Comments on Essayons d'imaginer quelques scénarios avec au moins une lueur d'espoir

Apokrif (2020-03-22T01:07:20Z)

@Vicnent: « Je ne sais pas si le billet sera en accès libre longtemps »

Sauf erreur, les *blogs* hébergés par Mediapart (du moins ceux que j'ai vus) sont en accès libre, contrairement au « journal » lui-même.

Il est arrivé (il y a un ou deux ans ?) que tout le site soit placé temporairement (et volontairement) en accès libre. Ca n'a pas l'air d'être le cas en ce moment, mais d'autres sites s'ouvrent temporairement en raison du confinement: https://fr.wikipedia.org/wiki/Wikip%C3%A9dia:Le_Bistro/21_mars_2020#Sources_gratuites

Vicnent (2020-03-21T22:36:18Z)

Je ne suis pas sûr que ce soit le bon billet de blog mais voilà
<URL: https://blogs.mediapart.fr/lenous/blog/200320/fin-de-partie-pour-le-covid-le-pr-raoult-et-la-chloroquine > Raoult / Chloroquine / dépistage etc.
Je ne sais pas si le billet sera en accès libre longtemps.
Il est assez long par ailleurs.

MathOMan (2020-03-20T10:41:39Z)

Bonjour,

peut-être les angoisses de Ruxor peuvent sa calmer en peu s'il lit ce que dit Hendrik Streeck, directeur de l'Institut de virologie de l'université de Bonn. Dans un entretien avec le grand hebdomadaire allemand FAZ il raconte sobrement son travail, met en évidence les éventuelles erreurs d'interprétation des différentes manières de comptabiliser les morts ayant le Covid-19, et il conclût avec les mots: "Es könnte durchaus sein, dass wir im Jahr 2020 zusammengerechnet nicht mehr Todesfälle haben werden als in jedem anderen Jahr." (Il est bien possible qu'à la fin de l'année 2020 on n'aura pas plus de morts au total que les autres années.)
Autrement dit, il faut protéger les personnes âgées ou ayant déjà des maladies pulmonaires, pour le reste de la population il n'y a pas plus de danger que les années précédentes.

Bon courage ;-)

https://www.faz.net/aktuell/gesellschaft/gesundheit/coronavirus/neue-corona-symptome-entdeckt-virologe-hendrik-streeck-zum-virus-16681450.html?printPagedArticle=true#pageIndex_2

Stéphane Nicolet (2020-03-19T17:24:58Z)

> @xavier Je ne vois vraiment pas ce qu'il y aurait à calculer. Il s'agit de trouver de quoi induire la production d'anticorps et de cellules mémoire sans mettre en danger le patient. Il existe plusieurs façon d'aborder le problème mais ce qui prend tu temps à chaque fois ce sont les tests. C'est de la bio, pas de l'info :)

Tu as raison que les projets sélectionnés par l'Inserm dans la catégorie "recherche fondamentale" sont en grande majorité de la bio :

https://presse.inserm.fr/covid-19-20-projets-de-recherche-selectionnes-pour-lutter-contre-l-epidemie/38640/

Mais il y a quand même des biologistes qui sont allés voir du côté des super-calculateurs
"to help find promising candidate drugs (77 candidates) to fight the coronavirus epidemic", whatever that means:

https://www.cnbc.com/2020/03/13/coronavirus-treatments-being-fast-tracked-via-next-gen-supercomputers.html

Dans le même genre d'idée, il y a des efforts de mise en réseau non pas de PC, mais de super-ordinateurs européens :

https://www.exscalate.eu/en/projects.html
https://www.hpcwire.com/off-the-wire/exscalate4cov-awarded-e3m-eu-call-to-combat-coronavirus/
https://www.hpcwire.com/2020/03/17/cinecas-carlo-cavazzoni-describes-the-supercomputing-battle-against-covid-19/

Concernant l'utilisation des machines particuliers, il y a bien sûr le projet Folding At Home, qui marche avec un client téléchargeable sur la base du volontariat:

https://foldingathome.org/2020/03/10/covid19-update/

Je continue à me demander qui il faudrait aller voir pour proposer un projet mettant en relation les biologistes demandant à utiliser les super-calculateurs avec des volontaires capables d'écrire un client tournant sur les PC individuels. Et il y a aussi tous les ordi des datacenters qui servent à faire tourner Internet.

Stéphane

Apokrif (2020-03-18T23:06:41Z)

Au sujet des bricolages « avec trois bouts de ficelle »: https://www.theverge.com/2020/3/17/21184308/coronavirus-italy-medical-3d-print-valves-treatments

Dyonisos (2020-03-17T22:27:32Z)

@ vicnent : je ne suis pas sûr qu'on doive parler d'une construction récente totalement nouvelle. Apparemment il y a des similitudes fortes avec le SRAS et un autre virus récent qu'on avait craint et qui n'a pu les effets dévastateurs appréhendés. Et comme le péril avait été élué, précisément on n'a pas développé à comme on l'aurait dû les efforts sur le côté vaccin. Quant aux futures mutations et retours du virus covid-19, elles sont attendues bien sûr et intégrées dans l'argument de la pertinence du recours à un vaccin avec l'idée d'avoir quelque chose de suffisamment englobant pour, comme justement avec la grippe, diminuer très sensiblement le travail et le temps nécessaire pour ajuster un nouveau vaccin à ce moment. C'est en tout cas le sens de propos de Sansonetti
https://www.college-de-france.fr/site/actualites/Covid-19ChroniqueEmergenceAnnoncee.htm
que je reporte approximativement de mémoire.

Vincent (2020-03-17T21:15:55Z)

Merci pour tes posts si intéressants sur le sujet.

En relisant tes posts étayés et prémonitoires, nous regrettons tous que les politiques aient attendu si longtemps pour le confinement général…

Maintenant, je ne leur jette pas la pierre. En Europe, de mémoire d'homme, nous n'avons pas vécu d'épidémie. Il est très difficile d'anticiper la réaction en chaîne et d'imaginer l'augmentation exponentielle du nb de cas et de morts. Il y a seulement une semaine, il y avait seulement 20 morts en France. Encore aujourd'hui, l'Allemagne et l'Angleterre n'ont toujours pas compris et ordonné un confinement général. Ils considèrent leur système de santé meilleur que celui des pays du sud débordés (quelle erreur fatale).

Les Asiatiques ont très bien géré car les gouvernants et l'opinion publique avaient l'expérience du SARS il n'y a pas si longtemps. Donc la population a écouté les consignes et les politiques ont pris la mesure du problème.

En Europe, nous avons reçu des messages rassurants et des consignes contradictoires jusqu'à avant hier (ça n'est qu'une grippe, restreint à la Chine, touchant les personnes très âgées, etc.) D'ailleurs les personnes âgées de mon entourage (pourtant le groupe à risque) ne se protégeaient pas particulièrement et ne prenaient pas les gestes barrières au sérieux jusqu'à récemment.

A mon avis, ce sera une leçon coûteuse et douloureuse mais ce genre d'événement, qui marquera toute une génération, permettra à l'humanité de limiter les dégats de pandémies futures.

Ruxor (2020-03-17T18:58:07Z)

S'agissant de la chloroquine comme silver bullet, voir le fil : <URL: https://twitter.com/Btk_Syk/status/1239671434860994562 >.

Vicnent (2020-03-17T18:57:16Z)

Dyonisos (2020-03-17T17:07:38+0100)
// @ Vicnent :mais pourquoi envisager que ce serait "chaque année" ?

On se fait la même réflexion pour la grippe (influenza) ou les gastro (novovirus) ?

Je me faisais la réflexion du Coronavirus/SRAS-Cov-2 donnant le covid 19 => le truc était pas "là" depuis 10 ans ou 150 ans et d'un coup il s'est dit "mais putain, c'est plein d'humains ici !!". Il s'est construit récemment. (Et donc, dans un cas comme pour la grippe ou les gasto, il pourrait revenir (il reste une large part de la population non immunisée et certains l'ont / l'aurait eu 2x (ou une variante moins dangereuse ou le profit de l'immunisation…) ou une variante mutante chaque année. la grippe, c'est R0 = 1, 0,05% de létalité. 1 milliards de personnes l'ont chaque année. Elle est bien étudiée et on sait faire un vaccin. Tu imagines Influenza ET un Coronavirus chaque année ?

nameornick (2020-03-17T18:35:51Z)

Pour mentionner à nouveau la piste de l'hydroxychloroquine, apparemment cela se précise (à condition de respecter la posologie) <URL: https://www.liberation.fr/checknews/2020/03/17/la-chloroquine-est-elle-finalement-utilisee-en-france-pour-traiter-le-covid-19_1781865 >

Avec ces essais en cours à Paris et ceux qui commencent à Lille, s'ils répliquent les résultats de Marseille, alors c'est essentiellement gagné… La Belgique s'y met aussi, d'ailleurs. On devrait savoir d'ici 15 jours j'imagine.

Bellon (2020-03-17T18:12:15Z)

Je pense qu'un facteur oublié est le changement de comportement induit par les quelques semaines de confinement: ce que les messages de prévention n'ont pas obtenu, la crainte de devoir passer de nouveau par la case confinement pourrait l'obtenir, donc, même en l'absence d'un effet de la saison sur la transmissibilité du virus, R_0 aura diminué parce que une proportion plus importante de gens prendront au sérieux les messages de prévention.
Combiné à la disparition des rhumes et grippe hivernales (accélérée par le confinement), il devient réaliste de tester immédiatement tous ceux qui présentent un symptôme grippal pour avoir un contrôle à la coréenne de l'épidémie, sans mesure générale de confinement, mais avec un effort de traçage des contacts, parce que plus R_0 est bas, moins grande est la proportion des cas secondaires à découvrir pour arriver à empêcher le redémarrage de l'épidémie. L'école peut reprendre, simplement en testant les élèves, professeurs et leur famille. Pour les spectacles, les conditions d'une reprise sont plus difficiles.
Avantage collatéral: une grosse pression sélective sur le virus pour devenir plus discret et donc moins dangereux, même si je n'ai aucune idée sur la constante de temps d'une telle évolution.
Je crois en effet qu'il ne faut pas oublier que ce virus est passé récemment chez l'homme: son évolution naturelle est vers plus de contagiosité et plus de discrétion et plus le nombre de cas est grand, plus grande est le risque de l'apparition d'une variante.
Le devenir de l'épidémie en Afrique est à mon sens la plus grande inconnue.

xavier (2020-03-17T17:55:09Z)

@Stéphane Nicolet : Je ne vois vraiment pas ce qu'il y aurait à calculer. Il s'agit de trouver de quoi induire la production d'anticorps et de cellules mémoire sans mettre en danger le patient. Il existe plusieurs façon d'aborder le problème mais ce qui prend tu temps à chaque fois ce sont les tests. C'est de la bio, pas de l'info :)

Dyonisos (2020-03-17T16:07:38Z)

@ Vicnent :mais pourquoi envisager que ce serait "chaque année" ??? Des spécialistes parlent de 18 mois (en étant optimiste certes) pour un vaccin et d'ici là des améliorations sensibles pour le traitement médicamenteux devraient avoir lieu. De plus le scénario H de Jean n'est pas aberrant quant à sa réalisabilité : moyennant une acceptation certes assez intrusive dans la vie privée avec les téléphones portables, la population de Corée du Sud parvient à éviter le confinement et la mortalité quoiqu'elle soit située à côté de la Chine qui a été un foyer virulent.
Et de toute façon,même à parler "pragmatique" la solution du vaccin et non du seuil d'immunité grégaire a pour elle qu'apparemment le covid-19 est une facette d'un phénomène qui se généralise depuis le SRAS et qu'il convient de trouver un vaccin , moyennant quelques modifications comme avec la grippe saisonnière et ses mutations, avant l'apparition d'un de ses futurs cousins sauf à vouloir, sinon "chaque année", du moins de plus en plus périodiquement, avoir des hécatombes sur la conscience.

spectrumknight (2020-03-17T13:26:26Z)

Salut David,

Pourquoi ne pas envisager le scénario où: après quelques jours de saturation, l'innovation, la créativité et l'intelligence humaine permettent de mettre en place des protocoles thérapeutiques ou de prévention qui enrayent l'impact du virus?

Je sais que je suis lourd, mais: https://www.youtube.com/watch?v=n4J8kydOvbc&feature=emb_title

Je pense que ta réaction extrêmement pessimiste est une manière aussi de te protéger :) c'est une stratégie d'adaptation interessante, dans la mesure où toute nouvelle (forcément bonne par rapport à ta trajectoire apocalyptique) est susceptible de te détendre.

Vicnent (2020-03-17T12:54:48Z)

il me semble que le problème de tous tes scénario (scenarii ?) est qu'ils ne prennent pas en compte d'autres facteurs qu'ils soient des effets de bord (population qui devient folle même si tu en parles) ou in fine, l'équilibre le meilleur entre "on sauve le plus de monde possible" et "l'économie est secouée" et "l'économie mondiale ne doit pas rentrer en dépression avec une sortie en 10 ans". Par ailleurs, on voit bien que ces conditions sont antinomiques : plus on privilégie l'un plus on dégrade l'autre et inversement. La question est donc : quel prix peut on et est on prêt à mettre pour sauver 50 000 vies, 200 000 vies…

Moi une des questions que je me pose par rapport aux chiffres que j'ai mentionné dernièrement, c'est qu'on ne peut pas déduire le nombre de personnes infectées en fonction du nombre de morts :
1/ si on est à 127 avec 2% de mortalité, on est à J-17 avec 6350 cas donc 800 000 aujourd'hui.
2/ avec 0,7% de mortalité comme les laissent suggéré les tests exhaustifs en Corée du Sud :
127/0,7*100 = 18 000 cas
17 jours à 33 % ~ 2,3 millions de personnes (dont 16 000 vont mourrir dans les 17 jours parmi ceux là, en attendant les suivants…)

demain on aura soit eu (il y a 16 jours) soit 24 130, soit 8446. (Et 0,7% de l'un ou 2% de l'autre = 225 morts), ce qui donne à priori les chiffres suivants :
169 lundi 16 mars 20 (148 effectifs mais je soupçonne le chiffre faux notamment avec les problèmes dans ls Ehpad - C'est bizarre qu'on passe de 127 à +21 au lieu de +42)
225 mardi 17 mars 20
299 mercredi 18 mars 20
397 jeudi 19 mars 20
529 vendredi 20 mars 20
703 samedi 21 mars 20
935 dimanche 22 mars 20
1243 lundi 23 mars 20

toute chose étant égale par ailleurs, est ce que si on trouve le point d'inflexion (repéré statistiquement, et que nous savons qu'on a une courbe logistique
OU si on sait qu'on a ce début et qu'on va tendre vers n morts (150 000 ?),
> est ce qu'on sait retrouver l'équation de la courbe et en déduire notre position actuelle ?

et aussi, il faut 18 jours pour que dans une ville de 15 000 habitants, on passe à ZERO nouveau cas <URL: https://twitter.com/Vicnent/status/1239519954506067971 >

Stéphane Nicolet (2020-03-17T09:33:41Z)

Est-ce que quelqu'un sait si la recherche d'un vaccin peut nécessiter des calculs intrinsèquement parallèles ? Si c'est le cas, on pourrait suggérer aux autorités de l'EU d'écrire un client PC pour ces calculs, et le distribuer aux millions de personnes confinées durant ces prochaines semaines ?

Vicnent (2020-03-17T09:33:03Z)

Pour kiwi (2020-03-16T21:52:59+0100)

Le confinement a pour effet de ralentir la propagation pour essayer de ne pas saturer le système de santé.
Ralenti à plein voire avec une propagation nulle, on se retrouve avec des personnes : soit immunisées, soit mortes soit non atteintes. Si cette portion non atteinte est grande, au premier cas qui revient sur le territoire, on repart pour un tour. Imagines tu l'Europe totalement confinée 8 à 10 semaines chaque année entre le 15 janvier et le 15 avril ?

Le confinement global est ok, comme un coup de massue, si tout le monde le fait, de façon forte, et en même temps. Or, on voit bien par exemple qu'entre la chine (12 décembre) et les USA (mi février) voire l'Afrique (Wait…), il peut y avoir 3 à 4 mois d'écart. Imagines tu qu'un cas en chine puisse nécessiter le confinement de la planète 8 semaines. (et encore, si ça résout 99% du problème, ça laisse des milliers de cas dans la nature. Donc ne sert à rien).

Jérôme (2020-03-17T07:46:29Z)

Article sur l'impact du confinement sur la propagation de l'épidémie

"En revanche, si elle est couplée avec un passage en télétravail de 25 % des adultes, la clôture des établissements scolaires pendant huit semaines parviendrait à différer le pic épidémique de près de deux mois et d’abaisser de presque 40 % la hauteur de ce pic, c’est-à-dire le nombre de cas quotidiens. Un effet précieux dont bénéficierait le système de soins qui sera de plus en plus sollicité. De plus, note l’étude, la combinaison de la fermeture des écoles et du télétravail entraînerait une réduction globale modeste (– 15 %) du « taux d’attaque » de l’épidémie, qui est le pourcentage de la population qui aura été infectée in fine par le virus."
https://www.lemonde.fr/planete/article/2020/03/16/teletravail-et-fermeture-d-ecoles-quel-impact_6033230_3244.html
https://www.epicx-lab.com/uploads/9/6/9/4/9694133/inserm_covid-19-school-closure-french-regions_20200313.pdf

M82 (2020-03-17T07:17:55Z)

Honnetement David, les epidemies et pandemies c'est le sort de l'Humanite. Cette crise m'a permis de rechercher un peu l'histoire de ces epidemies, et je vois que c'est tres familier pour nous (https://en.wikipedia.org/wiki/List_of_epidemics). Donc, personellement je garderai ta "reaction" pour la situation ou par exmeple un asteroide d'un km se dirigerait directement sur Terre. Je pense aussi que l'Humanite a oublie avec son confort et tout, de faire face a ce genre de crises et d'accepter l'ineluctable et de faire quelques sacrifices pour le bien de tous…Tu peux par exemple voir notre reaction face au terrorisme qui tue a peine quelques milliers et occupe 80% des infos…La vie sur Terre est dure et elle l'a ete depuis le debut. Et la peur exageree nous prive de voir la realite.

Enfin je pense que les gouvernements comprendront peu a peu le dilemme et finiront par lever ces fermetures exceesives au risque de detruire l'economie et et peut etre tuer plus de gens. Pense aux pays pauvres qui n'ont pas les moyens de l'Europe ou des US (cette histoire de Trump qui veut faire un holdup sur le vaccin des Allemends me degoute vraiment…)

Dyonisos (2020-03-16T23:58:24Z)

https://www.college-de-france.fr/site/actualites/Covid-19ChroniqueEmergenceAnnoncee.htm
Pour en connaître un peu plus sur l'infâme…

jean (2020-03-16T22:16:30Z)

Scénario H:
Après 1 mois, le nombre de cas est à la baisse. On entreprend enfin de dépister massivement la population (pour l'heure, seuls les cas graves sont dépistés. La Corée dépiste 8 fois plus que nous: c'est possible). Les mesures de confinement peuvent être relâchées, mais les contacts des malades sont étroitement surveillés et le cas échéant confiné. La vie continue un peu comme en Corée du Sud.
Au bout de quelques mois, un protocole de soins permet de prévenir les conséquences les plus fâcheuses de la maladie et/ou un vaccin est lancé en production massive. On peut enfin parier sur l'immunité de groupe sans que cela soit un euphémisme pour renoncer à sauver la vie de dizaine de milliers de gens.

kiwi (2020-03-16T20:52:59Z)

@Ruxor
Je n'ai pas bien compris pourquoi tu es inquiet pour les pays comme la Chine qui ont mis en place le confinement. J'avais l'impression qu'en Chine,le nombre de cas avait diminué et que peu à peu,les personnes contaminées seront toutes hospitalisées et soit mourront soit gueriront et qu'il n'y aura rnsuite plus de nouveaux cas dlnc pas besoin d'immunité collective. Quelle dst la faille dans ce raisonnement, dn quoi consistait le problème à voulir stopper l'épidémie ?

M82 (2020-03-16T15:53:24Z)

Le scenario D est tout simplement apocalyptique…Je crois qu'il ne faut pas chercher a tout prix la situation zero morts…Nous ne sommes pas plus importants que les humains qui ont fait face a la grippe espagnole…Life goes on…

@/2 (2020-03-16T15:16:34Z)

J'essaie un scénario optimiste naïf.

La seule chose qui me paraît inéluctable, c'est que la vague épidémique en cours va atteindre une hauteur de l'ordre de 2⁷ fois les cas connus, soit 0.5 à 1 million de personnes infectées. Les personnes à risque ont été poussées à se confiner un peu plus tôt et de façon un peu plus insistante que les autres ; si cela a été efficace, on peut espérer voir la part de cas graves diminuer d'un facteur constant (rêvons ~2) dans ~1 semaine. Si le système de santé tient le coup (on est grosso modo à la limite de ce qu'il a une chance d'encaisser), on peut espérer et un nombre de morts plus proche de 5000-8000 que de 10 000-15 000.

Après, tout est ouvert.

Au bout de 6-8 semaines de confinement, cette vague est essentiellement éteinte. Il y un petit peu d'immunité grégaire localement autour des cas résiduels, ce qui est toujours bon à prendre pour limiter les risques de reprise immédiate. On relâche progressivement les restrictions, en traçant les contacts des nouveaux cas et en appliquant des mesures de confinement strictes mais localisées. On retarde ainsi au maximum l'arrivée d'une seconde vague, qu'on gère avec l'une ou l'autre des stratégies possibles suivant l'expérience de la première et les progrès des traitements.

Bob (2020-03-16T14:36:42Z)

J'aimerais pouvoir partager ces scénarios à un public non francophone, et donc j'aimerais qu'une traduction en anglais soit disponible. Je me propose de la rédiger, sauf évidemment si tu préfères le faire toi-même (revenant ainsi pour un temps à la version bilingue du blog). Je la ferai demain et la posterai ici en commentaires, sauf indication contraire.

Merci encore pour toutes ces analyses!

JML (2020-03-16T14:17:48Z)

Le scénario qui m'intéresse est celui de la Chine. Rien de nouveau mais j'avais un blocage à bien le penser. Peut-être parce que c'est un scénario logique. Je brode ad lib pour préciser ce qu'il pourrait être.
1. Mesures maximales pour enrayer la propagation de la maladie
2. Surveillance stricte de la population lors du relâchement progressif des mesures de type confinement : chaque personne qui sort de chez elle dans la zone de surveillance (la Chine entière ?) a l'obligation de porter sur elle un smartphone avec une app officielle qui traque précisément les lieux traversés ou moyens de transport utilisés. Cette obligation est portée extérieurement par les forces de l'ordre, et intérieurement parce qu'agir autrement est criminel (risque de contaminer et tuer des gens).
Le gouvernement dispose ainsi du graphe complet des contacts humain-lieu et humain-humain. Chaque fois qu'un cas suspect est découvert quelque part, on peut immédiatement remonter la chaîne de contamination potentielle. Avec le temps une IA permet d'être plus précis dans les mesures à prendre pour les personnes concernées (ce n'est peut-être pas la peine de mettre en quarantaine immédiate des dizaines de milliers de personne à chaque fois).
Chaque personne est donc tenue de suivre les consignes données par l'appli officielle en temps réel. On se fera vite rappeler à l'ordre quand on s'approche à moins de 2 m de quelqu'un dans la rue.
L'appli préviendra également que l'on s'apprête à dépasser un quota de contacts sociaux, ou que le super-marché est trop plein et qu'il y a une certaine queue dehors et ainsi de suite.
Les gros événements seront progressivement autorisés, avec un système de quotas (si je fais partie d'un gros groupe aujourd'hui, je n'ai droit à presque plus aucun contact social pendant les 14 prochains jours), et un protocole strict de position et déplacements dans l'enceinte de l'évènement de manière à séparer les participants en groupes qui ne risquent pas de s'intercontaminer.
Les soirées médecine, ça sera pas trop souvent et avec un nombre limité de médecins et infirmiers… Les gens très connectés socialement, cela n'existe plus.
3. On continue comme ça jusqu'à l'arrivée d'un vaccin. 1 an, 2 ans, 5 ans… peu importe. Cela permet d'avoir un certain niveau de vie sociale (fêtes privées, bars, restos, ciné, commerces variés etc.), mais avec des limites de fréquence et de taille, de manière à ce que toute mesure à prendre pour contenir un retour de l'épidémie n'ait qu'un impact limité sur le cours des choses dans le pays.
4. Le système est remis en route à chaque fois qu'une menace épidémiologique pointe son nez quelque part. On équipe probablement les animaux de compagnie également (bonus : on peut parler à son chien quand on veut :) ).

Un système de ce genre est logique au sens où c'est une solution définitive au risque d'effondrement de la société pour cause d'épidémie dangereuse.
Il n'est pas incompatible avec une démocratie libérale. Simplement il serait nécessaire de disposer dans la Constitution, aux côtés des pouvoirs régaliens, d'un pouvoir des données personnelles, chargé de la collecte et protection de ces données et de leur utilisation : un pouvoir dont l'utilité dépasse la mise en œuvre de la protection contre les épidémies.
En fait j'ai la sensation (peut-être fausse) que de toutes façons, si un tel pouvoir n'est pas mis en place relativement rapidement, les démocraties vont se faire manger par le pouvoir d'influence des réseaux sociaux.
En fait je n'ai pas la sensation qu'un tel pouvoir sera jamais mis en place.

Un scénario que j'envisage en Europe, c'est que les gens en auront vite marre des grosses restrictions. Le gouvernement fera semblant de proposer une app à la chinoise, le peuple pensera "tout sauf comme en Chine", il y aura de la résistance "citoyenne", l'épidémie repartira à fond, les systèmes de santé seront débordés, et on atteindra rapidement l'immunité collective.

PS : Ah, j'ai enfin reçu une blague :
La nouvelle menace : « Arrête de m'embêter ou je te fais un bisou ! »

JBMSL (2020-03-16T13:54:51Z)

Autre scénario pou l'option 1 :
Confinement sévère pendant quelques semaines, les essais cliniques actuellement en cours montrent que certains des médicaments (remdesivir ?) testés ont des effets notables sur le sars-covid-2, et dans quelques semaines on peut relâcher le confinement, en soignant beaucoup plus efficacement les gens.

Dyonisos (2020-03-16T13:50:23Z)

Je ne partage pas l'idée qu'un gel ne permettra jamais de trouver un vaccin à temps. Deux ans où il y a une refonte des comportements, un confinement généralisé avec tout de même des sorties planifiées mobilisant des moyens de protection du type masques/combinaison, une économie administrée au niveau de la production et de la livraison de nourriture etc… C'est rude, mais c'est vivable et si ça peut épargner des centaines de milliers de morts, principalement chez les personnes âgées, je choisis ardemment cette branche de l'alternative (même si j'ai bien compris que la visée du post est de faire éclater les branches de l'arbre des possibles, ce clivage entre les deux options reste à l'arrière-fond).
La situation en Chine pour l'instant n'a pas l'air de susciter des révoltes aiguës contre la politique du gouvernement et sans doute même la population crédite son régime d'avoir réussi à stopper l'hémorragie galopante en vies humaines.
C'est comme une économie de guerre sauf que là on est sûr de ne pas être totalement anéanti, tout juste de rester bien davantage qu'auparavant cloîtré chez soi. Je trouve insupportable que le simple inconfort du changement des modes de vie induit laisse penser que, pour aller vite, "les vieux crèvent" parce que c'est la loi de la nature. Il n'y a que du fantasme et du cliché dans cette formule : aucune loi ne s'impose ici, la preuve puisque l'on peut choisir et éviter cette hécatombe.
Il n'y a que l'idée d'un effondrement économique qui causerait davantage de morts qui serait une objection que je trouve potentiellement pertinente. Mais je ne le crois pas du tout inéluctable : le retour à une forme de production étroitement planifiée (comme en temps de guerre d'ailleurs) est peut-être à même d'assurer l'essentiel à la population pour une durée de deux ans.

Frank Wolff (2020-03-16T12:59:07Z)

on ne peut pas négocier sur le nombre, sauf à trouver un vaccin

> N'est-ce pas le nombre d'immunisés qui n'est pas négociable?

On injecte le virus aux 20 millions de Français de la tranche 20-49 ans, et le problème est réglé dans 12 jours avec moins de 80 000 morts.

On doit pouvoir moduler en restreignant aux profils à risque faible, tout en compensant par un prélèvement perspicace sur la tranche supérieure.

Jérôme (2020-03-16T12:48:07Z)

Il me semble qu'il en faudrait quelques centaines *par jour* (pour avoir l'évolution), non ? Quelques centaines sur 2000 ça ne paraît pas possible, sauf si on décide de ne plus tester les malades.

jonas (2020-03-16T12:38:31Z)

A somewhat desirable situation would be if the virus was tied to the weather the same way as the flu, so it naturally almost disappears from humans by the end of May. In that case, we'd have eight more months to prepare for the return of the epidemic in 2021, while schools and everything else can be open during those months. I am not an expert, so I can't guess how probably this is, but the fact that the epidemic appeared at the start of the flu season gives me some hope.

Also, I wish you well. I got worried about you after your previous post.

JML (2020-03-16T11:46:41Z)

Suggestion : finir tes billets par un petit point sur l'état de ton trouillomètre.
Peut-être commenter sur le type de commentaire qui t'aide.
As-tu besoin d'une dose quotidienne de blagues carambar par exemple ?

D'ailleurs à ce sujet, je n'ai pas encore rencontré de blague sur le virus. Même nulle ou de mauvais goût. Je ne sais pas si c'est parce que je n'ai plus de relations sociales dans un contexte détendu, ou parce que ça passe par les réseaux sociaux que j'évite, ou parce que l'heure est grave. Je sais pas, M. et Mme Novi de Moscou ont une fille ?
Cora, parce que Cora Novi, russe.
Ou
Tu sais que la crise sanitaire m'a fait réaliser que ma belle-mère est une femme fantastique ?
C'est vrai, la preuve, maintenant on n'arrête pas de se faire la bise.
Ou
Que faire si jamais il y a une apocalypse zombie qui s'ajoute à la crise sanitaire ?
Relire "J'irai cracher sur vos tombes".
Ou
Les Français en ont rien à faire des mesures barrières. Ils touchent n'importe quoi sans réfléchir, et qu'est-ce qu'ils font après ? Ils s'en lavent les mains.
Ou
J'espère que les canards ne transmettent pas le virus, sinon on ne pourra rien faire.
Ben oui, le confit ne ment jamais.
Qui a vu la blague du gouvernement ? "Les Français ont la solution en main" :)

Ruxor (2020-03-16T11:26:44Z)

@Jérôme: Aujourd'hui, il y a 5400 cas recensés en France. Ça veut dire qu'en vrai il y a quelque chose comme 800 000 personnes infectées : un facteur 10 environ parce que probablement la moitié des cas sont asymptomatiques et parmi ceux qui le sont, seuls environ 20% (soit 10% du total) mènent les gens à l'hôpital ; et un facteur 15, parce que les 5400 cas sont des personnes qui ont été infectées il y a environ 12 jours (parce qu'il y a ~12j entre l'infection et le moment où les symptômes des cas graves envoient la personne à l'hôpital) et que le nombre de cas est multiplié par entre 10 et 15 en 12 jours. Bref, à peu près 1% de la population française est actuellement infectée. Donc si le test permet de détecter les infectés dès le premier jour, il suffit d'en faire quelques centaines pour avoir une estimation raisonnable, peut-être le double si le test n'est sensible qu'au bout de trois jours, mais moins si on regarde les gens qui présentent déjà des symptômes grippaux (ce qui ne donnera pas un bon regard sur le nombre absolu mais pas trop mauvais sur son évolution).

Jérôme (2020-03-16T10:28:59Z)

Véran a dit qu'on ne pouvait faire que 2000 tests par jour. Du coup ça paraît totalement impossible de faire des tests aléatoires pour estimer le nombre total de contaminations. C'est un énorme frein à la modélisation…


You can post a comment using the following fields:
Name or nick (mandatory):
Web site URL (optional):
Email address (optional, will not appear):
Identifier phrase (optional, see below):
Attempt to remember the values above?
The comment itself (mandatory):

Optional message for moderator (hidden to others):

Spam protection: please enter below the following signs in reverse order: bac3f9


Recent comments