Comments on Les analyses de sang, c'est rigolo

tartaglia (2010-06-14T02:02:57Z)

tu oublies des éléments essentiels:
- avais-tu de laa fièvre?
- >Avais -tu un syndrome inflammmatoire en faveur s'une infecrion purulente ( VS augme,tée, CRP très &levée)
-est-ce que tu avais mal à en chialer quans on te palpait le bide
- avais-tu envie de gerber apéro ou pas….
allez, va, tu as gardé ton appendoc jusqu'à la prochaine… je ne suis pas chirurgirn,; mais en cas de froce majeure….

Damien (2009-10-05T11:00:47Z)

Un peu de biblio sur le sujet :

http://www.amazon.fr/pratique-analyses-médicales-Pascal-Dieusaert/dp/2224030770/

http://www.amazon.fr/Guide-analyses-médicales-lusage-patients/dp/2843192048/

dtr (2009-10-04T19:13:39Z)

Les dosages de biologies médicales ont effectivement des "normales" différentes. Au delà du fait que celles-ci sont établies à partir de percentiles gaussiennes de population, et en fonction du sexe et de l'âge, d'un laboratoire à l'autre cela varie, car les industriels qui fournissent les trousses de dosages (+/- sur un automates) ont pour un même dosage des valeurs différentes (par exemple sur un contrôle de qualité national). C'est donc déroutant pour le patient (+/- malade). Pour certaines disciplines une unification a été faite en hémostase pour le suivi de des traitements anticoagulant. Mais ce type de situation est rares malheureusement. Et quand il s'agit d'informatiser (système de gestion de laboratoire) tout cela dans un cadre pluri site, et avec des techniques employées différentes, et bien c'est un casse-tête (en effet il faut pour la même entité créer autant d'analyses différentes)(ce qui est absurde d'une certaine façon).

tartaglia (2009-09-21T23:10:32Z)

@fork: ta forme clinique est classique, c"est celle de l'abcès rétrocaecal, qui donne peu de signes inflammatoires. C'est une péritonite localisée, enkystée, qui peut être refroidie.Entre toi et moi, même si tu n'étais pas dans les intervalles, l'esprit clinique a triomphé et tu as eu droit à une coelio exploratrice ou à un Mc Burney.
Abie: ah, le faciès vultueux, quel programme pour un clinicien… rien que son assonnance et son éthymologie évoquent quelque chose de sauvage et de funeste, en bref ça sent le choc septique et la caisse en sapin.
A l'occasion je vous ranconterai des histoires d'un confrère de la Maurienne des années 30-60, c'est à faire peur.

PLD (2009-09-21T19:40:23Z)

En fait, les dosages c'est quelque chose de pas nécessairement évident: si on prend l'exemple du calcium, si c'est bien une grandeur physique bien déterminée dans une solution homogène sans agents complexants, c'est une grandeur nettement moins bien déterminée dans un mélange complexe tel que le sang.

Quelques exemples de questions à se poser:
- Mesure-t-on une concentration totale / uniquement dans le plasma ? Les cellules peuvent contenir une concentration différente de celle du plasma.
- Mesure-ton une concentration en ions calcium libres, ou complexés (avec des protéines, …) également ?

Une étudiante en pharmacie, qui est passée dans notre laboratoire, a fait son M2 sur la question d'une unification des protocoles de dosage de la morphine dans le sang de patients, car les taux varient suivant si le prélèvement est fait sur un patient vivant ou post-mortem. En l'occurence, la morphine tendrait à s'accumuler dans les hématies, qui sont lysées suite au décès, et accroissent le taux de morphine après décès.

Abie (2009-09-20T15:39:22Z)

@ tartaglia : merci pour le mot "vultueux".

Fork (2009-09-20T08:48:27Z)

-> Tartaglia : Possible, mais mon appendice était caché sur le côté, et le diagnostic n'était apparemment pas si évident (sauf pour le chirurgien, je crois).

tartaglia (2009-09-19T22:00:22Z)

@fork: la variabilité des examens biologiques, c'est une chose, mais l'évidence clinique, c'est tout autre! une contracture, une fièvre sévère et un faciès vultueux, cela suffit….

jko (2009-09-19T14:51:21Z)

Les valeurs de réferences peuvent être differantes pour les hommes et les femmes et en fonction de l'age et le poids. Elles proviennent uniquement de statistique effectuées sur une population "saine" : en gros les valeurs inf et sup sont les positions a mi hauteur de l'histogramme mesuré. Ca pose entre autres le problème de fiabilité de cette référence et il serait aussi intéressant de savoir si la référence change dans le temps selon les modes de vie d'une population.

Si la médecine n'est pas une science exacte, les analyses médicales elles (qui ne sont pas de la médecine mais des mesures biochimiques) sont soumises à une politique qualité drastique (au moins en France) nécessitant des calibrations et tests quotidiens pour déterminer la justesse, dérive, fidelité, etc des mesures.
Un des tests de routine consiste par exemple a envoyer un echantillon a n laboratoires pour comparaison.

L'autre point a considerer est qu'un médecin lisant un bilan ne va réagir que s'il voit une valeur au moins 10 ou 20 % hors des référence, car il a bien conscience que la population est hétérogène et que les valeurs peuvent éventuellement varier durant la journée selon la phisiologie du sujet. De plus il ne s'inquietera que s'il a d'autres symptomes corroborent l'analyse de sang.

Gabriel (2009-09-19T12:54:10Z)

Les intervalles de référence sont surtout fonction du poids (du moins certains). On ne te l'a pas demandé ?

tartaglia (2009-09-19T12:00:54Z)

@anon: n'empêche que le sang est basique!
@Fork: les analyses ne sont pas l'étalon or: par exemple en cas d'appendicite abcédée, les signes inflammatoires peuvent diminuer.Pareil en cas de péritonite putride ou les défenses immunitaires sont saturées.
@Ruxor: la mesure du pH veineux n'est pas intéressante, il est forcément plus acide que le pH artériel. Il peut quand même être calculé par l'équation d'Henderson-Hasselbach, sinon approché à partir des concentrations en ions bicarbonates, potassium, chlore et sodium.
La VS à la 2ème heure est une variable de peu d'intérêt - quant au dosage de la CRP, chez quelqu'un qui ne se plaint de rien, c'est un peu du gaspillage.
Est-il difficile pour un médecin de soigner un geek? Le tout est de dépister le geek, et ce n'est pas compliqué: au lieu de te regarder en face, le geek regarde en priorité ton ordinateur - et on croit entendre: son disque dur est de combien? sa mémoire vive?- ou bien la pile de livres qui encombrent le bureau. Il faut alors adapter son discours et mettre des chiffres dans ce qu'on dit(%age de guérison, %age de rechute avec tel ou tel traitement)et même si ce n'est guère optimiste, le geek est rassuré, encadré, il a retrouvé l'espérance même si la moyenne n'est pas fameuse. On a fait pacte avec lui.
Mais certains collègues ont une phobie des enseignants - surnommés les "MGEN"- en les questions desquels ils sentent poindre une volonté de déstabilisation. Personnellement, c'est une patientèle qui ne me dérange pas plus que ça - mais ma mère était enseignante, cela aide sans doute…

Anon (2009-09-18T22:07:35Z)

Tu dis que le pH est la grandeur chimique la plus basique de toutes, mais je ne suis pas sûr: avant de sortir, je signale qu'elle peut parfois être acide.

Bertie (2009-09-18T07:49:25Z)

Il y a aussi l'hypocondriaque redoutant que rien ne soit normal et qui, en bonne autruche, ne se fait jamais faire de prise de sang…

Fork (2009-09-18T06:38:37Z)

Je n'ai pas souvent fait d'analyse de sang. Je crois que la dernière était pour me diagnostiquer une péritonite, et pour certaines valeurs, je n'était pas, mais pas du tout dans l'intervalle de référence.

BC (2009-09-18T05:57:03Z)

L'intervalle de référence doit être parfois fonction de l'âge. … et l'âge peut être assez bien estimé avec le numéro de sécurité sociale. [Mais c'est juste une hypothèse.]


You can post a comment using the following fields:
Name or nick (mandatory):
Web site URL (optional):
Email address (optional, will not appear):
Identifier phrase (optional, see below):
Attempt to remember the values above?
The comment itself (mandatory):

Optional message for moderator (hidden to others):

Spam protection: please enter below the following signs in reverse order: 81233a


Recent comments