Comments on Vie privée, vie publique / don't ask, don't tell

Stranger (2006-01-21T17:53:45Z)

Je ne suis pas sûr non plus que le billet de maitre Eolas soit tout à fait judicieux sous cette forme , même si c'est la coutume de se tutoyer sur les blogs, ça ne prend pas forcément Gilles dans le bon sens. Surtout pour quelqu'un qui n'y connait rien, ça donne un air aressif et irrespectueux, trop sardonique aussi ; je me demande si ça ne risque pas d'ôter de la crédibilité au message. Cela dit je suis d'accord, la sanction est absurde et scandaleuse. Mais la justice à coups de triques devient la norme dans ce pays ; j'aurais compris qu'on lui demande de retirer certaines choses du blog, ne serait-ce que parce que je ne suis pas sûr que ce soit la meilleure chose pour un proviseur de reprendre en public les façons de parler de ses élèves, mais pas plus.
e toute manière, la France est de plus en plus aveugle à toute différence et toute mesure. Je ne parle pas seulement de racisme et d'homophobie. La maladie mentale, et ses avatars, les troubles de toutes sortes, qui sont des handicaps lourds, sont de moins en moins soutenus, et pire, souvent criminalisés. Quand au cas par cas, dans chaque affaire, ce n'est plus la peine d'y songer.

Anonymous Coward (2006-01-20T17:35:52Z)

> J'ai cependant l'impression qu'il y a une plus forte
> mobilisation pour le droit à garder privé que pour le
> droit à rendre public la vie personnelle. Souvent, même,
> ceux qui comme moi tiennent à beaucoup rendre public sont
> traités d'exhibitionnistes (en mauvaise part). Pourtant,
> je pense qu'un droit n'a pas de sens sans l'autre.

Nous sommes d'accord sur la nécessité de symétrie de ces deux droits : le meilleur moyen de ne pas être pris en photo nue sur la plage c'est de ne pas s'y trouver, pas de faire condamner l'hebergeur - qui en général n'y est pour rien. Le meilleur moyen d'éviter les photos de sa femme dans les bras d'un autre c'est de ne pas poser pour la presse en se donnant comme exemple du bonheur parfait.

On veut bien de ces abrutis de fans quand ils dépensent leur petits sous en vous achetant des disques, on n'en veut plus quand ils veulent savoir avec qui on a couché hier soir.

Il fallait être institutrice ma chère dame, on ne roule pas sur l'or mais les photographes se moquent de votre ligne. Il fallait rester avocat mon cher monsieur, c'est moins glorieux mais aussi moins exposé.

Oui, il faut être cohérent. Si on limite la vie publique, il faut également limiter la vie privée.

Je suis cohérent.

Gru (2006-01-19T19:23:02Z)

Tu es listé, et en bonne place en plus. Ceci dit, merci pour avoir mis des mots clairs sur le malaise que je ressentais face à ce problème et aux réactions diverses

Jean (2006-01-19T16:50:45Z)

Fred (2006-01-19T10:51:24Z)

Moi il y a plein de choses ces dernières années qui m'incitent à penser que les sociétés occidentales (ou au moins la société française) sont en plein retour en arrière.

Sanction absurde et d'un autre temps contre ce malheureux proviseur évidemment, mais aussi ce post sur la liberté d'expression, et en particulier "la citation qui n'est pas de Voltaire" me font penser à un virage qui semble avoir été pris par ceux qui s'autoproclament "les intellectuels français" (comprendre : les gens qui squattent en permanence les médias pour rabacher leurs avis) : de nos jours, tout le monde semble admettre le principe qu'il soit illégal de tenir certains propos, et même sous prétexte de politiquement correct tout le monde s'en félicite.

Si quelqu'un tient des propos odieux (raciste, homophode, antisémite etc…), alors les grands progressistes trouve juste et bon que le pauvre couillon auteur de ces propos soit trainé en justice.
Quand j'ai pris conscience de ça je dois dire que ça m'a effrayé, moi qui croyais justement que la question était définitivement tranchée depuis l'époque de Voltaire (même si il n'a pas écrit cette fameuse phrase).

Je n'ai d'ailleurs toujours pas trouvé de vraie justification argumentée et rationnelle à ce revirement dans les discours des "gens qui pensent pour les autres".

xavier (2006-01-18T23:05:10Z)

Pour "privacity", je propose "respect de la vie privée" et pour tout le reste, je ne peux qu'être d'accord.

"Appuyez-vous sur les principes, ils finiront bien par céder".
Il est triste de constater qu'ils n'ont pas encore cédé dans les hautes sphères bien pensantes de notre société :(

Audrey H. (2006-01-18T22:23:46Z)

Juste une remarque linguistique sur ta note #3: j'abonde dans ton sens. En effet, dire qu'il ou elle est "a private kind of person" est difficilement traduisible. En anglais le terme "privacy" est ex-trê-me-ment fort. :)


You can post a comment using the following fields:
Name or nick (mandatory):
Web site URL (optional):
Email address (optional, will not appear):
Identifier phrase (optional, see below):
Attempt to remember the values above?
The comment itself (mandatory):

Optional message for moderator (hidden to others):

Spam protection: please enter below the following signs in reverse order: a4cffb


Recent comments