Comments on Predictably Irrational

DM (2010-01-13T08:52:54Z)

On trouve des remarques similaires dans des ouvrages (notamment américains) sur la manipulation, notamment à des buts commerciaux. Par exemple, si tu fais un cadeau à une personne, même une babiole sans valeur, cette personne va en général devoir te rendre la politesse et éventuellement faire quelque chose qui au final lui coûtera plus que le cadeau.

Ce genre de réflexes donne parfois des résultats comique, comme cette personne de ma connaissance qui répondait aux courriers de son banquier lui conseillant des placements, alors que ces courriers sont plus ou moins générés automatiquement.

tartaglia (2010-01-12T22:00:33Z)

Oui, Cargo, merci de me le rappeler, ce n'est pas vraiment le prix Nobel d'économie, mais c'est tout comme, et tant pis si Keynes ne l'a pas eu (et pour cause, l'équivalent a été institué en 1968, mais est"considéré comme"); il n'y a pas de prix Nobel de mathématiques (mais il y a la médaille de Fields); ni d'histoire, ni de philosophie (encore que des PN de littérature aient plus été des philosophes)et les récipiendaires du PN d'économie sont des économistes purs, jamais des penseurs en sciences sociales.
Restons modestes: le prix Nobel de médecine inclut aussi la physiologie; et il a été décerné à des vétérinaires…
Linus Pauling, double NB en chimie puis comme PN de la paix, a fini cacochyme, à proférer des propos racistes, et à déclarer, contre toute toute éthique scientifique et évidence médicale,, que s'il était plus efficient intellectuellement que les autres, c'est qu'il bouffait 10 grammes de vit C/j. Au-delà de 100-500 mg/j, toute la vit C qui arrive dans tes tubules rénaux est excrétée…quand tu as la grippe, ne suis pas les conseils du double PN: fourre-toi au pieu, aspirine, paracétamol, 2 litres d'eau/jour, mais pas plus vit C au-delà de 1 g/j… mais tu est sûrement vacciné.
Mais j'ai des observations personnelles de surtraitement vitaminique… non publiées, mais accessibles.

xavier (2010-01-11T12:12:41Z)

Dans l'exemple du théâtre, la situation n'est pas exactement symétrique.
Un l'un des cas, il faut faire l'effort (certes limité) d'aller acheter un billet *deux fois*.
De même dans le cas de ton livre volé. Il y a eu une perte de temps (le temps passé à effectuer l'achat la première fois).

J'avoue que la dissymétrie est légère mais elle est bien réelle.

Nick (2010-01-11T10:22:44Z)

Une citation d'Emmanuel Todd dans "L'horreur économique" (de tête):

"Un PDG qui se demande si son salaire mensuel sera de 2 millions de francs au lieu de 1 million, n'est pas un agent économique soucieux de maximiser son profit, c'est un malade de l'âme."

Ce PDG, a pourtant encore un comportement "rationnel", mais je suis d'accord sur le constat de maladie. Comme quoi même la rationalité n'est pas forcément souhaitable non-plus.

Koko90 (2010-01-11T08:24:35Z)

Pour l'exemple du livre, il y a quand même l'idée inconsciente que si quelque-chose a mal tourné une fois, alors elle risque plus de mal tourner. Et à la base cette idée est rationnelle.

Admettons qu'au lieu d'un livre à 150 euros tu ais craqué pour un PDA ou un baladeur mp3. Et qu'après 2 jours il tombe en panne (on va oublier l'existence du service après vente). L'achat d'un second gadget du même modèle serait là sérieusement remise en cause (c'est de la camelote).

Pour le livre, on peut pense qu'au fond nous pensons qu'un certain livre peut être plus apte à se perdre qu'un autre. Une fois l'expérience faite (ce livre à 150 euros se perds facilement) il est normal de réévaluer son prix.

Cargo du mystère (2010-01-11T00:12:44Z)

@ RiceRcaR et tartaglia: il n'existe pas de Prix Nobel d'économie.
Il existe un prix de la banque centrale de Suède à la mémoire de Nobel, qu' Amos Tversky n'a d'ailleurs jamais reçu ( pour cause de décès prématuré).

tartaglia (2010-01-10T23:09:29Z)

Celui qui attribue un Nobel d'économie à celui qui mise sur l'émotionnel suggéré par les valeurs boursière,est un dangereux qu'on devrait fusiller dans le dos. Seuls les fondamentaux, en temps de crise, ont résisté: valeurs défensives, valeurs fondées sur un modèle économique accessible à la glèbe féconde, bref tout ce qui fait que <mr <buffet va, dans l'année, rattraper Mr Gates à la place de première fortune mondiale.

RiceRcaR (2010-01-10T09:52:36Z)

Daniel Kahneman (un 3e Dan :-) a reçu un Nobel en économie (avec Tversky) sur les biais cognitifs et émotionnels qui entrent en jeu dans les prises de décision boursières. Il a aussi théorisé sur l'"économie du bonheur"…

Ruxor (2010-01-09T21:56:07Z)

Pour être bien clair : je suis le premier à défendre l'idée qu'est français tout mot qu'on voudra bien rendre français (pour peu qu'on se soit un petit peu renseigné avant, quand même, histoire d'écrire de façon éclairée), donc je suis bien d'accord que « prédictible » est français. Mais je suis sûr qu'il y aura beaucoup de pédants pour dire que c'est un anglicisme pour « prévisible ».

valerio (2010-01-09T21:10:09Z)

Le Robert historique donne prédicible (1933), prédictible et prédisible, ainsi que prédictabilité emprunté à l'anglais (1858!). Il recommande prédictible / prédictabilité.

À part ça, la rationalité, c le discours bien pensant, un peu comme l'égalité et la bienveillance. Dans les faits et les actes, c plutôt tout le contraire. Je doute qu'un seul service commercial fasse l'hypothèse de la rationalité de ses clients, sauf peut-être pour le matériel informatique en pièces détachées, et encore. Ou alors pour les acheteurs professionnels spécialisés.

Vicnent (2010-01-09T20:28:15Z)

prédictible "me" semble courant !! :-) (ne serait-ce que par construction (v) prédire + (suff) -ible sur le substantif prédiction : qui a la capacité d'être prédit/e)

ok pour tes dicos mais :

<URL: http://www.linternaute.com/dictionnaire/fr/sens/predictible/ >

<URL: http://dictionnaire.reverso.net/francais-definition/pr%C3%A9dictible >

<URL: http://fr.wiktionary.org/wiki/pr%C3%A9dictible >

Il y a un dictionnaire de référence absolu en France ? (dico des 40 ?)

Ruxor (2010-01-09T18:29:50Z)

zEgg → En tout cas, « prédictible » ne figure ni dans le petit Robert, ni dans la huitième édition du Dictionnaire de l'Académie (mais bon, il n'y a pas non plus « prévisible » ; quant à la neuvième édition, elle ne doit en être qu'à plébéien), ni dans le Trésor de la Langue française.

zEgg (2010-01-09T16:17:56Z)

Je ne pense pas que « prédictible » soit un anglicisme. Les deux formes (-ible et -able) devaient exister en ancien français et il a simplement traversé la Manche après 1066 comme tant d'autres mots romans en anglais. L'usage a fait le reste.

Et puis, « prévisible » ce serait plutôt la traduction de « foreseeable ».

Vicnent (2010-01-09T13:39:55Z)

j'ai toujours un peu de mal avec cette notion de "comportement irrationnel". Surtout quand les gens vous expliquent que les situations de bases sont équivalentes (ex du théatre, de ton bouquin) alors que pour moi, elles ne le sont pas du tout.

Peut être aussi sommes nous trompés par le fait que financièrement les situations sont les mêmes, que mathématiquement, les espérances sont les mêmes, mais humainement, les situations ne sont pas du tout les mêmes. (l'immatérialité du coté déceptif par exemple, où et comment est il pris en compte ??)

Un peu la même histoire que la notion d'aversion au risque.

Bref, il faudrait que je lise plus sur le sujet. Mais il y a toujours ce biais qui consiste à dire que "bien que les situations soient identiques, alors…".

Bref, oui, des comportement étranges, inattendus (même si prévisible dans certains cas, ce qui n'est finalement pas si étonnant que cela), paradoxaux, contre intuitifs, mais pas irrationnels en tout cas. D'ailleurs, l'atilf nous dit : comportement irrationnel (ou personne irrationnelle) : "Qui n'obéit pas, n'est pas conforme au bon sens, à la logique.". Or les décisions ne souvent pas prises en fonction d'un seul critère. Or quand on a au moins deux critères, il n'est plus possible de classer (plus de relation d'ordre) : chacun optimise alors en mettant ses propres coefficients et de fait, rien d'étonnant que le seul calcul financier ou mathématique ne soit pas la solution retenue…

Nat (2010-01-09T12:05:38Z)

Le "Petit traité de manipulation à l'usage des honnêtes gens" (Robert-Vincent Joule, Jean-Léon Beauvois), 978-2706110443 expose et analyse nombre de comportements de ce genre.

egan (2010-01-09T07:02:44Z)

>>> <i>j'ai dû combattre la partie irationnelle en moi qui me disait "c'est trop cher ! 150€ ça t'a beaucoup fait hésiter, alors 300€ c'est complètement exorbitant" — réaction complètement stupide, car j'avais perdu ces 150€, peu importe qu'ils aient pris la forme d'un livre, mais puisque j'avais finalement décidé que je voulais ce livre à ce prix, je devais logiquement être prêt à faire la même dépense dans les mêmes conditions.</i>

Hum à propos de cette note #2 il n'est pas irrationnel de ne pas racheter le livre car les deux situations ne sont pas symétriques.
- Dans la première ma réserve d'argent disponible m'autorise la petite" folie" qui consiste à acheter le livre.
- Dans la seconde ma réserve d'argent disponible a effectivement diminué de 150€ et (du fait de mes autres besoins vitaux et dépenses incompressibles) il est possible que je ne puisse plus me permettre la petite "folie" qui consiste à acheter le livre.

Couard Anonyme (2010-01-09T05:50:57Z)

L'hypothese de rationalite est liee a un modele. Ca veut dire concretement qu'on se donne une regle qui permet de decider d'une preference entre A et B. Ces modeles peuvent etre plus ou moins compliques et prendre en compte certains biais cognitifs.

Maurice Allais a par exemple montre comment le modele lineaire de rationalite de von Neumann - Morgenstern ne capturait pas certain comportements. Toutes sortes d'autres modeles ont ete proposes (sans necessairement couvrir les cas que tu rapportes mais peu importe).

Ces modeles autant que je sache n'ont pas encore ete grandement appliques a l'economie. Mais les economistes sont parfaitements conscients de l'existence de certains biais et les utilisent de maniere qualitative dans leur raisonnements. En revanche, en informatique, il y a des travaux d'optimisation a modeles de preference "non-classiques". Du genre trouver le plus court chemin pour une preference modelisee par une capacite (integrale de Choquet).

f3et (2010-01-09T02:49:14Z)

Il y a en fait toute une collection de livres (en anglais) sur ce thème ; un de mes favoris est Irrationality, the ennemy within, de Donald Sutherland (où on retrouve, parmi bien d'autres choses telles que les influences de l'autorité et du groupe, l'histoire du billet de théâtre, et d'autres variantes sur l'ordre des choix)


You can post a comment using the following fields:
Name or nick (mandatory):
Web site URL (optional):
Email address (optional, will not appear):
Identifier phrase (optional, see below):
Attempt to remember the values above?
The comment itself (mandatory):

Optional message for moderator (hidden to others):

Spam protection: please enter below the following signs in reverse order: 808822


Recent comments