Comments on Mes petits biscuits au chocolat sont kasher

simple-touriste (2013-01-16T14:36:42Z)

Il y a aussi la religion "bio" qui interdit tous les OGM.

Pascal (2013-01-15T15:46:46Z)

« heureusement qu'on n'a pas quarante-deux religions dont une interdirait de manger des oranges, une autre du poulet, encore une des œufs »

Oranges :
méditation transcendantale
(interdition absolue des agrumes, je me suis enfui en courant quand ils m'ont demander pour connaître le mantra secret de venir faire une offrande à leurs dieux bizarres qui ne contienne en aucun cas des agrumes !)

Poulet :
Massorti
"Tu ne cuiras pas le poulet dans le lait de sa mère "
j'adore. :-)
http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/1/1e/Eggnog.jpg

œufs :
interdits dans la religion macrobiotique.

simple-touriste (2013-01-11T10:01:36Z)

"Je ne suis pas antisémite pour deux sous, mais ce vin était réellement dégueulasse"

Dire que la religion juive est d'une insondable bêtise et d'une effarante hypocrisie (problème du mélange de la nourriture dans une machine à faire la vaisselle…) n'est pas de l'antisémitisme.

Et c'est une religion qui provoque des demandes "d'accommodements raisonnables" en France, auxquels ils faut faire face et savoir dire non.

Et c'est une religion monothéiste extrêmement sexiste (moins que l'Islam évidemment, mais plus que le catholicisme).

anonyme (2008-04-24T12:48:06Z)

C'est un peu tard, mais je ne peux pas laisser passer ca…
ln : "si un non-juif *regarde* une bouteille de vin kasher, alors le vin n'est plus kasher. "
C'est completement faux… Par contre, Ruxor a raison, une bouteille de vin ouverte (les bouteilles scellees du commerce ne rentrent pas dans cette categorie) ne peut pas etre manipulee par des non-juifs, ou par des juifs non pratiquants (le critere etant grosso modo : est-ce qu'il respecte chabbat?). La raison technique est qu'a l'epoque de la Torah, le vin etait utilise pour des libations idolatres, et il etait interdit de consommer de ce vin la. Par contre, le vin qui a ete "cuit" (et effectivement, ce vin-la n'est pas tres bon gustativement parlant) etait impropre aux libations, et donc pouvait etre manipule par un non-juif et rester kasher.

Il y a d'autres raisons plus "philosophiques" pour cette interdiction la - notamment l'idee du peuple toujours en exil. Ne pas partager le vin (ni le pain d'ailleurs mais c'est une autre histoire) des Nations, pour ne pas oublier l'exil.

Concretement, pour produire du vin cacher, un juif pratiquant supervise toutes les etapes de production jusqu'a la mise en bouteille. Si la bouteille est scellee, le vin peut etre mis sur un circuit commercial classique. Si le vin a ete cuit, la bouteille peut etre ouverte par n'importe qui, si le vin n'a pas ete cuit, il faut que la bouteille soit ouverte et manipulee par un/des juifs pratiquants. Dans les restaurants cachers, le "sommelier" est toujours un juif pratiquant.

Bien sur ces interdictions paraissent excessives de nos jours. On ne s'imagine pas a table au restaurant avec un ami non-juif, en train de partager une bonne bouteille, et hop, voir cet ami se mettre a faire des libations idolatres avec notre bon vin. Mais c'est habituel dans le judaisme d'etablir "des barrieres autour de la Torah" - des lois plus severes pour eloigner les risques de transgression (cf. l'agneau dans le lait de sa mere et toutes les regles qui en decoulent)

Pardonnez-moi pour la longueur du commentaire, mais je voulais retablir la verite.

Pascal (2008-03-06T16:18:32Z)

In a écrit le 5 mars à 18h50 :
> "C'est bien pire que ca : si un non-juif *regarde* une bouteille de vin kasher, alors le vin n'est plus kasher".

Oh tu sais, Pline l'Ancien décrit le sang menstruel comme "un poison mortel qui contamine et décompose l'urine, détruit la fertilité des graines, tue les insectes, flétrit les récoltes, fane les fleurs, pourrit les fruits et émousse les couteaux".
Alors à côté de tels super-pouvoirs maléfiques, le regard impur des goyims à côté, c'est du petit bras.

Mais pour en revenir à la casheroute du vin, je pose les questions suivantes :

Et si le non-juif est aveugle, le vin "regardé" sera-t-il cosher ou pas ?
Et si le non-juif a été abandonné à la DASS par une mère juive (comme l'écrivain A. Sarazin) ?
Et si celui qui regarde le vin est aveugle, juif, incroyant et homosexuel,(comme Robert Feinstein) ?
Et si au contraire c'est un juif homosexuel orthodoxe très croyant (comme Rabbi Steven Greenberg ) ?

ln (2008-03-05T17:50:15Z)

C'est bien pire que ca : si un non-juif *regarde* une bouteille de vin kasher, alors le vin n'est plus kasher. Heureusement (ou pas), il existe un moyen de circonvenir cette condition : on rend le vin "invincible" aux goyim en le chauffant, lors de sa fabrication, a une temperature superieure a 180 C (pendant un peu moins d'une seconde). Les oenologues savent ainsi reperer immediatement un vin kasher (enfin, qui a subi ce traitement).

Ruxor (2008-03-02T14:04:15Z)

Le problème avec le vin kasher c'est qu'il suffit qu'un non-juif le touche pour qu'il cesse d'être kasher, si je ne m'abuse. Ça rend la chose un peu difficile à produire/distribuer/conserver.

tartaglia (2008-03-01T11:16:15Z)

je ne sais pas si quelque familier de ce site a déjà bu du vin cacher cela m'est arrivé une fois: mon père avait commandé une caisse de Lalande-de-Pomerol étourdiment et c'était du pinard conforme à la loi juive. Je ne suis pas antisémite pour deux sous, mais ce vin était réellement dégueulasse et il a fini en vinaigre. Cela dit, à l'époque, j'étais plutôt bourgogne.

Pascal (2008-02-28T00:18:40Z)

Ruxor a écrit :
> je ne vous fait pas la version Unicode

Nul, à part Allah, ne connaît la date. Lorsque le Seigneur Tout Puissant décrétera l'anéantissement de l'Univers et la fin de la première vie, il donnera un ordre à un Ange appelé Israphil de souffler une seule fois dans la trompe. Cette heure est terrifiante. L'Ange s'exécutera et l'Univers vibrera si violemment que tous ses liens se délieront : les montagnes s'effriteront, la planète, les Anges du Ciel, les génies de la terre trembleront tous, et Daoud Aliskander Madore oubliera la grammaire.

allced (2008-02-26T22:46:03Z)

Pour ce qui est de la composition, j'avais une fois appelé une usine de fabrication car les biscuits étaient estampillés kasher alors que la liste des ingrédients contenait un produit non kasher… Pour ne pas "trop" augmenter le prix des biscuits kasher, ils ne réimpriment pas un nouvel emballage mais gardent l'original. D'ailleurs sur certains biscuits, on peut voir qu'une étiquette est rajoutée sur l'emballage avec la nouvelle composition.

anonyme (2008-02-25T09:22:39Z)

f3et : Pour la loi mosaique ce n'est pas tout a fait ca. Les traces ne comptent pas si elles sont involontaires, et si elles representent moins de 1/60eme de la masse totale. Il n'y a pas de priere a prononcer.
Pour Paques c'est different : le principe des 1/60eme ne compte pas (si il y a moins de 1/60eme de hametz dans une marmite, le contenu est qd meme hametz). En plus se surajoute l'interdit de posseder du hametz pendant cette periode (alors que durant l'annee il est autorise de posseder des aliments non kasher). C'est dans ce but que l'on prononce la benediction au debut de Paques : tout le hametz qui n'a pas ete decouvert est repute "nul et non avenu" (et non pas azyme!!! un morceau de pain decouvert pendant Paques ne peut pas etre consomme en vertu de cette belle phrase :))

tartaglia (2008-02-21T08:03:28Z)

ces différents post renvoient au problème des médicaments génériques: dans l'excipient de médicaments jugés similaires en raison du principe actif et de sa dose, on trouve des composants différents susceptibles d'effets secondaires non prévisibles. Et quand on songe que d'un mois à l'autre, les patients atteints de maladie chronique changent de générique…

Joël (2008-02-20T12:37:03Z)

On ne doit pas vivre sur la même planète. Sur la mienne, la mention du caractère « halal » est beaucoup plus fréquente (supermarché, boucheries, restaurants, sandwicheries) que celui du caractère kasher.

f3et (2008-02-20T12:36:37Z)

Cette histoire de traces (de lait, de fruits à coques, etc.) est un de mes grands sujets d'étonnement depuis longtemps : a-t-on vraiment des preuves (de meilleure qualité que celles concernant l'homéopathie) que des allergies soient déclenchées par les doses quand même extrêmement faibles d'allergènes que contiennent (éventuellement) ces produits-là (ou s'agit-il encore du principe de précaution?) Quoi qu'il en soit, la loi mosaïque (ou plutôt son interprétation talmudique) est très claire sur ce point : les traces ne comptent pas *si* elles sont involontaires, et si la prière convenable a été prononcée (une bénédiction spéciale, par exemple, est prononcée à Pâques, réputant toutes les miettes de hametz (pain levé) qui n'auraient pas été trouvées et jetées être en fait azymes)

RiceRcaR (2008-02-20T09:34:11Z)

Tu as trois façons de voir ce genre de règle :
1- c'est purement religieux (His Master's Voice), suranné et gentiment folklo;
2- la gestion/restriction de la nourriture n'est qu'une toute petite partie des enseignements qui visent à sensibiliser les pratiquants de l'importance de contrôler leurs pulsions/désirs (manger, boire, baiser… n'importe quoi/comment/où);
3- la supervision d'un docteur es sciences (de l'époque) apportait une garantie que la nourriture fût comestible (et, accessoirement, les animaux tués dans des conditions décentes - sic)

zEgg (2008-02-20T05:03:44Z)


You can post a comment using the following fields:
Name or nick (mandatory):
Web site URL (optional):
Email address (optional, will not appear):
Identifier phrase (optional, see below):
Attempt to remember the values above?
The comment itself (mandatory):

Optional message for moderator (hidden to others):

Spam protection: please enter below the following signs in reverse order: 17d84b


Recent comments