Comments on Rebond sur « J'en ai marre d'être un frustré »

Ruxor (2003-11-07T16:47:37Z)

Je me disais que ce n'était pas très « appropriate » sur un 'blog, et que c'était suffisamment explicite déjà comme ça. Mais c'est vrai que je pourrais l'être encore plus : si quelqu'un veut coucher avec moi, je lui conseille vivement de me le faire savoir, parce que, oui, moi, de mon côté, je recherche ça.
Devrais-je en faire une entrée ? Je vais y penser…

Anonymous Coward #217 (Lemercier) (2003-11-07T02:52:28Z)

Une suggestion qui ne vaut que ce qu'elle vaut (pas grand-chose). Pourquoi ne pas consacrer une entrée de blog à une sorte de petite annonce pour "plan sexe", si tu as envie de tirer un coup (indépendamment du fait que vous pouvez, que tu peux, vous, non, tu, enfin, bon, David, ne pas avoir envie que de cela)?

Tout le monde est au courant? Moui. Plusieurs entrées indiquent certes une certaine carence de ce point de vue, mais sans appeler directement et clairement à une résolution de la situation. Il me semble que ce n'est pas la même chose.

(oui, c'est effectivement une suggestion qui ne vaut que ce qu'elle vaut, c'est à dire, effectivement, pas grand-chose)

Anonymous Coward #175 (2003-10-23T15:14:55Z)

Il y a des jours où tu m'agaces profondément avec tes mots d'esprit qui te tiennent lieu d'argumentation. Surtout quand non content de me répliquer par sarcasmes, tu me demandes en plus de répondre à ta rhétorique absurdement inefficace car ne méritant rien d'autre qu'une fin de non recevoir.

Je vais m'attacher à discuter trois points :
(i) Les maths c'est plus simple que la vie
(ii) Où étais-tu hier ?
(iii) Engagez-vous qu'ils disaient !

Les maths c'est plus simple que la vie - devise de Sophie M. - est la première chose à laquelle m'a fait penser l'intervention d'un anonyme sur ton forum. Non que je sois d'accord sur le principe mais il me semble que le point est intéressant : ce qui est l'évidence même pour certains s'avère parfois insurmontable pour d'autres. Or quand tu te reproches de n'avoir réussi à trouver un amant d'une nuit alors que c'est réputé être un jeu d'enfant, tu commets justement l'erreur de croire à l'égalité des moyens. Dès lors, les reproches que tu t'adresses sont infodés, mais aussi la mauvaise humeur qui en découle.

Ca fait tellement longtemps que je t'entends te pleindre à ce sujet que je n'ai même plus mémoire de la première fois. Au lycée tu faisais déjà remarquer que l'on voyait toujours des garçons avec unE petitE amiE mais jamais UN.
Contrairement à ce que tu laisses entendre, je n'ai jamais prétendu détenir une solution à tes problèmes, mais une chose est certaine : toi non plus !

Cela dit, je ne me suis jusqu'à présent toujours gardé de m'engager en proposant une explication au phénomène… mais puisque tu me le demandes. Tu sembles croire que les homosexuels sont à ton image alors qu'ils ne le sont pas. Ton éducation, ta culture, ta façon de penser ou de parler sont autant d'obstacles à une telle liaison que votre intérêt commun pour les hommes ne rattraperont pas. C'est un peu comme si je prétendais aller draguer dans une barre de HLM d'une banlieue difficile remplie d'immigrées ne parlant guère le français et j'en revenais marri d'avoir échoué. J'ai bien sûr entendu tout ton discours expliquant qu'il ne s'agit là que d'une pulsion physique mais je n'en crois pas un mot. Pas un seul ! Perfide et provocateur, X a feint de se demander : "mais alors qu'est ce qui l'empêche d'attraper une petite normalienne et de l'enculer ?" Forcément, allégations absurdes, réponse absurde.

En somme, j'aurais tendance à penser que non seulement tu essayes de quarrer le cercle, mais en plus tu te trompes dans l'évaluation des obstacles réels d'une telle entreprise. Ton problème est insoluble, il faut en relacher certaines contraintes. Reste à savoir lesquelles.

Ruxor (2003-10-17T21:34:59Z)

Moi j'aurais bien aimé que tu répondes à mes questions avant de fermer ta gueule (ou pas). Surtout si tu prétends que dans ce cas « demain on y sera encore » : et si je suivais tes conseils, je serais où, demain ?

Anonymous Coward #156 (2003-10-17T15:59:35Z)

Dans ce cas je ferme ma gueule mais mon petit doigt ici présent me signale que demain on y sera encore…

Ska (2003-10-17T01:14:15Z)

"On n'arrive assurément à rien si on baisse les bras à la première contrariété, mais pas plus si on s'acharne à vouloir l'impossible."

Tu es encore en train de dire, AC #153, que pour Ruxor, baiser est du domaine de l'impossible. Alors soit tu es un dieu omniscient qui lit l'avenir sexuel des gens à ses moments perdus, soit tu racontes des conneries et tu seras bien aimable de la fermer.

Ruxor (2003-10-16T19:40:14Z)

Juste pour savoir, AC #153 : tes commentaires sont-ils censés m'être utiles ou bien sont-ils purement vexatoires ? J'aimerais aussi bien savoir ce que tu veux dire en prétendant pouvoir « personnellement témoigner » que je ne suis pas fait de mathématiques et d'eau fraîche.

Anonymous Coward #153 (2003-10-16T18:03:43Z)

J'oublie de commenter un dernier élément :
"Non, tu n'as pas pris ma remarque au bon niveau : être un gamin, justement, c'est aussi ne pas assumer d'en être un, justement"

Tu ne peux pas être un gamin quand cela te convient et n'en être plus dès que cela ne te convient plus. Il faut croire - et je l'ai explicitement signalé - que ton attitude 'générale' nous porte à croire que tu es un homme logique et judicieux. Ne sois donc pas surpris que l'on s'attende à ce que tu te comportes également ainsi en ce qui concerne le sexe. Tout ton discours, et même ta réplique invoquant l'autophagie de mon argument laissent à penser que tu es loin d'être un enfant.

Anonymous Coward #153 (2003-10-16T17:57:35Z)

Tu as répondu toi même à ce point, il s'agit d'une question de mesure. On n'arrive assurément à rien si on baisse les bras à la première contrariété, mais pas plus si on s'acharne à vouloir l'impossible. Il m'arrive pour plaisanter de me vanter de toujours obtenir ce que je veux :
- ah bon ? Tu en as de la chance ! Et tu fais comment ?
- Je m'arrange pour ne vouloir que des choses que je peux raisonnablement obtenir !

En ce qui concerne « à la hauteur de [s]es facultés », tu as toi-même donné le bâton pour te battre. Tout comme tu réussis à faire croire que tu n'es fait que de mathématiques et d'eau fraîche (ce que je puis presonnellement témoigner être faux), ou encore que tu es arrogant… Je n'ai pas la vocation d'ajouter une section 'relations sexuelles' à ta page d'introspection (et ce serait plutôt à toi de le faire) mais il y a sans doute un 'malentendu' de plus sur ce point. Seulement à la différence des autres qualités ou défauts, on a quand même un critère expérimental raisonnablement fiable pour juger.

Ruxor (2003-10-15T19:22:49Z)

AC #150: Non, tu n'as pas pris ma remarque au bon niveau : être un gamin, justement, c'est aussi ne pas assumer d'en être un, justement.

En tout cas, ce que je n'assume pas, c'est ce défaitisme consistant à revoir immédiatement ses ambitions à la baisse devant l'adversité. Évidemment, ça dépend quelle adversité : un tétraplégique qui veut devenir champion de basket, j'admire, mais je ne sais pas si j'y crois (ou, de même, un <joke kind="private" source="Les Guignols">François Bayrou qui veut devenir président de la République</joke>). Je ne sais pas qui tu es, donc je ne peux évidemment pas te dire « mais si, tu peux devenir mathématicien », mais il y a des cas de gens qui ne semblaient absolument pas partis pour et qui y sont arrivés quand même.

« Dans la vie on ne fait pas toujours ce que l'on veut »… « à la hauteur de ses facultés ». Donc je suis censé comprendre de ce raisonnement que je n'ai pas de facultés suffisantes pour baiser, c'est ça ? Impressionnant, tout de même ! On peut en savoir plus sur ce qui me vaut ce diagnostic ?

Anonymous Coward #150 (2003-10-15T17:31:50Z)

Je n'ai jamais dit que c'était de ta faute… et je ne te le reproche pas de la même façon que les autres ne me reprochent pas de ne pas être aussi bon qu'eux en mathématiques/physique/informatique/etc. Tu as toi même parfaitement saisi l'enjeu essentiel d'ailleurs, on se moque d'être un gamin ou pas, de faire ses petites crises avant, après ou encore autrement. Le tout est de réussir à assumer et à surmonter pour ne pas se pourrir la vie et pourrir en même temps celles des autres. Mais assumer c'est aussi accepter ce que l'on est, ce que l'on a.

Ruxor (2003-10-15T16:46:58Z)

AC #149: Et c'est ma faute si je suis encore émotionnellement un gamin, justement parce que les circonstances ne m'ont pas permis de mûrir mes émotions ?

C'est ma faute si je n'ai jamais pu faire convenablement ma crise d'adolescence, et que plus le temps passe plus ça devient difficile de la faire ?

Anonymous Coward #149 (2003-10-15T16:16:31Z)

Quand on me demande ce que je pense de ton auguste personne, je réponds que tu es un homme juste, loyal et droit… mais que chaque fois qu'il est question de sexe, tu perds tout jugement et te mets à raconter n'importe quoi.

Le problème fondamental est, je crois, que tu n'as pas compris que dans la vie on ne faisait pas ce que l'on voulait.

On vous raconte petit qu'il suffit de vouloir pour pouvoir, et j'ai voulu ; être compositeur, physicien théoricien, mathématicien, etc. Et d'échec en échec j'ai appris à revoir mes ambitions à la baisse. Aujourd'hui je fais un travail d'une technicité qui m'aurait répugné autrefois, à la hauteur de mes facultés.

A toi, on t'a vraisemblablement dit quand tu étais petit que tu serais heureux dans la vie… et tu l'as cru ! Et tu jalouses comme j'ai jalousé le premier de la classe. Et tu te fâches comme je me fachais quand j'avais de mauvaises notes. Et tu déprimes comme j'ai déprimé en voyant la vanité de mes efforts.

La seule différence c'est que tu n'es plus un enfant.

Stephane (2003-10-15T09:30:32Z)

Avez-vous essayé l'argent ?
Cette vieille lune que le sexe et l'argent sont les moteurs de l'homme n'est pas totalement fausse.
Mais avec l'âge, souvent la libido baisse; tandis que l'appât du gain …
Je n'entends pas l'argent qui avilli, qui corrompt, qui abaisse soi ou les autres.
Ni la consommation effrénée induite ou la satifaction béate devant un compte en banque.

Mais le mouvement : boursicoter ou aller au casino peut procurer de sacrés décharges d'adrénaline.
A la roulette, pour quelques dizaines d'euros, vous avez une excitation profonde, autant en gagnant qu'en perdant.
La vie, ses bons cotés comme ses mauvais, en accéléré.

Et vous faites une bonne action : le trésor public est toujours gagnant.

Ska (2003-10-15T08:10:05Z)

"vouloir à tout prix avoir une activité sexuelle, parce qu'apparemment tous les autres autour de nous en ont une"

Mais, licor, on peut très bien vouloir avoir une activité sexuelle non pas pour faire comme tout le monde, mais juste parce que c'est agréable. :)
Ensuite, le fait que ça ne semble poser problème à personne d'autre est quelque chose de frustrant en soi, et c'est normal de s'interroger sur les raisons de ses propres échecs. Je suis sûr que Ruxor ne cherche même pas une sexualité "débridée", et qu'il accueillera avec grand plaisir tout indice qui le mènerait à la sexualité "heureuse et équilibrée" dont tu parles.

Ruxor (2003-10-14T20:05:05Z)

Romantique, moi ? Hum, c'est une question Compliquée®, et il faudra peut-être que je l'aborde un jour ; mais, dans le sens où tu l'entends, Ghalys, non, vraiment, je ne crois pas. Notamment, je ne cherche pas l'« homme de ma vie » parce que je préfère qu'un certain nombre de gens m'apportent chacun un peu plutôt que tenter de me persuader qu'une seule personne m'apporte tout. Quant à l'amour… je crois que j'en suis encore capable, mais au prix d'un certain effort.

Mes remarques sur la lobotomie étaient évidemment une plaisanterie. Je ne crois pas une seule seconde être « trop » intelligent pour quoi que ce soit, et je ne crois pas être plus intelligent qu'un autre (par exemple, je ne suis pas professeur de sémiotique à l'Université de Bologne ! ;-). En tout cas, je suis parfaitement capable de tenir une conversation « décervelée » et d'apprécier ça (le problème est peut-être que des gens peuvent être persuadés du contraire, parce qu'ils me connaissent mal).

Pour l'alcool, je n'ai vraiment pas de chance, j'ai horreur de ça (ben oui : je ne bois pas, je ne fume pas, et je ne baise pas : quelle vie de merde, quand même).

chil (2003-10-14T16:54:09Z)

tu dis que le besoin est créé par l'impression qu'il est facile de trouver un plan cul. Mais c'est peut être justement pour ca que tu ne trouves pas : je pense que pour trouver un plan cul, il faut en avoir vraiment besoin, un besoin physique. et ce besoin physique n'est peut etre pas suffisament fort chez toi pour t'amener a le satisfaire.

Ghalys (2003-10-14T16:50:26Z)

Je vois, je commence à cerner un peu mieux ta personnalité. Tu es beaucoup trop romantique, tu veux un amour vrai qui dure longtemps si possible. Ne fais donc pas la même erreur que moi et ne vas pas au dépôt chercher l’homme de ta vie. Tu y trouveras au plus un coup d’un week-end (on raconte que dans des cas exceptionnels des couples se sont formés au dépôt, mais l’exception confirme la règle). Personnellement j’ai rencontré mon poussinet dans un bar gay du Marais. Nous sommes ensemble depuis un an et demi. Je te conseille donc de faire de même pour trouver ce que tu cherches. Je te lis depuis peu, mais je dirais que le bar qui te conviendrait le mieux est « La petite Vertu ». Il est assez petit (c’est plus facile pour les rencontres), il fait restaurant et des associations s’y réunissent parfois.
Mais comme tu es trop intelligent pour être heureux (d’après les posts de tes messages précédents) je te suggère un produit lobotimiseur que l’on peut se procurer facilement : l’alcool. Il n’y a rien de mieux pour devenir con, et plus ça se vend dans les bars ! Après quelques verres tu auras moins de mal à lier de nouvelles amitiés.
PS : Le noir n’est pas très sexy, mets quelque chose de plus gay si tu veux draguer.

Anonymous Coward #144 (DH) (2003-10-14T14:11:01Z)

licor: Il y a du vrai dans ce que tu dis, mais pas entièrement. Dans un des milieux que David fréquente (l'ENS) et que je fréquente aussi, je peux te dire qu'il y a quantité de personnes à activité sexuelle faible, plus que la sienne (et la mienne [mais je suis hétéro, donc pas dans le même monde de ce point de vue]). Eh bien ça ne diminue pas la sensation de frustration d'un iota ! La bonne manière de la dimonuer n'est pas que dans le rapport à autrui, elle est surtout dans le rapport à soi-même.

Anonymous Coward #143 (licor) (2003-10-14T07:29:03Z)

"Je ne veux pas faire au commentateur ci-dessus (fût-il anonyme) un procès d'opinion, mais il semble y avoir encore des gens qui croient que l'activité sexuelle est dans une certaine mesure un dérèglement qui doit être contenu, une survivance de bestialité à contrôler pour accéder à un Zustand supérieur."

Je n'ai pas dit que l'activité sexuelle est un dérèglement, et je ne le pense pas, au contraire. Mais je pense que, vouloir à tout prix avoir une activité sexuelle, parce qu'apparemment tous les autres autour de nous en ont une, est une forme de dérèglement, fort répandue de nos jours. On se met la pression, les autres le sentent et nous fuient, donc on n'y arrive pas; et on perd l'estime de soi, on se sent coupable, ce qui est absurde. Entre la chasteté complète et l'activité sexuelle débridée (mais inaccessible), il y a la place pour une sexualité heureuse et équilibrée, et c'est bien ce que je te souhaite.

alina (2003-10-14T07:27:18Z)

Je lis tout cela et je n’oserais rien dire, s’il n’y avait pas une chose qui m’a fait penser au delà des maths et du sexe : le fait que tout ça plonge un peu dans la rage, haineuse et bienfaisante. C'était plus évident dans l'entrée "J'ai marre,etc", mais peut être je peux le dire également ici. Si on a la force vitale pour dire qu’on est enragé de sa propre situation, et on se le dit tous les jours, je trouve que ça c’est une ressource et pas une chose négative. Etre enragé veut dire être vivant, pulsant, bien planté sur ses pieds, monstrueusement faché avec tous et avec tout, et cela porte très loin, c’est une vraie force vitale, parce qu’il y a un moment ou les entrailles sont si sanglantes qu’on fait finalement des choses qui nous portent un degré plus haut; et ce ne sont pas des conneries, parce que tu n’est pas un con, mais des affirmations de vie.


You can post a comment using the following fields:
Name or nick (mandatory):
Web site URL (optional):
Email address (optional, will not appear):
Identifier phrase (optional, see below):
Attempt to remember the values above?
The comment itself (mandatory):

Optional message for moderator (hidden to others):

Spam protection: please enter below the following signs in reverse order: bae1c2


Recent comments