Comments on De l'art de rendre la monnaie

Ruxor (2007-07-03T23:19:17Z)

À ce sujet, d'ailleurs, l'autre jour à mon supermarché local, j'ai tendu 20€ pour payer 13.99€, et le caissier m'a demandé si j'avais un centime — puis, voyant que je le regardais bizarrement, si j'avais un euro. Je lui ai donné et il m'a rendu un billet de cinq et deux pièces de 1 dont celle que je lui avais passé, et ça ne l'a apparemment pas gêné.

Nicolaus (2007-06-30T09:02:16Z)

Juste quelques remarques en retard de 4 ans :
Mes parents étant amenés (par la force des choses) à rendre la monnaie à des clients sur un marché, et ne disposant d'une "calculatrice avec affichage de la monnaie à rendre" que depuis quelques années, ils ont bien sûr l'habitude de rendre la monnaie "au plus pertinent possible", et notamment pour être sûr de maintenir une quantité de monnaie non négligeable dans leur caisse, tout en évitant d'être aussi en pénurie de billets de 5 ou 10 euros.
Le problème avec les grands magasins en général est que la caisse n'appartient pas aux caissières, celle-ci peut-être rechargée en petite monnaie à tout moment de la journée. De plus l'utilisation des machines (je ne sais pas trop s'il faut dire des calculatrices "avancées" ou des ordinateurs, ou autre chose ?) a un effet doublement pervers: 1) les caissières n'ont en apparence plus à calculer pour rendre la monnaie, puisqu'elles tapent simplement la somme payée et la monnaie à rendre s'affiche, et 2) comme le souligne JKO c'est effectivement plus rapide de taper une somme entière qu'une somme décimale, donc elles ont tendance à bien connaître la borne sup entière de la somme due, et de rejeter "à la main" le surplus de monnaie que tu leur donnes.
Bref, à l'heure où j'écris ce problème est en train de s'estomper puisque l'ingrat métier de caissière est soit disant menacer de mort par les caisses entièrement automatiques déjà disponible dans certaines très grandes surfaces.

Anonymous Coward #53 (2003-09-03T21:10:16Z)

Un ajout aux remarques super-petinentes de Ruxor. Si le commerçant envoie un faux billet de 500 euros (ou autre) à la Banque de France, le billet ne lui est pas remplacé. Ca rend philosophe sur les ayatollah de la loi !

Anonymous Coward #45 (2003-09-03T16:28:55Z)

Vous n'etes pas sans savoir que le probleme de minimisation de la monnaie est un probleme NP-complet.

Ainsi, si les caissieres du supermarche etaient capables de le resoudre en une fraction de seconde, elles pourraient par reduction de Turing resoudre egalement des problemes aux applications industrielles tres importantes tels l'ordonnancement d'ateliers, le dimensionnement de reseaux de telecommunications ou le positionnement des satellites en orbite pour balayer certaines surfaces de la planete.

On aurait alors tout interet a grouper les caissieres en grappes de calcul pour venir en aide a nos pauvres ordinateurs qui en ont bien besoin.

Cela dit, je trouve que vous manquez de technique : quand je rends la monnaie et que la caissiere me regarde car elle ne comprend pas, en general je lui souffle "vous me rendez un billet de cinq".

Il arrive qu'apres un calcul de verification, elle regarde dans sa caisse et reponde "j'ai plus de billets de cinq". La, le grand classique consiste a changer la monnaie que vous donnez (par exemple dans un cas tres simple en rajoutant une piece de un et en vous exclamant "bon, ben trois pieces de deux alors…") ou a prendre un article supplementaire, etc.

Apres deux ou trois iterations, c'est la franche rigolade garantie pendant que la caissiere recommence trois fois de suite son calcul. Elle finit par abandonner et n'accepter que le gros billet puis vous rend la monnaie.

La pointe consiste alors a ne surtout pas reprendre de suite la monnaie qu'elle vous rend et a refaire toute la transaction pas a pas : "vous m'avez rendu deux pieces de vingt et avec les 10 centimes que je vous avais donnes ca fait 50, donc vous allez les remplacer par une piece de 50 centimes", etc.

Vous verrez, la prochaine fois elle se souviendra de vous et elle fera meme un effort pour vous rendre la monnaie correctement !

Tiens un touriste (2003-09-03T15:02:41Z)

Mmouais, la théorie selon laquelle en cas de doute sur l'authenticité d'un billet le commerçant peut relever l'identité du client, quoique basée sur une source dans l'excellente FAQ de Bullock sur les espèces en France (voir http://www.google.fr/groups?selm=3e092203%240%2427712%24626a54ce%40news.free.fr ) me paraît contestable la source étant de bien bas niveau, à savoir une réponse ministérielle (n°13224 JO, Sénat 27 novembre 1973) ; si la chose "allait de soi" et ne demandait aucune disposition réglementaire particulière, pourquoi le législateur aurait-il dû pour le paiement par chèque se donner la peine d'ouvrir ce droit au commerçant par l'article L 131-15 du code monétaire et financier (L 101-1 du code des postes et télécommunications pour les chèques postaux) ?

Par ailleurs la question de savoir si le client est en droit d'exiger qu'un commerçant accepte un paiement supérieur au prix -renonçant à recevoir la monnaie- n'a pas une réponse bien évidente. La FAQ de Bullock penche sur un ton assez péremptoire pour une réponse négative, assez convaincante -nul ne me semble être contraint à recevoir un don contre son gré. En tous cas, ce n'est pas aussi évident que le commentaire de Ruxor (TM) le laisse entendre.

Sur la pratique, je peux donner mon témoignage, ayant acheté en mars 2002 un meuble d'un prix de 524 EUR au Conforama de Saint-Priest. Je remets à la caissière un billet de 500 EUR, un billet de 20 EUR et deux pièces de 2 EUR ; elle me dit devoir appeler son chef. La chef examine le billet et m'annonce qu'il est faux et qu'elle ne peut pas l'accepter. Je réponds qu'il est vrai, cinq minutes de dialogue de sourds. On me dit avec insistance de reprendre mon billet, je refuse et m'étonne que si on me soupçonne d'être un délinquant on me laisse repartir sans appeler la police. "Mais non monsieur on ne vous soupçonne de rien" "donc vous acceptez mon billet" "non" (et ça repart pour cinq minutes). Je refuse absolument de reprendre le billet ; après que je suis resté une heure sans bouger on finit par appeler la police, qui amène le billet et moi-même à la succursale locale de La Poste, qui confirme l'authenticité du billet. Les policiers, assez hilares,me ramènent au magasin où la responsable qui avait refusé le billet ("je suis sûre de moi j'ai suivi un stage à la Banque de France") se planque et une autre chef s'excuse avec assez peu de conviction. À aucun moment les employés du Conforama ne m'ont proposé de prendre en note mon identité.

alina (2003-09-03T11:43:37Z)

La caissière du super près de chez moi, à part le fait qu'elle peut accepter n'importe quelle combination de monnaies que je lui donne pour me rendre la monnaie qu'on me doit (capacité calculatrice extra), a aussi une caisse qui peut afficher combien elle doit me rendre depuis la quantité que je lui donne. Peut etre qu'on a inventé cela parce que les supers, en Italie, (et les bars, les taxis, tout) sont toujours dépourvus de monnaie; les caissières, etc. sont des braves calculatrices parce qu'on n'a pas l'habitude d'aller à la banque se refournir de monnaie!

Ruxor (2003-09-03T11:18:56Z)

Les caissières sont tenues d'accepter la quincaillerie qu'on leur donne, dans les limites du pouvoir libératoire de ces pièces défini par la Banque de France (en l'occurrence, 50 pièces par transaction, tous types confondus).
Elles n'ont pas non plus le droit de refuser, par exemple, les billets de 500€.
Elles ne peuvent même pas refuser un faux billet, seulement relever l'identité de celui qui l'utilise, faire vérifier le billet par la Banque de France, et éventuellement poursuivre le payeur en justice (au civil comme au pénal).
En revanche, elles ne sont pas tenues de rendre la monnaie : en France, c'est au client de faire l'appoint si on lui demande (ou de payer plus, s'il ne le peut pas). Donc, si on ne peut pas refuser un billet de 500€, on peut cependant refuser de rendre la monnaie dessus, ce qui dans beaucoup de cas équivaut à le refuser…

jko (2003-09-03T10:17:19Z)

Et si tout le monde avait Monéo, ca donnerait quoi ? bien que je considère que ce système ne soit pas suffisament sécuririsé, il couterait surement moin cher à l'état, et augmenterai le rendement des caissières .. tout en leur faisant oublier comment compter :), apres tout on a inventé des machines pour compter et .. tiens, c'est pas pour ca qu'on ne te prend pas toutes tes pieces ?
style c plus simple de taper 20E sur la machine que de taper la somme de toutes les pieces.. bref

il n'y a quand meme rien de plus drole que de donner l'appoint a une caissiere avant qu'elle ne vous donne le prix et partir avant qu'elle ai fini de compter ;)

Anonymous Coward #52 (2003-09-03T09:57:03Z)

C'est vrai, pas mal ça, des billets de 1,33 euros !

Et puis, juste une remarque en passant : les caissières n'ont pas à récupérer la quincaillerie de leurs clients, elles ne participent pas directement à la campagne des pièces jaunes (c'est Bernadette TM).

Le Grand David Madore (TM) aurait-il encore oublié qu'il n'est pas seul sur terre ?

Tiens un touriste (2003-09-03T09:50:40Z)

C'est certain que ce serait beaucoup plus simple si on disposait de pièces de 1,33 ou 1,37 euros, voir les détails dans

http://www.math.uwaterloo.ca/~shallit/Papers/change2.pdf


You can post a comment using the following fields:
Name or nick (mandatory):
Web site URL (optional):
Email address (optional, will not appear):
Identifier phrase (optional, see below):
Attempt to remember the values above?
The comment itself (mandatory):

Optional message for moderator (hidden to others):

Spam protection: please enter below the following signs in reverse order: 80a8d8


Recent comments