Comments on Prérentrée en DEUG MIAS

jko (2003-09-12T22:50:58Z)

J'ai eu de très bon profs en 1ere année de deug, et ca n'a pas empeché les élèves de ne pas être motivé, j'ai même vu des profs sortir de l'amphis parce qu'ils en avaient marre! Pour ce qui est des TD c'était bien souvent les maîtres de conf eux mêmes qui les dirigaient dans ma petite fac.

Je crois vraiment que les maths sont vu comme la bête noir des étudiants de fac par tous ceux qui ne sont pas en mias.

Et comme le dit Izis, les médias jouent un rôle très important, je pense qu'une des rares solution est d'expliquer les choses telles qu'elles sont:
expliquer entre autres que c'est la recherche qui fait avancer le monde et non le cinéma, qu'il faut travailler pour réussir, et que profiter toute sa vie des travaux de ses ancètres sans rien chercher à produire en retour, c'est leur manquer de respect et se plonger dans un profond égoisme.

clipper (2003-09-12T20:03:28Z)

Je tiens à témoigner ici que le soi-disant "esprit-coucours" est plutôt un mythe dans la plupart des prépas. Et puis, on peut vraiment sortir vivant d'une prépa sans bosser comme un malade. On met juste un peu plus de temps ;-) Je crois que la desffection pour les matières scientifiques vient de deux choses : d'abord, au lycée, même si on veut faire HEC, il vaut mieux passer par la terminale scientifique (c'est quelle lettre maintenant ?), qui est présentée comme la "voie royale". Ensuite, il faut bien avouer que les sciences telles qu'elles sont enseignées en collège et lycée manque singulièrement de "glamour" et surtout d'honnèteté intellectuelle dans leur présentation (les explications sont souvent nulles voires inexistantes, c'est comme ça parce que c'est comme ça !). A cet égard, mon arrivée en prépa fût une véritable révélation (je n'ai jamais dit que je m'en souvenais ). Je ne sais pas ce qu'il en est avec la fac.
L'avantage des prépas tient aussi au fait que globelement et normalement, l'ensemble de la classe est motivé, ce qui apparamment n'est pas le cas en fac.
Cela dit, entre pointer au chômage et extorquer à papa-maman une année de fac, pour se la couler douce, je sais ce que j'aurais choisi…

Izys (2003-09-12T17:13:43Z)

"un étudiant français préférant systématiquement, on le sait, n'importe quelle prépa à n'importe quelle Université"

Certainement pas moi. Je n'aurais jamais pu supporter le rythme et l'esprit de competition de la prepa. Je le croyais en Terminale, et encore plus maintenant.

Les effectifs en sciences baissent globalement en France, et il ne s'agit pas que des maths. Les etudiants desaffectent les sciences. Il est vrai que de nombreux enseignants du secondaire ne sont pas tres encourageants (ma prof de maths en Terminale : "un DEUG MIAS ? *lol* Mais tu ne tiendras pas deux mois !"), mais je mettrais egalement cela sur le dos de l'imagerie populaire vehiculee par les media. Qui lit les nouvelles "scientifiques" ? On y parle presqu'exclusivement de clonage humain, d'armemement, de catastrophes ecologiques et… de technologies numeriques. Un portrait reducteur et pessimiste, qui fait qu'aujourd'hui le statut social d'un commercial est plus reluisant que celui d'un scientifique, sans parler des differences de revenu. Les temps ont change… (cf. article de Jean-Jacques Duby "La grand'peur de la science" dans le numero 254 (Dec. 1998) de _Pour la science_).

Ruxor (2003-09-12T16:48:05Z)

Parmi mes étudiants de DEUG des années passées, on peut estimer en très très gros que : 5% envisagent de devenir prof (collège ou lycée, normalement), 40% pensent vaguement devenir ingénieur, ou informaticien, ou quelque chose de très flou de ce genre (je ne dis pas que ces métiers sont « flous », mais dans la tête des étudiants ce l'est), 35% n'ont absolument aucune idée et sont là juste parce qu'ils n'ont pas été pris ailleurs et qu'il « fallait bien » s'inscrire quelque part (pour avoir une carte d'étudiant, peut-être ?), 10% ont une idée de carrière mais elle est assez fantaisiste ou sans rapport avec le DEUG MIAS, près de 10% ne veulent pas nous en parler, et quelques pour cent ont un vrai projet professionnel personnel et ont l'air prêts à se battre pour le réaliser.

Maintenant, je ne leur jetterai pas la pierre : d'une part, ce n'est pas facile, à 18 ou 19 ans de se faire une idée de carrière alors qu'on ne sait pas vers où on va (j'en connais qui bien plus âgés ont encore de lourdes interrogations) ; d'autre part, il n'ont pas énormément de monde vers qui se tourner pour être conseillés (sans être noyés dans une documentation labyrinthique et absconse, ou remplie de buzzwords indéchiffrables).

Anonymous Coward #68 (2003-09-12T16:34:44Z)

Je croyais avoir compris que le niveau global en maths est en baisse a tous les niveaux.

C'est surement du a la stupidite (sauf exception) des profs de maths actuels. En plus, quand je disais que je voulais devenir chercheur en mathematiques, il se foutaient de ma gueule. En gros moins j'en faisais et mieux j'etais considere par la majorite d'entre eux. Il a vraiment fallu attendre que j'arrive en maitrise a l'universite pour avoir enfin des professeurs competents (cela dit, les charges de TD c'etait toujours pas ca), qui acceptaient la nullite de leurs eleves et essayaient neanmoins de les faire progresser.

J'ai pu faire au lycee un sondage autour de moi… Aucun de mes petits camarades ne voulait devenir prof. Ils voulaient tous gagner plein d'argent dans la finance, l'industrie ou que sais-je encore. Pourtant eux etaient bons en maths. Mais c'est moi qui ai continue d'en faire.

D'ailleurs, je n'ai jamais su a quoi servaient les mathematiques. En tant que mathematicien je n'ai jamais eu l'impression d'etre utile a quiconque. Ca fait juste passer le temps.

jko (2003-09-12T15:10:26Z)

Je croyais avoir compris que les effectifs dont en baisse globalement en maths à tout niveau.

C'est surement dù à la stupidité de la jeunesse actuelle, plus on fait des sciences abstraites, plus on est regardé de travers. Quand je dis aux gens que je lis des livres de maths l'été ils me prennent pour un fou. En gros moins on en fait mieux on est consideré par la majorité des gens de son age.

David tu peux faire un petit sondage et demander à tes élèves pourquoi ils sont là, la moitié te dira que c'est pour devenir prof, l'autre qu'elle ne sait pas, sauf exception, personne ne te dira que c'est par plaisir.

Aussi je suis persuadé que les 1ere année ne savent pas à quoi servent les maths, ne savent pas ce qu'est un "model mathematique", si on leur avait un jour expliqué les choses en leur disant autre chose que "il faut faire des maths", peu etre qu'il y aurait plus d'inscrits


You can post a comment using the following fields:
Name or nick (mandatory):
Web site URL (optional):
Email address (optional, will not appear):
Identifier phrase (optional, see below):
Attempt to remember the values above?
The comment itself (mandatory):

Optional message for moderator (hidden to others):

Spam protection: please enter below the following signs in reverse order: 149853


Recent comments