Comments on Comment survoler l'état de l'art d'un bout des mathématiques

Dyonisos (2015-09-27T10:38:34Z)

En tombant un peu par hasard sur https://www.youtube.com/watch?v=YX6fN-1BeWw? (bien trop technique et compliqué pour moi donc je ne suis pas allé au-delà d'une dizaine de mn, mais il me semble que c'est très bien fait pour un public ayant de bonnes bases en maths sans être des spécialistes pointus du sujet évoqué), j'ai repensé à cette entrée.
Ma perplexité est la suivante: le post ne néglige-t-il pas une branche de la recherche en mathématiques, dont cette vidéo donne une instance, à savoir: l'histoire des mathématiques ? Ce n'est certes pas son but normalement que de couvrir l'état le plus actuel des connaissances sur un aspect mathématique mais peut-être n'Est-ce guère possible : ce qui se discute, s'élabore et se peaufine dans les difficultés présentes n'a peut-être pas par définition vocation à un traitement synoptique à la manière souhaitée dans le post. Mais d'une part, je pense qu'il existe des travaux en histoire des mathématiques qui tendent à se rapprocher le plus possible du présent ; deuxio : c'est dans cette veine, dans ces revues, dans cet habitus qu'un geste visant à combler cet éventuel manque devrait à mon sens avoir le plus de sens ; tertio : pourquoi le post ne mentionne-t-il pas le rôle que peuvent jouer les colloques, interventions orales et se concentre-t-il exclusivement sur l'écrit des articles ?

Quentin (2015-08-29T23:00:17Z)

C'est marrant il y a un peu le même côté en philosophie (analytique), en particulier sur des sujets un peu techniques/formels et plutôt récents, de recherche en cours, même si c'est dans doute moins marqué. Les auteurs ont tous l'air de savoir de quoi ils parlent et se répondent d'articles en articles, mais on a du mal à comprendre comment fonctionne l'argument, à quel problème ou objection il répond exactement, ou un argument parait trivial ou trivialement faux parce-qu'on a pas connaissance d'autres aspects qui doivent être évidents pour l'auteur mais qu'il n'explique pas, ou trop rapidement (hop une référence). C'est là qu'on voit des différences de style entre auteurs et articles : ceux qui contextualisent bien le sujet de l'article en introduction (le problème général dont il est question, où en est le débat, le point particulier auquel s'intétesse l'article…) sont très appréciables.

Ichigo (2015-08-26T10:17:13Z)

Tu dis laisser aux éditeurs le soin de décider du sort des articles. Est-ce que cela signifie par exemple que tu vérifies toujours qu'un papier est correct, même si tu estimes probable que le papier soit rejeté par l'éditeur ? De mon côté je m'épargne cette peine quand je décide de rejeter un papier et c'est par contre une tâche qui me prend du temps quand je décide de l'accepter.

vicnent (2015-08-25T10:22:35Z)

C'est marrant, mais ça fait quelques mois que j'essaie de réfléchir à ce que pourrait signifier "un indicateur mesurant la création de connaissance".

Flavius (2015-08-24T19:10:46Z)

Merci pour ta réponse! J'aurai du être plus clair: Je pense que pour changer ou du moins participer au changement du système de publication, il est nécessaire de défendre un article dont on pense qu'il est révolutionnaire et visionnaire (même si c'est un article conjectural) avec ses trip. Je le vois comme une implication moral et justifiable. Ne pas se défausser. D'ailleurs pour ces raisons j'ai arrêté de faire le rapporteur.

Ruxor (2015-08-24T16:51:42Z)

@Flavius: Je sais que tout le monde n'est pas d'accord avec ça, mais mon point de vue est que le travail du rapporteur d'un article consiste à dire si le contenu est correct, nouveau, bien écrit, etc., ou non, mais pas à décider s'il doit être publié — c'est la tâche du comité de rédaction de prendre la décision sur ce point sur la base du rapport. Donc je ne me prive pas d'émettre des recommandations conditionnelles selon ce que les rédacteurs considèrent être le but du journal, et dans le cas que tu évoques c'est ce que je ferais (par exemple, je ne me priverais pas d'écrire quelque chose comme « l'article ne contient pas de résultat mathématique substantiellement nouveau, mais présente un point de vue intéressant/original/clair/… sur la frobnification des foobars bleutés : il me semble qu'il revient aux rédacteurs de décider s'il a sa place dans la revue »).

Par ailleurs, quand j'écris un rapport, j'essaie de ne tenir aucun compte de l'identité de l'auteur (je trouve qu'il est bien plus sain de la cacher, comme on le fait par exemple en cryptographie) comme de celle du journal (le fait qu'un article soit correct ou pas, nouveau ou pas, bien écrit ou pas, ne dépend pas du journal où on soumet : pour ce qui est du niveau d'intérêt, j'essaie de l'évaluer dans l'absolu, et c'est de nouveau aux rédacteurs de prendre la décision relativement au prestige qu'ils accordent à leur revue et à la largeur de leurs chevilles).

Pour résumer, je me défausse sur les rédacteurs pour toutes les décisions difficiles (i.e., politiques et non techniques). Et comme le travail de rapporteur est bénévole, on peut difficilement me le reprocher !

Flavius (2015-08-24T12:49:49Z)

J'ai lu ton récit beaucoup d'intérêt! Merci. Je voulais réagir a ta phrase " l'immense majorité des articles mathématiques ont pour objet de démontrer un résultat nouveau". J'en suis sur que tu as déjà été rapporteur d'un article pour un journal mathématique. Imagine que tu reçois un article conjectural a lire ou il y a que des conjectures expliquée a partir de certaines analogies entre plusieurs domaines mathématiques. Même si l'article te plait, tu risques de te sentir obligé de décliner l'article (sauf si tu vois que l'auteur est une sommité dans les domaines). Un jeune mathématicien pourra toujours courir pour exposer sa vision de voir le future d'un domaine. Je ne sais pas ce que tu en penses..
avis d'un mathématicien.

jonas (2015-08-23T16:47:46Z)

Ok, I'll try to keep this advice in mind for my thesis (which I'm writing). I already know that multiple equivalent definitions can be very interesting. There's a particularly interesting example class of them that I'm already trying to highlight, where there are three equivalent definitions for a function, each of which we need because they each make different basic properties of that function easy to prove.

N (2015-08-23T10:50:43Z)

Merci pour cet article, vraiment.

En sidenote, je me retrouve régulièrement à retrouver le fil d'une recherche (et de ma pensée) grâce à mon bête navigateur Web. Je me dis que ce serait formidable d'écrire automatiquement quelque part tous les documents que je consulte, à savoir la page Web, à telle date, mais aussi carrément tel PDF, à telle page. Lire une chronologie de lecture aide la mémoire à se souvenir assez bien du fil de la pensée je trouve.

Mundaneum (2015-08-23T09:02:52Z)

Google-Alphabet te lit avec avidité puisqu'il célèbre aujourd'hui Paul Otlet !

Dr. Goulu (2015-08-23T07:39:34Z)

pour la gestion des articles, regarde Mendeley ou Zotero (http://www.drgoulu.com/2013/10/25/comment-gerer-ses-articles )
En remplissant les champs, mots-clés, abstract et notes tu devrais pouvoir retrouver un article plus facilement…

Antoine (2015-08-22T21:22:06Z)

*tousse tousse* rajouter ".sci-hub.org" après le TLD d'une URL d'un article *tousse tousse*

Fred le marin (2015-08-22T19:19:08Z)

"Que nul n'entre ici s'il n'est géomètre !"

J'étais donc resté à l'entrée de ce Palais formel (et tout pétri d'éternité…).
L'extérieur (surtout le frontispice) était d'un blanc quasi éblouissant mais l'intérieur, trop difficile à percer du regard, semblait ténèbres pures.
Sur les différents murs, hauts de cent coudées : ellipses rouges, paraboles bleues, lemniscates de Bernoulli et autres conchoïdes noires et vertes.
Les jardins aux alentours sentaient bon l'analyse vectorielle : rotationnels, et même la statue de l'horrible Laplacien, figé en sphériques, côtoyaient gaiement des formules barbares mêlant (sans pudeur aucune) les uns aux autres.
Les colonnes du Temple - infini - avaient le bon goût d'être circulaires vues de haut et rectangulaires vues de face.
Je rôdais dans les allées connexes, déjà un peu perdu dans la Matrice, et ce pour toujours ?
Une autre fois, un petit chemin à angle obtus (et à l'écart de ces longues géodésiques) me conduisit à une étrange pierre tombale de forme hexagonale.
Dessus étaient gravés, comme dans du marbre : une image d'un simple sextant, une d'un rapporteur, et enfin mon nom.
Bien-sûr, je subodorais que la divine maîtresse des lieux - topologiques - avait soigneusement laissé l'intérieur du Palais froid et vide de toute chaleur humaine.
D'ailleurs, l'Antique Serpent y sifflait tout au fond, avec une inébranlable insistance : "'stuce !" qu'il répétait ad vitam aeternam.
Poussière, ainsi j'étais redevenu (pour jamais ?) poussière de Cantor…
Mais mon esprit errant (dans de sombres éons) gardait, par la grâce miraculeuse de l'Archange, la puissance du continu !
Oui, il y aura des suites (et peut-être même à valeurs complexes).
Aussi, je tente d'en écrire ce soir un premier terme, pour le moins énigmatique (à l'instar d'un baiser volé la nuit sur les docks) :
u0 = "Pourquoi ?"


You can post a comment using the following fields:
Name or nick (mandatory):
Web site URL (optional):
Email address (optional, will not appear):
Identifier phrase (optional, see below):
Attempt to remember the values above?
The comment itself (mandatory):

Optional message for moderator (hidden to others):

Spam protection: please enter below the following signs in reverse order: d0ea36


Recent comments