Comments on Membres endormis

vicnent (2006-01-26T21:12:42Z)

j'ai la très vilaine habitude de croiser les jambes.
Or, je ne peux pas le faire plus de deux minutes. Sinon, par la suite, quand le sang se remet à bouger, je suis paralysé complétement. (et debout, du coup, j'ai l'air très très con…)

Anonymous Coward #443 (Prince Hugues) (2004-01-19T16:48:48Z)

Moi aussi, ça m'arrive régulièrement, de couper la circulation d'un membre, et que celui-ci soit un peu engourdi -- et en général, rien de plus que ça. Sauf une fois, où il m'est arrivé d'avoir un bras complètement paralysé, et je confirme le sentiment d'angoisse que cela procure, de ne plus reconnaître ce membre comme partie du soi. La paralysie a duré vraiment longtemps, et à un moment je me demandais même si la cause ne pouvait pas se trouver au niveau du cerveau, ce qui était encore plus inquiétant : hémorragie cérébrale ? nerf sectionné ?

Bon, finalement (mais sans réelle conviction) j'en suis revenu à l'hypothèse d'une origine sanguine. Aussi, afin que cela ne se reproduise plus (et effectivement, cela ne s'est plus jamais reproduit) j'ai fait installer aux quatre coins de mon lit un système de sangles et de menottes, afin de toujours conserver les quatre membres écartés et de ne jamais plus les écraser dans mon sommeil. Le seul problème,
c'est qu'un jour, j'avais invité chez moi à dîner une amie avec qui je m'entendais très bien et avec qui j'envisageais une relation sentimentale ; la porte de ma chambre étant restée entrouverte, la demoiselle aperçut les lanières de cuir et de métal entourant le lit, et depuis, elle refuse de m'adresser la parole et m'ignore lorsqu'on se croise.

Anonymous Coward #428 (R1) (2004-01-17T12:22:09Z)


Ca m'arrive assez souvent (quoique… moins depuis quelques temps), c'est assez désagréable, mais ça n'a jamais causé de problème sérieux. Une fois seulement, j'ai vraiment eu peur, j'avais dû couper la circulation plus longtemps que d'habitude et mon bras a dû rester une bonne minute complètement insensible. Très perturbant, ça, de saisir un bras tout froid qui n'a pas l'air d'être à soi…

Anonymous Coward #420 (2004-01-16T11:39:16Z)

Ca m'arrive, et quand je me réveille, je vois un bras qui dépasse, et j'ai l'impression que c'est celui de quelqu'un d'autre, ou que mon bras s'est cassé, ç'est assez effrayant sur le coup…

Anonymous Hero (2004-01-16T00:44:14Z)

"Des coulées d'affection, d'infection, des coulées de l'arrière ban des souffrances, caramel amer d'autrefois, stalagmites lentement formées, c'est avec ces coulées-là qu'il marche, avec elles qu'il appréhende, membres spongieux venus de la tête, percés de mille petites coulées transversales, d'un sang extravasé, crevant les artérioles, mais ce n'est pas du sang, c'est le sang des souvenirs, du percement de l'âme, de la fragile chambre centrale, luttant dans l'étoupe, c'est l'eau rougie de la vaine mémoire, coulant sans dessein, mais non sans raison en ses boyaux petits qui partout fuient; infime et multiple crevaison."
(H. Michaux, La vie dans les plis)

Triste semaine faite de Restes… Comment accepter la persistance du pavillon Deutsch de la Meurthe, quand l'herbe qui l'entoure a disparu, s'est reformée mille fois, et avec elle les souvenirs de visages aimés? La transparence d'un souvenir non reconnu par Google ?
La mauvaise circulation dans le bras, la remanence de la mémoire -presque- heureuse, deux chemins si proches l'un de l'autre…
Mélancolie, humeur noire, malsaine, du mois de janvier ?
Courage !

phi (2004-01-16T00:14:10Z)

j'ai connu ça aussi, en même temps que des gênes articulaires; il semble que ce soit assez banal. c'est peut-être dû à une carence alimentaire bénigne.
tu sais… le nutella et les rilletes, c'est assez visqueux… en tout cas, ça me rassure: au moins, ce n'est donc pas lié à l'alcool!

Anonymous Coward #419 (Oli) (2004-01-15T22:34:07Z)

Dans ce cas, il faut en profiter plutôt que de s'en plaindre: rien ne vaut une bonne masturbation quand le bras est engourdi! :-D

cossaw (2004-01-15T21:28:41Z)

Ca m'arrive de temps en temps, car je dors avec un fin coussin entre mon bras et ma tête.
Pour les jambes, c'est plutôt quand je dors avec mon amoureux et que nos jambes se croisent la nuit. C'est plus la sensation de chaleur qui me réveille que la douleur.
Je confirme que plus cela durt, plus la sensation, est désagréable lors que le sang reflue.
La seule solution consisterait à changer de mode de sommeil, hors je pense que c'est quelque chose d'inné qu'on maîtrise mal…

Anonymous Coward #417 (2004-01-15T21:00:47Z)

moi, ça m'est déjà arrivé, le membre est froid et insensible, par contre, je n'ai pas souvenir d'une grande douleur lors du retour de la circulation sanguine.


You can post a comment using the following fields:
Name or nick (mandatory):
Web site URL (optional):
Email address (optional, will not appear):
Identifier phrase (optional, see below):
Attempt to remember the values above?
The comment itself (mandatory):

Optional message for moderator (hidden to others):

Spam protection: please enter below the following signs in reverse order: b370be


Recent comments