Comments on L'art contemporain cause-t-il de l'inflation ?

borneyvski (2009-10-14T19:41:38Z)

Madame, Monsieur
Bien plus qu’un commentaire, je me permets de vous déposer une œuvre d’art versée au catalogue du non-objet "Commentaires" sous le numéro : Pièce com38/Octobre/2009
Artiste d’art contemporain, je travaille essentiellement sur rien en collectant tous les événements de ma vie quotidienne d’artiste qui pourraient éventuellement réussir à me permettre de produire une œuvre. Vous avez par cet article réussi quelque peu à rendre plus concrètes mes nombreuses œuvres absentes.
Merci.
Olivier Borneyvski-

zEgg (2008-11-02T17:53:24Z)

Si tu te sens volé à l'introduction de faux billets, on devrait tous devenir richissimes si on se mettait à brûler des liasses de vrais billets en masse ;-?

Morse Kelley (2008-10-31T20:01:01Z)

Dans un registre pas si éloigné, il y a la video "L'argent dette" de Paul Grignon,

http://www.dailymotion.com/relevance/search/l%2527argent%2Bdette/video/x75e0k_largent-dette-de-paul-grignon-fr-in_news

je serais curieux de savoir ce que tu en penses, David.

Fork (2008-10-29T17:04:12Z)

Il n'empêche que la voiture par morceaux de marbre, moi je la trouve sympathique.
(D'accord, ça n'a pas tant de chose que ça à voir avec le schmilblik).

Vicnent (2008-10-28T12:52:18Z)

ivo (2008-10-28T10:28:13Z)

Pour ma part je n'ai utilisé le terme de valeur que dans le contexte de valeur d'échange.
Je ne pense pas qu'il y ait d'effet de "vases communicants" entre les marchés (spéculatifs ou non), mais interpénétration.
Par exemple, Ooten, tu as redit l'impact d'une transaction commerciale sur le reste de l'économie.

Autre illustration (observée) : le retrait des "hedge fonds" des marchés spéculatifs (dont l'art certainement) contribue bel et bien à diminuer l'inflation (depuis Août). Comment le contraire (ou même l'absence de conséquence) peuvent-ils avoir un sens ?

ooten (2008-10-27T20:46:37Z)

Je suis du même avis de phi et de tartaglia, le fait que le marché de l'art contemporain se valorise se traduit par une désinflation des autres marchés et ce facteur est largement plus fort que celui, que Ruxor décrit très bien, qui produirait de l'inflation sur tout les marchés qui possède la même devise.
Maintenant du point de vue moral je ne peux pas mettre au même niveau les faussaires et les artistes contemporains même si ça m'intéresse pas ou si je ne comprends pas.
En outre il ne faut pas oublier que lors d'une transaction commerciale il y a tout un tas de taxes et d'impôts qui profitent à la collectivité et que le commerce induit aussi une activité économique légale (réservation de salles d'expositions, des gens qui se déplacent etc …)
Enfin il faut faire très attention à l'utilisation du mot valeur qui peut avoir plusieurs significations suivant le contexte utilisé. Le sens premier qu'on peut donner à ce terme c'est l'intérêt qu'un individu porte à des objets, ce sont des sentiments subjectifs et concurrents. Le marché matérialise l'échange de ces objets et fixe collectivement leurs valeurs en devise, c'est à dire leurs prix. La valorisation signifie que suite à divers échange sur une période de temps donnée sur un marché, il aie vu en moyenne le prix de ses objets augmenter (tient d'ailleurs dans ce sens je ne connais pas le mot qui signifie le contraire).

ivo (2008-10-27T17:17:13Z)

s'il y a spéculation, alors les prix étant supposés liés (une sorte d'axiome, c'est bien ça?), ces derniers vont monter. La spéculation crée de l'inflation car elle augmente artificiellement les cours. L'effet de la spéculation n'est pas homogène. L'artiste n'a pas créé de la monnaie, il a indirectement "redéfinit" la valeur des choses. Pour illustrer par un exemple simpliste : les assureurs vont remarquer que le poids de l'art augmente, et en mutualisant les coûts, l'assurance habitation de David augmentera. Ce qui répond à sa question.

phi (2008-10-27T13:40:02Z)

Pas évident que ça crée de l'inflation (cf. tartaglia 1/): tout dépend de ce que fait Duschnock de l'argent par rapport à ce qu'en aurait fait Lepigeon. La situation idéale est pour nous est bien sûr celle où Duschnock reçoit une somme minime et où l'argent part en fumée du fait d'un effondrement des cours, comme la bourse actuellement, et ça ne coule pas nos retraites (en France). Il est même dommage que le marché de l'art ne soit pas plus important: s'il absorbait davantage de capitaux, l'inflation des prix des logements à Paris serait moindre. Peu d'incidence, dans doute, sur l'inflation générale car je vois mal Lepigeon acheter pour 45000€ de pâtes ou d'oranges.

cavalier sans tête (2008-10-27T12:55:22Z)

Je ne comprends pas non plus l’économie.
Fédérons les comptes de l'ensemble des entreprises planétaires, et examinons le résultat consolidé de la holding : marge=CA-coût.
Or coût=salaires, puisque toute dépense est, en bout de consolidation, la rémunération d’un homme (on n’a jamais rémunéré une banane, ou un pneu…)
De plus CA<=salaires, puisque c’est avec son salaire que l’on paie. La différence éventuelle constituant l’épargne.
Donc marge<0.
Donc si profit il y a, crédit il y a et : profit<=crédit. D’autant plus si le crédit, promesse de valeur dont on use comme d’une valeur monétaire, est émis à usure.
Donc lorsqu’il y a accumulation de profit, il y a accumulation de crédit.
Au 14eme siècle lorsqu’un engagement excessif de crédit menaçait la valeur des titres émis par la royauté, il y avait régularisation par la spoliation directe de créanciers-accumulateurs divers (juifs, banquiers lombards, …). Manipulation et fanatisme, assortis de bûchers et pendaisons, permettaient de mater toute espèce d’ardeur justicière. Aujourd’hui les mécanismes sont mieux répartis, et bénéficient curieusement du consentement général. Spoliation d’actionnaires à la bourse, spoliation universelle par l’inflation, sans doute encore beaucoup d’autres finesses.
Cette considération montre qu’une accumulation, donc un enrichissement (personnel, institutionnel, autre), provoquerait inévitablement un non-recouvrement ; de même l’attribution d’une valeur monétaire à une œuvre.
Il manque une équation de conservation.

xavier (2008-10-27T12:39:02Z)

"L'art contemporain cause-t-il de l'inflation ?"
Au sens de ton post oui mais c'est marginal.
Au sens de ton post, tout ce à quoi tu n'attribues pas de valeur mais qui se vend à d'autre crée de l'inflation…hum de l'inflation certes mais de l´inflation de *ton* point de vue…pas de ceux qui ont des "gouts" différents.

Je tape tout cela en y pensant en direct donc il est fort possible que ca ne fasse pas sens du tout :)

Yann (2008-10-27T11:08:33Z)

En effet, s'il arrive sur le marché un bien auquel tout le monde attribue de la valeur sauf toi (comme de la fausse monnaie, une oeuvre d'art bidon, des titres financiers douteux ou des gadgets informatiques), tu es perdant. Laissons de côté les euros qui ne servent que d'intermédiaire, ce qui se passe est que le producteur d'un tel bien dévie vers lui une partie de la production des biens qui t'intéressent : en gros les gens qui aiment ce qu'il fait lui donnent du lait en échange de ses bouts de papier et ça rend le lait moins accessible pour toi, donc plus cher.

Ce qui est rageant c'est que tu es perdant même si tu décides de jouer le jeu et d'attribuer à ce bien sa valeur de marché (refiler les faux billets, revendre l'oeuvre d'art) parce que la personne en question a quand même déjà reçu une petite part de la production "réelle" en échange de son "travail".

tartaglia (2008-10-27T10:57:24Z)

Deux remarques:
1/ Quand Lepigeon achète une latrine 45000 E avec ses liquidités, il isole ces 45000 E dans une bulle, les euros que tu gagnes ou que tu possèdes en sont réévalués. J'aurais plutôt tendance à penser que cet imbécile est inoffensif et qu'il t'enrichit.
Ce serait différent s'il empruntait à une banque pour s'acheter sa pissotière: la banque centrale émettrait de la monnaie. Mais les banques ne prêtent pas pour acheter des oeuvres d'art, surtout si leur valeur est contestable.
2/ Une oeuvre n'est vraiment une oeuvre que si elle échappe à son auteur et si elle s'enrichisse des fantasmes de son public! il faut juste espérer que Lepigeon aille au bout de sa démarche, qu'il ne mette pas son urinoir sous verre et qu'il le gorge de ses déjections! payer 45000 E pour un machin et faire dessus, c'est peut-être cela le comble de l'art: ça coûte bonbon mais c'est gratuit!!!

michelr (2008-10-27T10:45:10Z)

Mais est-ce qu'il y a une personne au monde qui comprends l'économie ? Les comportements économiques étant essentiellement affectifs et/ou reptiliens, l'économie devrait faire partie des sciences humaines, donc restera jusqu'à nouvel ordre extrèmement imprévisible. Étant matheux aussi, je suis aussi désemparé que toi - rien pour s'accrocher, rien pour mettre un peu de logique.

CL (2008-10-27T01:33:07Z)

Post très interessant.
Je pense qu'effectivement, il n'y a aucune difference fondamentale entre la création de 45000 € de fausse monnaie indetectable et la création d'une oeuvre d'art (dont la valeur est nulle pour tout le monde sauf pour l'acheteur) vendue 45000 €.
Dans les deux cas, un tiers (donc ni l'acheteur ni le vendeur) aura vu la valeur de ses propres euros diminuer.
Comme il y a 45000 € de plus qui circule, et qui ne proviennent d'aucun effort ou travail humain (quelque chose qui serait retribué 45000 €) la société entière (autre que le vendeur ou l'acheteur) est flouée.

Ruxor (2008-10-26T23:56:11Z)

Puisque les 45000 faux euros sont faux, il n'y a pas plus de *vrais* euros en circulation, il y a juste des gens susceptibles d'échanger les faux contre des vrais, et pourtant, la valeur des vrais euros diminue aussi…

Geo (2008-10-26T23:11:18Z)

Je ne suis pas sur de comprendre ton problème.

Si quelqu'un crée 45000 euros de faux billets, il y aura plus de monnaie en circulation, donc les gens pourront acheter plus de choses, donc les prix vont augmenter.

Si L'artiste crée une oeuvre qui "vaut" 45000 euros, ça signifie (par définition de la valeur ?) que quelqu'un est susceptible d'échanger cette oeuvre contre 45000 euros. Que tu ne sois pas intéressé par acheter cette oeuvre pour ce prix la ne change rien à sa valeur. Si l'artiste échange son oeuvre contre des euros, il n'y aura pas eu de création de monnaie, et donc pas d'inflation.

Bon, je ne comprends rien à l'économie moi non plus, c'est pas faute d'essayer.


You can post a comment using the following fields:
Name or nick (mandatory):
Web site URL (optional):
Email address (optional, will not appear):
Identifier phrase (optional, see below):
Attempt to remember the values above?
The comment itself (mandatory):

Optional message for moderator (hidden to others):

Spam protection: please enter below the following signs in reverse order: d46496


Recent comments