Comments on La tentation de la déprime

ln (2004-06-04T13:54:55Z)

Il y a des façons simples d'émerger de la spirale de la réflexion… Mais apparemment la self-pity s'oppose à ce genre de perspectives… Tu laisses le piranha te mordre, tu assumes, n'est-ce pas ? Tu vas bien, tout va bien, etc. Mais tu t'en sortiras.

Anonymous Coward #1037 (Nepomucene) (2004-06-03T20:30:25Z)

Comme je suis incapable d'avoir la moindre idée personnelle, je vais me permettre deux citations.

- La première (qui réagit à la fois au post de David et au commentaire de Noel) est un passage de Mauriac, dans son roman "La Fin de la nuit":

"Lorsque le désespoir qui vous tient desserre son étreinte, c'est presque toujours pour une très petite cause d'ordre physique: une nuit de bon sommeil, un verre de vin… Il fait semblant d'être parti et ne s'est éloigné que de quelques pas; nous savons qu'il reviendra; mais enfin il n'est plus là; le monde est bon; peut-être nous reste-t-il à vivre de longues années? Avant la mort, aucune solitude n'est définitive. Nous ne savons pas qui nous rencontrerons ce soir, demain: tant d'être nous croisent! A chaque instant, une étincelle peut naître, un courant s'établir".

- La seconde est un passage de "Bartleby", de Melville:

"Il est si vrai, et si terrible également, que jusqu'à un certain point, la pensée ou la vue de la misère mobilise nos sentiments les plus nobles; mais que dans certains cas, au-delà de ce point, elle cesse de les susciter. Ils sont dans l'erreur ceux qui en imputent invariablement la faute à l'égoïsme inhérent au coeur humain. Ce phénomène procède plutôt d'une certaine forme de désespoir de ne pouvoir remédier à un mal excessif et organique. Pour un être sensible, il n'est pas rare que la pitié se fasse douleur. Et quand, en dernière analyse, l'on perçoit que, d'une telle pitié, ne saurait venir aucun secours effectif, le sens commun exige que l'âme s'en débarrasse".

Anonymous Coward #1036 (bdibulle) (2004-06-03T19:52:47Z)

Tu es maniaco-depressif comme moi.

denis f (2004-06-03T16:39:28Z)

c'est juste pour m'excuser : je suis le couard anonyme n°1034 (mais j'ai dû faire une fausse manoeuvre)

Noel (2004-06-03T08:01:10Z)

Ton introspection ne tient pas compte des facteurs physiques, qui sont a mon avis tres importants pour expliquer les etats de bonheur or de déprime: 1. alimentation (trop manger fatigue, le sucre fatigue, la fatigue déprime) 2. sommeil (le manque de sommeil fatigue, l'irregularité dans le sommeil fatigue, la fatigue deprime) 3. exercise du corps (le manque d'exercise déprime) 4. exercise de l'esprit (facteur physique oui)(le manque d'exercise déprime, la fatigue rend difficile l'exercise intellectuel lequel est remis a plus tard, ce qui deprime)etc.

Anonymous Coward #1034 (2004-06-03T04:13:41Z)

Connais-tu le livre de Watzlawick : "Faites vous-mêmes votre malheur" (mais il donne aussi des recettes pour détruire son couple) ; <URL: http://www.amazon.fr/exec/obidos/ASIN/2020129418/artvisit-f-rechlivres-21/402-2943579-9072934 > ?


You can post a comment using the following fields:
Name or nick (mandatory):
Web site URL (optional):
Email address (optional, will not appear):
Identifier phrase (optional, see below):
Attempt to remember the values above?
The comment itself (mandatory):

Optional message for moderator (hidden to others):

Spam protection: please enter below the following signs in reverse order: ad7fd6


Recent comments