Comments on Quelques conseils pour donner des conseils

ska (2011-10-13T10:07:59Z)

La formation au coaching que j'ai suivie m'a enseigné une compétence inestimable : celle de *ne pas* donner de conseils.

Comme tu le dis, on n'a pas toutes les contraintes - en d'autres termes, on n'est jamais à la place de l'autre. Et si l'autre n'est pas un abruti complet, on peut supposer qu'il aura déjà envisagé - et rejeté pour une raison qui lui appartient - la solution que, benoîtement et naïvement, on se prépare à lui conseiller.

Les gens sont assez intelligents pour trouver tout seuls les solutions qui leur conviennent. Ils n'ont pas besoin qu'on leur dise quoi faire.
En revanche, ce qui est très fréquent, c'est qu'ils ne soient pas dans le bon état d'esprit pour rechercher ces solutions. Quand on se focalise sur un problème, on finit par ne plus voir que le problème, et ne plus être capable de penser positivement.

Le but du coach est d'accompagner son client dans sa réflexion, de la manière la moins intrusive possible. Il pose les bonnes questions pour orienter le client vers la recherche de solutions. Dans mon expérience, c'est infiniment plus efficace - et plus gratifiant, aussi - que le simple spammage de conseils plus ou moins avisés.

JML (2011-08-28T02:02:50Z)

Remarque préalable : quand j'ai besoin d'aide, c'est que j'ai du mal à me mettre à ma place… Alors, essayer de se mettre à la place de l'autre, c'est bien, sauf si on espère y réussir !!!

Quand on me demande de l'aide et que «faire X» me semble une bonne idée, la formulation interrogative «Pourquoi ne fais-tu pas X ?» est souvent une bonne approche : non-intrusive et honnête (puisque, justement, je ne vois pas ce qui empêche de faire X). Je dirais que ça marche bien tant que le problème est au niveau de l'analyse : soit la personne explique pourquoi ce n'est pas pertinent, et l'échange continue, soit elle est illuminée (… localement ;) ) et tu as sa reconnaissance éternelle ; mais si la réponse est «je n'en ai pas la force» (analyse OK mais réalisation bloquée) c'est une autre histoire… Aucun conseil direct ne peut résoudre complètement la situation, une transformation (transfiguration? transmutation? un truc profond quoi) est nécessaire, qui dépasse largement la sphère intellectuelle. Enfin bref, là, le cas moins fréquent heureusement, j'ai pas de recette miracle. Je pense tout de même qu'arriver à formuler que c'est un problème de force est un grand pas en avant tant qu'il n'est pas franchi…

Vicnent (2011-08-05T22:33:02Z)

déjà, quand on aura viré les problèmes d'égo… :-)

W (2011-08-05T10:32:31Z)

"Donner des conseils" n'est pas une activité au but bien défini.

Les conseils que tu donnes ici (à part celui de ne se fâcher, qui m'a l'air bon dans tous les cas) partent de l'hypothèse que de donner des conseils à quelqu'un a pour but unique (ou prioritaire) de trouver la solution qui lui semblera la meilleure à lui.
Ce que tu dis tiens aussi si le but est que l'autre choisisse une solution que tu lui proposes, quelle qu'elle soit, par exemple s'il faut le dissuader de celle qu'il a trouvée tout seul (ex : commettre un crime).

Mais il y a encore d'autres cas. Imaginons qu'un collégien ou lycéen de ta connaissance vienne te demander conseil au sujet de ses devoir à la maison de maths. Il est tout à fait possible que ce qui lui convienne le mieux soit que tu lui rédiges la solution complète, et que ça te demande même moins d'efforts que de lui expliquer les choses. Ton choix ?
Autre situation : Si je suis amené à donner à quelqu'un un conseil qui rentre en conflit avec une règle de vie qu'il s'est donnée et que je ne comprends pas (ex : ne pas manger des mammifères du genre Sus), ma première réaction ne sera pas forcément de chercher une solution compatible avec cette règle de vie, et *si* je le fais, ce sera plus pour la masturbation intellectuelle que pour trouver une solution au problème de mon interlocuteur qui l'encourage dans la croyance que sa règle de vie est justifiée.
Ça ne signifie pas "ah, tu n'aimes pas mon conseil ? eh bien va te faire foutre avec ton problème", ça signifie "je suis prêt à te convaincre que la solution que je propose est la meilleure, et à te laisser essayer de me convaincre qu'elle ne te convient pas, et à la fin les connaissances d'au moins un de nous deux auront augmenté". En clair, devant le but de trouver une solution qui convienne à mon interlocuteur j'en fais passer un autre, ici la recherche de la vérité.

Quizas (2011-08-04T11:42:54Z)

Je suis tout à fait d'accord avec ce que tu dis.

Donner des conseils relève finalement de la maïeutique : l'idéal est d'arriver par le dialogue à faire que l'autre trouve tout seul la meilleure solution, ou, lorsqu'il la connaissait déjà mais refusait de l'admettre (cas extrêmement fréquent, en fait), l'adopte définitivement (avec le danger qu'il vous le reproche après).

D'une manière générale, « convaincu malgré lui / garde son avis », donc inutile de convaincre l'autre à toute force. Mieux vaut l'écouter et user de psychologie.

Natacha (2011-08-04T09:42:28Z)

Un autre point qu'il me semble pertinent d'ajouter est qu'il peut être bon d'apprendre aussi à ne *pas* donner de conseil. Il m'arrive d'exposer des problèmes juste pour l'oreille amicale, sans espérer de conseil (par exemple parce que l'interlocuteur est moins compétent que moi sur ce sujet) ; et je suis alors assez gênée de le voir s'empêtrer à essayer de formuler un conseil utile, généralement sans oser l'arrêter. J'ai déjà sérieusement pâti de cette situation <URL: http://instinctive.eu/weblog/03A-mon-chef-vient-de-mars >.

Sur un sujet connexe, même si j'ai peur que ça passe pour de l'autopromotion basique, mais je me demande si une autre raison pour laquelle certains s'obstiennent sur X est la difficulté à corriger les erreurs des autres. J'ai écrit la dessus concernant l'image de moi <URL: http://instinctive.eu/weblog/016-coquilles-peintes >. En bref, quelqu'un a une fausse image de moi, ou fourni un conseil inutile parce qu'un de ses présupposés est faux. Dans l'espoir de communiquer cette erreur, je formule ce qui serait appelé en programmation un patch, qui remplace l'erreur par quelque chose de juste. Mais l'interlocuteur semble bloqué en mode "append-only", et le patch est déformé de façon à n'être qu'un ajout aux pensées existence, de sorte que non seulement l'erreur initialement présente est encore là, mais en plus la déformation introduit souvent de nouvelles erreurs. Je n'ai pas le souvenir d'avoir déjà vécu ça du côté du donneur de conseil/destinataire du patch, mais il peut y avoir un biais qui empêche de le voir chez soi. Aurais-tu été dans une telle situation (et dont tu serais à présent conscient) ?

Enfin, pour finir sur une citation de F'murrr que j'aime beaucoup : « Donner un conseil peut rassurer quelqu'un, mais il ne faut pas en tenir compte. La seule chose importante dans le conseil, c'est la marque d'attention. Le conseil lui-même est toujours bon à jeter. »

Olivier (2011-08-04T09:41:26Z)

Comme disent les anglophones : "Quand tu n'as pour seul outil qu'un marteau, tous les problèmes ressemblent à des clous."

Il en va souvent ainsi des solutions qu'on propose.

sbi (2011-08-04T08:09:45Z)

Tu glisses rapidement cette idée en parlant d'oreille amicale mais souvent, par
la technique dite du «nounours(*)», parler de son problème aide à lâcher un peu
de pression et de soucis voire de le synthétiser et d'en avoir une vue
d'ensemble plus claire.

(*) Un sysadmin, quand il n'avait pas le temps d'écouter ses collègues car il
était occupé par ailleurs, leur conseillait de raconter leur problème à son
ours en peluche sur l'étagère. Parfois, cela suffisait, et ils repartaient sans
attendre qu'il ait fini ce qu'il faisait. À terme, ils s'adressaient
spontanément au nounours, même quand lui n'était pas au bureau!

Parfois aussi, et c'est une idée proche, des apparentes demandes de conseils
n'en sont pas, mais des prétextes pour se plaindre. En ce cas comprendre cela
sous la forme «on me colle un problème sur les bras, faut que je trouve une
solution» est hors sujet. C'est peut-être plus fréquent avec les filles?
Difficile à confirmer/mesurer.


You can post a comment using the following fields:
Name or nick (mandatory):
Web site URL (optional):
Email address (optional, will not appear):
Identifier phrase (optional, see below):
Attempt to remember the values above?
The comment itself (mandatory):

Optional message for moderator (hidden to others):

Spam protection: please enter below the following signs in reverse order: 95806c


Recent comments