Comments on Sur les petits rituels de la vie quotidienne

GLaG (2019-10-24T06:54:28Z)

Alors pour répondre à la dernière question (globalement lire ton texte me plonge dans une sorte d'effroi, en étant bien heureux de n'avoir pas ces problèmes (en tout cas, ce que je considère comme des problèmes).

Avec au moins 3 types de différences avec ce que tu décris :

Pour les voitures, des trucs qui te semblent indispensables me passent complètement à côté : je m'installe, je mets ma ceinture, je mets la clé dans le contact, je démarre. J'ajuste les rétros, l'avancée du siège après coup si vraiment nécessaire mais c'est rare et/ou automatique (en tout cas je ne suis pas conscient de, à chaque fois que je monte dans une voiture, avoir bougé les rétro ou le siège). Et vu que j'utilise l'autopartage, je change de voiture à chaque fois, pas de réglage déjà fait (et je ne savais même pas que l'on pouvait régler autant de choses : régler le volant ?!)

Pour l'histoire de la serviette, c'est différent : j'ai probablement le même besoin de serviette que toi. Mais la serviette est posée sur un porte-serviette à portée de main, dans la salle de bain.

Pour la brosse à dent, encore différent : j'imagine que je fais à peu près tout ce que tu décris, mais c'est complètement automatique, sans y réfléchir.

Praticor (2019-10-21T20:35:41Z)

Mon conseil sera à peu près le même que Cig : faire en sorte qu'il soit physiquement impossible d'oublier quelque chose.

Par exemple, pour ne pas oublier mes clés de boulot, je les glisse dans mes chaussures la veille au soir parce qu'il est peu probable que j'aille au boulot en chaussettes, alors que je peux très bien oublier mes clés à leur crochet.

Cigaes (2019-10-18T14:02:59Z)

Je me reconnais dans ce que tu racontes. Je pourrais faire la liste des étapes dont j'ai besoin avant de goûter devant un épisode de fiction : activer logiciellement le projecteur, sélectionner le fichier, fermer le rideau, pousser la chaise, allumer le joypad sans fil qui me sert de télécommande, vérifier que les coussins sont bien en place, (s'il fait froid) aller chercher une couverture supplémentaire, vérifier que les draps et couvertures ne vont pas faire de plis ou se coincer sous moi, vider ma vessie, (s'il fait chaud) sortir un accumulateur de froid et une besace isolante, servir mon goûter, (si nécessaire) remettre du goûter au frais, enlever les vêtements superflus, attraper une serviette pour les miettes, mettre en lecture.

Pour aider à garder la trace et ne pas oublier des étapes, je trouve que matérialiser les dépendances dans la disposition des objets est une bonne idée : s'il ne faut pas oublier de faire B avant de faire A, faire en sorte que le nécessaire pour faire A ne soit accessible qu'à travers le nécessaire pour faire B.

Typhon (2019-10-17T11:57:42Z)

Comme je suis content d'avoir pris une bonne fois la décision de me laisser pousser la barbe, depuis deux ans, ça m'évite de me fatiguer à me raser (par contre ça a augmenté de 50% mes frais de coiffeur).

fakbill (2019-10-17T11:06:12Z)

Les gens "dans la norme" font tout ça de façon sous corticale.
Si tu réfléchis pour conduire alors ton espérance de vie est très limitée. C'est pareil pour tout le reste.

sbi (2019-10-17T07:03:04Z)

Combien de fois a-t-il oublié de provisionner une serviette sèche à portée de
main avant de se mouiller (ou plutôt: combien de fois t'a-t-il sollicité pour
lui en apporter une)?

Apokrif (2019-10-17T02:23:35Z)

"il vaut mieux se laver les mains après être allé aux toilettes qu'avant"

Toutefois: https://www.rtl.fr/actu/bien-etre/pourquoi-faut-il-absolument-se-laver-les-mains-avant-d-aller-aux-toilettes-7787907310

N (2019-10-16T17:52:21Z)

Je crois que 'les gens' sont juste moins attentifs que toi, font confiance à leur intuition, c-à-d : leur capacité à suivre une «préférence du moment» sans la comparer à ce qui devrait/aurait dû se passer. Même en cas d'erreur, c'est vite oublié : ils ont fait comme ils ont fait, et leur intuition les guidera ailleurs la prochaine fois si c'est vraiment une grosse erreur.

J'ai une proposition SF.

Dans la /trilogie des non-A/ que j'aime tant, le héros n'arrête pas de modifier le monde et de souhaiter sa modification ; ces deux événements sont toujours concomittants, ce qui fait qu'il devient un super-héros sans le vouloir : il lui suffit de désirer quelque chose pour que ça se produise.

Je me demande si c'est une solution : assumer pleinement tes erreurs, et te dire «bah oui j'ai fait une erreur, mais bon faisons comme si j'avais pleinement, sciemment, commis cette erreur» et voir où ça t'amène, plutôt que de te dédoubler en multiples versions de D. Madore qui aurait pu faire autre chose. Désirer le présent, finalement.


You can post a comment using the following fields:
Name or nick (mandatory):
Web site URL (optional):
Email address (optional, will not appear):
Identifier phrase (optional, see below):
Attempt to remember the values above?
The comment itself (mandatory):

Optional message for moderator (hidden to others):

Spam protection: please enter below the following signs in reverse order: 401748


Recent comments