres choses merveilleuses

tartaglia (2010-02-12T21:25:10Z)

quand j'ai avalé de la colle Cléopâtre, il se faisait en France 300000 appendictectomies par an. Tout était prétexte à fendre la caisse aux gosses. J'ai résisté… à juste titre. Mais je suis passé depuis à plusieurs reprises sur le billard sans qu'on me dise si "au passage" on ne m'avait pas retiré l'appendice. Réponse après mon autopsie!

Tuk' (2010-02-10T07:53:25Z)

Ah la librarie d'odeurs, ça a l'air vraiment pas mal… je vais peut-être me commander un ou deux parfums pour voir !

Sinon, dans la même veine que la colle cléopâtre, tu peux trouver toutes sortes d'objets cultes, nourriture culte, etc. des années 80 ici : http://therealscandy.free.fr/culte/index.htm

Sinon, je suis très intéressé par ton retour sur les bonbons magiques :-)

tartaglia (2010-02-09T10:02:12Z)

il y a un site marchand sur la colle Cléopâtre, c'est qu'elle doit encore se vendre comme des petits pains… Chiche qu'on y goûte?

Raleur (2010-02-08T12:49:56Z)

La colle Cléopâtre fait partie de la culture commune de quelques générations ! L'odeur innoubliable grâce à laquelle je reconnais maintenant l'amande, le baton qui se cassait rapidement, le plaisir d'avoir un pot tout neuf contenant de la colle fraîche et non séchée, le plaisir de dessiner sur le dessus du couvercle pour faire ressortir le dessin en relief…

Je ne sais pas s'il y a toujours ces colles à l'école ni, plus généralement, sur quelle période elles ont été utilisées. Quelqu'un a des informations ? Curieusement, il n'y a pas de page sur le sujet sur wikipedia (enfin, j'ai cherché très rapidement).

zorg (2010-02-07T11:12:43Z)

Je confirme. Dans mon école primaire -il y a de très nombreuses années- une fille avait avalé de la colle Cléopâtre. On était alors horrifié de l'avoir vue faire ce geste très naturel comme si elle dégustait un petit pot de glace.
Récemment, en faisant la vaisselle avec le "Liquide vaisselle écologique à l'amande" de l'Arbre Vert, toutes ces souvenirs de primaire sont revenues de plein fouet dans mon cerveau.
Dans le genre omnivore, ma sœur s'engouffrait la paraffine des bougies. Restait plus que la mèche.

tartaglia (2010-02-06T12:50:06Z)

Mais la colle Cléopâtre, j'en ai mangé, figure-toi!un tout petit peu. Cela sentait l'amande mais n'en avait pas le goût. Jusqu'au jour où ma mère m'a pris, vers 6-7 ans, sur le fait et, un peu pour me faire peur, prétendu m'emmener illico aux urgences. J'ai résisté, arguant que j'en avais juste sucé un peu et que j'allais très bien. Enfin, je n'ai pas recommencé.
Je comprends ma mère la pauvre femme: entre 1 an et demi et 2 ans, je suis passé 3 fois aux urgences pour des bêtises qui auraient pu être sérieuses et ont failli valoir à mes parents une enquête des services sociaux:
- l'arcade sourcilière éclatée, ça encore, ça pouvait passer;
- boire le vernis à ongles de maman qui était d'un beau rouge m'a valu un lavage gastrique [au demeurant inutile puisque j'avais tout recraché sur le tapis]
- le plus ambigu c'est quand j'ai mis la main sur le rasoir sabre de mon grand-père et me suis tailladé les doigts avec… Retour aux urgences et savon pour les parents.
Une grande vocation médicale venait de naître…


You can post a comment using the following fields:
Name or nick (mandatory):
Web site URL (optional):
Email address (optional, will not appear):
Identifier phrase (optional, see below):
Attempt to remember the values above?
The comment itself (mandatory):

Optional message for moderator (hidden to others):

Spam protection: please enter below the following signs in reverse order: b4d61c


Recent comments