Comments on Fragment littéraire gratuit #126 (une rencontre)

tartaglia (2010-01-03T22:17:17Z)

@fork: ne fais pas tant ton faraud! je me sis trouvé, il y a un mois, réellement dans l'obligation de faire le baisemain à une femme plus jeune que moi - et, très petit bourgeois, je n'ai jamais fréquenté les rallies où on apprenait le brifge et les belles manières! Pour leurs 70 et 75 ans j'avais traîné mes vieux pendant 4 jours à Budapest, nous sommes allés chez Gundel, et là, nous avons fait connaissance avec un cople de ricains, attachés d'ambassade, qui ont des ouvrées à Chablis. Nous étions avant le café, ils se retiraient, ils ont eu des paroles très aimables pour mes parents; dans le contexte Europe Centrale, je me suis fendu d'un baisemain impeccable pendant que nous échangions nos e-mails.
Mais rien n t'y oblige. Si tu veux passer pour bien élevé auprès d'une veuve, divorcée, ou Altesse Sérénissime célibataitaire, tiens ton pouce droit sur la couture du pantalon, puis quand la conversation tend à s'achever, déplace ta main droite sur le gras du bide; si elle t'ouvre la main, tu la serres, en t'inclinant un peu, si elle la tend à plat tu la prends, où tu la baises (la main).D'autant qu'entre les partisans du baisemain appuyé ou effleuré, nul n'a vraiment fait ses preuves!Et faut-il lever la main, ou s'abaisser en toute raideur jusqu'à elle? Personnellement je fais un mix gril.
Mais tu sais, il faut t'ouvrir: de même que la nuit, les plus beaux chats sont gris, c'est dans les vieux pots qu'on fait les meilleures soupes!Et les vieilles, elles savent plein de trucs! aussi te conseillé-je de revoir ta position de jeune ingénieur ingénu plein d'avenir et rempli de préjugés! Henri II se délecta de Diane de Poitiers, son aînée de 20 ans, jusqu'à son fatal coup de lance dans la mirette (droite ou gauche? question pour un champion!)Et la fameuse Comtesse Rouge, donnt nous parle Sacher -Masoch, aavait à 50 ans des traits de jeune fille - elle se régénérait dans le sang de ses amants!
Bon mon petit Fork, si tu n'as pas de gras au bide, tu auras compris comment se fait le baisemain; et si à l'occasion on peut, vers la Doua, se faire un resto, ce ser avec plaisir.
Cordial salut
Régis (tu conais mon e-mail)

Fork (2009-12-30T21:57:53Z)

Tartaglia -> "femme mariée, divorcée, ou veuve…" Je ne cherche pas à draguer des femmes plus âgées que moi ! Enfin, si l'occasion se présente, je leur ferai le baisemain, mais je ne pense pas que ça arrivera d'ici peu.
Je retiens qu'il ne faut jamais tendre la main le premier, cela dit ;)

ivo (2009-12-30T20:52:47Z)

Dans la littérature, l'érudition, la culture (de l'auteur) ne me semble pas le plus important, surtout quand elle est exprimée aussi froidement. Mais je trouve que David sait bien poser ces scènes un peu théâtrales quasi cinématographique. Il y en a eu d'autres avant, du même ressort. J'aime bien.

tartaglia (2009-12-27T22:26:41Z)

@Fork: ce n'est pas compliqué, tu atrtends que la femme te présente la main et si c'est une femme mariée, divorcée, ou veuve, ou célibataire mais de très haute volée (artiste internationale, ministre régalien…) tu fais le baisemain et tu passes pour le fork le plus agréable, ingénu et touchant. Tu ne tends jamais la main le premier; si la meuf est accoutumée à rcevoir ce genre d'hommage elle te tendra une main oblique te permettant de serrer ou de baiser. Tu te penches en avant (sans tomber le pif à terre)et tu te courbes de tout ton rachis, sauf à la fin, où tu te redresses, au moment d'avoir effleuré la main ( tu ne baises avec bave que si tu es ténor dramatique et que tu termines, avec la princesse, le duo du II de Turandot, à condition que les contre-ut soient passés.)
Si tu veux lire Wallenstein avant le 1er de l'an, je l'aurai au bureau. Tu sais où, petit voisin!

tartaglia (2009-12-27T21:51:52Z)

David: quand tu recevras la médaille de Fields, tu feras un petit effort vestimentaire et tu verras que ce n'est pas si inconfortable que ça.
N'empêche que je tombe la veste à 8h30 et que le vendredi je la joue fashionnable.
Tu verras quand même que la cravate régate est beaucoup plus emmerdante que le bow node… mais pour Fields c'est habit noir et cravate blanche, alors où est le problème…

tartaglia (2009-12-27T18:58:36Z)

Mais, à part que cette citation passe-partout est bien commode, que vient foutre la Pucelle d'Orléans de Schiller dans ce cauchemar? Pourquoi ne pas citer Wallentstein qui exprime autrement plus le drame de la solitude et du pouvoir dérisoire qu'un être unique s'acharne à conquérir en soi et pour soi? Rien que pour les derniers mots de la pièce (et le silence qui suit):
"Dem Fürsten Piccolimini"

Fork (2009-12-27T16:57:30Z)

"et je crois que j'étais moins bien habillé que les gardes du corps" :)

Quelle idée aussi, pour le personnage de cette histoire, que de se retrouver enfermer dans les mondanités scandinaves ! En tout cas je me demande à quoi ressemble la vie pré-nocturne de Göteborg. Je vais bientôt tenter de le découvrir…


You can post a comment using the following fields:
Name or nick (mandatory):
Web site URL (optional):
Email address (optional, will not appear):
Identifier phrase (optional, see below):
Attempt to remember the values above?
The comment itself (mandatory):

Optional message for moderator (hidden to others):

Spam protection: please enter below the following signs in reverse order: 139d05


Recent comments