Comments on Les mesurettes pour l'environnement

Dowland (2008-04-20T00:58:50Z)

Sans opposer ton argumentaire, je dirais que le catastrophisme ne marche pas bien: on ne peut pas dire aux gens, "Privez vous de tout, car sinon GROSSE CATASTROPHE," donc vivre écolo, c'est aussi un apprentissage de longue durée, pour qu'il soit permanent.

Le but de rendre payant les sacs plastiques, c'est que l'acte d'utiliser un sac plastique ne soit pas irréfléchi. Par ailleurs, il existe des pays, où la suppression du sac plastique s'est passée beaucoup mieux (ex. Irlande), le fait est qu'en France, une interdiction du sac plastique serait violemment protestée, et donnerait lieu à des grèves: les consommateurs qui estiment qu'on les spolie (oblige à utiliser des sacs permanents), et les vendeurs qui estiment que la mesure a fait dégringoler leurs bénéfices de 180%.

La réelle alternative au sac plastique, ce n'est pas le sac papier (qui est effectivement pas si écolo que ça puisqu'il faut bien prendre le papier quelque part, et que, de la même façon que le biocarburant à base d'éthanol nécessite plus de CO2 au travers de l'engrais, etc., le sac papier nécessite souvent l'abbattage d'arbre, car ce n'est jamais que du papier 100% recyclé) … c'est d'acheter un ou deux sac(s) en tissue (ou en polyesther), peut-être un panier en osier, et de faire les courses uniquement avec.

tartaglia (2008-03-01T10:59:47Z)

moi, j'ai plein de sacs en plastique dans mes placards… j'en achète un à chaque fois que je vais à Carrefour… je sors du boulot le vendredi soir à 20 heures alors s'il faut rentrer à la maison, baste, sinon arriver au bureau avec un sac, ça va faire rigoler mes collaborateurs, et en garder une réserve dans ma voiture, ça demanderait une sacrée organisation… et que je vide ma voiture qui est un bric-à-brac.

Ruxor (2008-02-29T07:17:48Z)

Geo → À la vitesse où vont les changements climatiques (et où arrivent d'autres soucis pas forcément sans rapport, comme la fin du pétrole et la hausse des prix des aliments), il est de plus en plus difficile de se dire que ce sont les générations suivantes qui auront les problèmes. Cf. <URL: http://www.guardian.co.uk/environment/2004/feb/22/usnews.theobserver >, par exemple, pour une prévision catastrophiste (pas très vraisemblable, certes, mais quand même pas complètement ignorable), de la part du pentagone (qui n'est pas du genre à trop faire de foin sur l'écologie…).

Geo (2008-02-29T05:13:52Z)

La bonne nouvelle, c'est que ce n'est pas vraiment notre problème, mais celui des générations futures. On ne sera plus là pour rendre des comptes.

f3et (2008-02-26T12:28:51Z)

Et par ailleurs, les problèmes sans cesse croissants posés par la consommation de charbon de la Chine rendent tout ça dérisoire; désormais, la production de GES par les Etats-Unis est moins grande, et eux vont sans doute faire un effort. Bon, c'est pas une raison pour gaspiller, mais pourquoi est-ce qu'"on" n'essaie pas d'expliquer les chiffres pertinents au lieu de suggérer des économies de chauffage (dans le même genre, les gens s'imaginent que grâce au réchauffement, on n'aura justement bientôt plus besoin de se chauffer en hiver ; ceux-là vont être bien déçus…)

Médard (2008-02-25T18:57:27Z)

ça me fait penser à ces incitations à arrêter les ordinateurs, plutôt que de les mettre en veille…
comme ce qui tue l'électronique, ce sont les transitoires au démarrage, votre ordinateur durera moins longtemps, et il faudra en racheter un autre, avec toute la pollution ad hoc ;->

Nick (2008-02-25T14:56:06Z)

www.manicore.com regorge de chiffres.
Le plus frappant étant que la production de CO2/habitant acceptable est celle, actuelle, du bengladesh. Ca met bien en perpective le terme de mesurette. Les verts peuvent aller se rhabiller (surtout quand il s'opposent au nucléaire) quand il font croire que l'on peut maintenir notre confort actuel et un respect des équilibres gazeux de la planète.

L'auteur du site en question est, bizarrement très peu invité à parler à des congrès d'écologistes.

iPidiblue goguenard (2008-02-24T11:54:20Z)

Je n'ai rien compris à ce que tu disais, c'est la profession de foi des Bisounours aux prochaines municipales ?
Pour ton problème de sac tu fais comme moi, tu as toujours des sacs en plastique dans ta poche au cas où …

phi (2008-02-24T10:34:23Z)

j'm aussi bcp les formules: "on ne fera plus <acte anti-éco très, trop bien circonscrit> sauf dans en cas de <nécessité vague, à l'appréciation du pollueur>". Ainsi, plus de nouvelles autoroutes… sauf pour désaturer la voirie… et, programme très important de mise à 2x2 voies des nationales "GLAT"… Mais peu importe: le Grenelle de l'environnement est déjà enterré. Les grandes idées fumeuses sont le pendant indispensable des mesurettes.

ya comme un point aveugle dans les conceptions écologistes: la question de la croissance. à part quelques mouvement de "deep ecology", tous font semblant de croire, ou plutôt, croient, qu'on peut avoir de la croissance "durable", qu'on peut produire X et dépolluer X en engrangeant du bénéfice (au sens large) sans préjudice écologique, comme si on n'avait pas produit X. Ce genre d'idées évoquent le mouvement perpétuel… classiquement, on oublie dans les comptes la pollution de la construction des équipements de production non polluantes et de ceux de recyclage. L'énergie solaire en est une bonne illustration. L'énergie éolienne est encore pire puisqu'elle nécessite une source alternative polluante pour compenser ses caprices.

on présuppose que la croissance économique est bien en soi alors que la croissance utile est infime, le reste relevant quasiment de l'escroquerie et traduisant seulement le transfert toujours plus important de la richesse du particulier vers le commerçant ou la multinationale. Mieux, la croissance utile se traduit même parfois par une apparente décroissance comme l'atteste la baisse des prix du matériel informatique, qui n'est parfois pas compensée par l'augmentation du volume.

ce point aveugle est double: on présuppose aussi que la croissance démographique est bien en soi alors que ce n'est qu'une fuite en avant pour répartir la dette sur davantage de personnes. on fait semblant de ne pas s'apercevoir que si la Terre peut momentanément nourrir 10 milliards d'humains, notre vie confortable ne sera possible tout au plus que pour un dixième d'entre eux et durant quelques décennies. Il faudra bien, tôt ou tard, admettre que la stagnation de la population européene (et décroissance, localement) est une bénédiction.

tartaglia (2008-02-24T10:18:44Z)

David, la Revue des Deux Mondes a consacré en octobre novembre 2007 un numéro spécial au thème du développement durable, à ses ambiguités, (dans le fond, c'est un oxymore, le développement ne vise pas à rendre pérenne)
Le concept du développement durable est analysé par un philosophe (Luc Ferry). Paul Arnould s'interroge sur la relation ambiguë entre l'entreprise et le développement durable, prenant l'exemple de la grande distribution. François Mancebo, géographe de formation, s'interroge sur les relations entre principe de précaution, instrumentalisation des peurs, et développement durable.
Ces textes constituaient le support des communications lors d'une journée-séminaire à l'ENS de LYON à l'automne dernier.

nameornick (2008-02-24T09:47:46Z)

Ce dont je rêve ce sont des avions de ligne marchant à l'énergie solaire, avec de batteries à la place des réservoir à fuel pour les vols nocturnes. Je parie que même en n'équipant comme ceci que les moyen-courrier qui ne volent que de jour et en laissant les long-courrier au fuel l'impact serait notable.

D'ailleurs David as-tu déjà réfléchi à un moyen de stocker de l'énergie radicalement nouveau? (les batteries actuelles, qui sont basées sur des histoires de matériaux ayant de savantes propriétés de répartition des électrons, sont semble-t-il assez limitées dans leur rapport taille/stockage).

Raoul (2008-02-24T09:33:55Z)

L'une de tes notes de bas de note (c'est comme ça qu'on dit) me fait penser au nombre de gens auxquels j'ai déjà essayé d'expliquer qu'il ne servait à rien de vivre dans la pénombre, ou d'éteindre non stop toutes les lumières pas absolument indispensables, si c'est pour employer à côté un frigo, un sèche-cheveux, un four et une télévision peu efficaces énergétiquement. Souvent, c'est peine perdue: électricité = lumière, that's it … Et peu importe les ordres de grandeur entre un aspirateur à 2000 W et une lampe à 40 …


You can post a comment using the following fields:
Name or nick (mandatory):
Web site URL (optional):
Email address (optional, will not appear):
Identifier phrase (optional, see below):
Attempt to remember the values above?
The comment itself (mandatory):

Optional message for moderator (hidden to others):

Spam protection: please enter below the following signs in reverse order: 9b8290


Recent comments