Comments on Un peu de misogynie ordinaire

Ska (2010-03-10T14:24:51Z)

Ivo et Geo ont touché juste. Ce n'est pas de la misogynie ordinaire, c'est de la médiocrité ordinaire, tout simplement.
Le type en question, il parle surtout pour se persuader qu'il a raison, qu'il ne perd pas la face, qu'il est dans son bon droit, qu'il est justifié dans ses décisions. C'est un moteur humain terriblement puissant, ce besoin ; chez les intellos "raffinés" comme nous, ça se manifeste par des flamewars à longueur de journée, et chez les autres, ça se manifeste entre autres comme tu le décris.

Honnêtement, je pense que si tu voyais la fille, tu serais édifié aussi. Il y a des chances que ses discussions entre copines soient un modèle de pétasserie vulgaire et pleine de grandes vérités métaphysiques telles que "de toute façon les mecs c'est tous des salauds".

Circule, y'a rien à voir.

ivo (2010-01-24T16:42:57Z)

Ce n'est pas ça la misogynie. Ce type est assez banal pour moi. Il essaie de devenir adulte et de se sortir du simulacre de l'amour. Il ne veut pas se mentir à lui-même.
Et cette situation fait partie du "chemin" nécessaire pour se libérer du conflit œdipien. 20 ans environ, âge typique où on est au summum pour "en finir" avec cette barrière.
Alors, il ose mettre en scène sa revendication, auprès d'inconnus, et avec des mots crus, dans un théâtre qui s'appelle "Pomme de pain". La parole libère. Et les actes suivront, il a prévenu.

Geo (2010-01-23T22:13:34Z)

Pas de quoi s'alarmer : le type veut sans doute jouer les durs devant son copain. Et puis, sa copine n'est pas forcément beaucoup mieux.

Abie (2010-01-23T16:11:57Z)

@tartaglia : J'ai tendance à être un poil circonspecte sur les mérites de la cristallisation, en particulier lorsqu'elle s'érige en norme en-deçà de laquelle on n'a pas une vraie relation. (J'ai pu voir des jeunes gens affirmer avec des airs douloureux "je l'aime tellement rho là là!" comme s'ils récitaient une leçon, alors qu'en présence de ladite dulcinée ils avaient plutôt l'air de s'ennuyer -au mieux- et de se faire engueuler -au pire-.)

Par ailleurs, ce que ton philosophe de Pomme-de-pain décrit ne me semble pas être une analyse personnelle, mais plutôt un "système" plus ou moins formulé, et qui propose comme seuls modèles de la relation à long terme la Princesse (tant qu'on fait ce qu'elle veut) et la Mégère, l'emphase étant sur l'idée de "tenir" son "homme", d'abord par les sentiments (Princesse) puis par l'autorité.
J'ai eu l'occasion de voir une gamine de tout juste dix-huit ans appliquer ces modèles, possiblement parce qu'elle n'en concevait pas d'autres, et c'est proprement terrifiant.

Ces idées se retrouvent dans beaucoup de blagues bien franchouillardes, et dans tout le "subtext" des enterrements de vie de garçon traditionnels : corde au cou, vengeance par le ridicule des copains prétendument abandonnés, etc.

valerio (2010-01-23T14:27:25Z)

Pfiou, je n'imaginais pas à quoi nous échappions, doublement…

À entendre ce genre de choses, bcp deviendraient homos… Heureusement, ya le Marais pour leur montrer que ce serait vain.

jean philippe (2010-01-23T13:15:26Z)

Il ne manquerait plus que tu connaisses la future-ex-copine en question pour aller lui en toucher deux mots…

tartaglia (2010-01-23T13:02:19Z)

manifestement, la cristallisation manque.
un peu d'éducation aussi.

Pascal (2010-01-23T03:39:31Z)

Scary.


You can post a comment using the following fields:
Name or nick (mandatory):
Web site URL (optional):
Email address (optional, will not appear):
Identifier phrase (optional, see below):
Attempt to remember the values above?
The comment itself (mandatory):

Optional message for moderator (hidden to others):

Spam protection: please enter below the following signs in reverse order: 911487


Recent comments