Comments on La normalité et l'apparence de normalité

Anonymous Coward #424 (DH) (2004-01-16T21:21:10Z)

Historically, they're supposed to be normalizing, that is, edicting the standards and the contents of what is to be taught to other teachers.

Now, in usual French, "normal" is first undrestood as in "English", so that nobody knows why the École Normale is called Normale, considering its weird students ;-)

Anonymous Coward #423 (Alice) (2004-01-16T17:53:12Z)

Where does the expression "ecole normale" come from etymologically?

Are its students supposed to be normal? normalized? normalizing?

Tiens un touriste (2004-01-16T17:11:10Z)

Un petit montage de citations (assez malhonnête je le concède, le résultat donne une apparence de sens assez éloignée du texte originel
( http://danny.oz.au/jennifer/visitor/6.on_being_normal.html ) , mais un peu de malhonnêté ne peut pas faire de mal de temps en temps)

"In the best of all possible worlds, real life would conform to these ideals or norms, (…) things would then be "normal" and everyone would correspond to the standards of the Ecole Normale Supérieure. In other words, (…), in French most people simply have to accept the fact that they are sub-normal, not quite on a par with the ideal of what they should be.

The truth is that they [the French] are a nation of failures -- by their own definition -- and that many of them endure this sense of failure, like some mysterious invisible wound, all their lives. They don't usually realise this, of course, because they think this state of emotional handicap is "normal" (in the English sense, this time), and so it is, since just about everyone around them suffers from it.

Incidentally, just as the adjective "normal" is a high honour in French, so "spécial" is insulting. Don't go telling your French friend that he/she is really special… In everyday French this corresponds more or less to the English term "weird", without any of the more glamorous aspects weirdness can at times involve. No doubt this is because someone who is "spécial" is even further from being "normal" than the rest of us poor mortals."

Anonymous Coward #422 (DH) (2004-01-16T13:55:52Z)

Je rejoins l'analyse du précédent. Et te conseillerai d'appliquer ta propre maxaime "Be liberal in what you accept and conservative in what you send." : essaie à la fois de limiter les épanchements de bizarrerie (j'ai le même problème que toi, et il se trouve qu'un excellent défouloir est les réunions de glauques où l'on joue à Arcanoïd, ça permet de montrer le reste, plus "normal" aux autres) *et* d'en accepter plus de la part d'autrui.

Et aussi, cesse de te considérer comme excessivmeent anormal. Assume ton originialité, et "qiu t'aime te suive". Tu trouveras bien quelqu'un qu'une relation poussée maître zen-disciple branche, que diable (moi-même, si j'étais homo, serais sans doute amoureux de toi. Justement par ce côté-là, je pense…). En d'autres termes, ce qui doit le plus gêner les autres est, justement, la volonté de cacher le vrai DAM, celui qui lit le standard Unicode à voix haute au petit déj', à leurs yeux. Car ça se sent tout de suite.

--
DH, long et confus, qui pipote sûrement, mais qui le pense sincèrement.

Anonymous Coward #421 (2004-01-16T13:37:44Z)

Il me semble que le fond du problème est que tu as l'impression d'être bizarre, alors que tu ne l'es pas. Le malaise vient de là, de ce sentiment qui t'inflige la lisibilité de tes "bizarreries". Tu es anormal parce que tu as peur d'être anormal, et c'est cette peur lisible qui te place dans le champs de "l'anormalité". Tu peux rationnaliser autant que tu veux la question du conformisme lié aux relations sociales : les gens ne décident rien de cette question en la définissant sur des critères rationnels, mais seulement sur l'intuition, la sensation, le filïngue. On se connaît, et je t'affirme que je le sens dés qu'un tiers "inconnu" intervient. Il le sens aussi. Tu le sens aussi. Le seul problème est là.

phi (2004-01-16T12:02:26Z)

À quand une "Weird Pride?"

Ton idée de te "normaliser"fait penser aux homosexuels qui naguère se mariaient, voire tentaient de se faire soigner… Et s'ensuivent névrose, paranoïa, dépression, asthénie, hypersomnie…

C'est évidemment indispensable de maintenir une interface "gens 'normaux'". Le problème est de trouver un compromis entre cette adaptation à la société et l'expression de son être. Personnellement, faisant sans doute trop de concessions, j'ai beaucoup d'admiration pour ces individus qui surent résister à de formidables pressions consensuelles, au péril de leur vie, et plus encore pour ceux qui ont su refuser avec autant d'énergie nazisme et stalinisme.

L'un des problèmes que tu as pour t'intégrer est que tu cherches à être 'normal', cad de la façon dont les gens pensent la normalité. Or les gens sont en moyenne bien en deçà de cette normalité idéale. Ils se disent rationnels et ne le sont pas du tout. Notre régime politique est sans doute encore plus proche de celui de l'Afganistan (maintenant!) que de l'idéalité qu'on enseigne. etc.
Par ailleurs, le problème n'est pas de se faire aimer de tout le monde mais de se faire aimer des gens qui sont importants pour nous et de ne pas se faire trop détester par les autres et de mettre en difficulté les premiers.
Enfin, tu surestimes largement ton anormalité; il s'agit plutôt d'anomalité; or c'est ton droit le plus strict d'être obèse. La norme devrait être seulement celle de la loi et des usages qui permettent la vie commune; pour le reste, les normes grégaires, c'est à toi de voir si vraiment le sacrifice vaut la peine.


You can post a comment using the following fields:
Name or nick (mandatory):
Web site URL (optional):
Email address (optional, will not appear):
Identifier phrase (optional, see below):
Attempt to remember the values above?
The comment itself (mandatory):

Optional message for moderator (hidden to others):

Spam protection: please enter below the following signs in reverse order: 922dd7


Recent comments