Comments on Petite note technique sur la différence entre seuil d'immunité grégaire et taux d'attaque final

Cigaes (2020-11-11T13:15:11Z)

@DH : Si j'ai bien lu, pour minimiser les victimes directes, il faut viser κ′≈1.2, le taux critique. Or justement, 1.2, c'est ce que nous avions avec les précautions sans le confinement.

DH (2020-11-11T10:13:37Z)

Mais, mais… du coup, je rêve ou tu viens de donner ici le meilleur argument que j'aie vu passer pour défendre la pertinence du confinement ? En provoquant artificiellement des variations importantes de R, on rapproche le taux d'attaque final du seuil d'immunité grégaire, et on évite l'overshoot qui pourrait en effet conduire à un bilan humain catastrophique (on peut éviter un bilan humain trop lourd en "choisissant" les ~60% des gens moins fragiles qui attraperont la COVID et en protégeant les autres ; c'est beaucoup plus difficile de le faire avec un overshoot brutal avec + de 90% de la population atteinte). Bon, ça plaide davantage pour un confinement différencié histoire de vraiment choisir les ~60% en question…

Yann (2020-11-10T09:49:35Z)

Merci ! l'analyse en deux phases répond exactement à une question que je me posais…

Question subsidiaire : en pratique, la prescription "viser le k' tel que le taux d'attaque de k' est égal au seuil d'immunité de k" ne peut pas être considérée comme une recommandation de politique publique, parce que ces quantités sont difficiles à mesurer précisément, qu'on ne sait pas prédire le k' qui va sortir de telle ou telle politique, et que de toute façon le modèle SIR est très approximatif.

Donc : y a-t-il un moyen *constructif* d'atteindre un taux d'attaque égal au taux d'immunité ? (et de manière robuste aux faiblesses du modèle SIR.) Il me semble que ça consisterait plus ou moins à partir d'un k' trop faible et à l'augmenter très progressivement, donc, en gros, à imposer des restrictions d'abord très fortes puis les relâcher progressivement… donc plus ou moins ce qu'on fait, en fait, sauf qu'on n'a jamais besoin de viser un k'<1.

JML (2020-11-09T22:27:42Z)

Analyse intéressante, merci !

« un overshoot significatif se traduirait par le fait qu'on a largement dépassé le seuil d'immunité grégaire, donc l'agent infectieux disparaîtrait de la planète — ce genre de choses ne s'observe pas du tout »
Il y a un problème sur cet argument, atteindre simplement le seuil d'immunité suffirait à éliminer un agent infectieux s'il n'y avait des réservoirs animaux ou des petits tours par l'autre bout de la planète pendant que l'immunité fatigue ou que des naïfs naissent, sans parler des mutations.
Par ailleurs le comportement des gens comme les conditions de transmission varie dans le temps (vacances, météo etc.) donc à la base le seuil d'immunité varie dans le temps ; il me semble qu'une interprétation de présence ou absence de rebond en termes de présence ou absence d'overshoot demande une analyse soigneuse et glissante par nature de chaque situation particulière.


You can post a comment using the following fields:
Name or nick (mandatory):
Web site URL (optional):
Email address (optional, will not appear):
Identifier phrase (optional, see below):
Attempt to remember the values above?
The comment itself (mandatory):

Optional message for moderator (hidden to others):

Spam protection: please enter below the following signs in reverse order: f4ed41


Recent comments