Comments on Premier TD, un an plus tard

Monkister (2006-02-18T15:58:13Z)

Pour tout ce qui concerne les souvenir et le Temps, lire, relire, s'impregner, encore et toujours d'À la recherche du temps perdu, chef d'oeuvre merveilleux qui répond a à peu près tous les problèmes de la vie. Deux extraits pour le problème qui te concerne, un du début de la Recherche, un de la fin.

"Certes, ce qui palpite ainsi au fond de moi, ce doit être l'image, le souvenir visuel, qui, lié à cette saveur, tente de la suivre jusqu'à moi. Mais il se débat trop loin, trop confusément ; à peine si je perçois le reflet neutre où se confond l'insaisissable tourbillon des couleurs remuées ; mais je ne peux distinguer la forme, lui demander, comme au seul interprète possible, de me traduire le témoignage de sa contemporaine, de son inséparable compagne, la saveur, lui demander de m'apprendre de quelle circonstance particulière, de quelle époque du passé il s'agit." Du côté de chez Swann.

"Si c'était cette notion du temps incorporé, des années passées non séparées de nous, que j'avais maintenant l'intention de mettre si fort en relief, c'est qu'à ce moment même, dans l'hôtel du prince de Guermantes, ce bruit des pas de mes parents reconduisant M. Swann, ce tintement rebondissant, ferrugineux, intarissable, criard et frais de la petite sonnette qui m'annonçait qu'enfin M. Swann était parti et que maman allait monter, je les entendis encore, je les entendis eux-mêmes, eux situés pourtant si loin dans le passé. Alors en pensant à tous les événements qui se plaçaient forcément entre l'instant où je les avais entendus et la matinée Guermantes, je fus effrayé de penser que c'était bien cette sonnette qui tintait encore en moi, sans que je pusse rien changer aux criaillements de son grelot, puisque ne me rappelant plus bien comment ils s'éteignaient, pour le réapprendre, pour bien l'écouter, je dus m'efforcer de ne plus entendre le son des conversations que les masques tenaient autour de moi. Pour tâcher de l'entendre de plus près, c'est en moi-même que j'étais obligé de redescendre. C'est donc que ce tintement y était toujours, et aussi, entre lui et l'instant présent tout ce passé indéfiniment déroulé que je ne savais que je portais." Le Temps retrouvé.

D'accord c'est un peu long, mais c'est Proust, ne l'oublions pas. Extraire deux phrases signifie bien souvent extraire au moins dix lignes.
Ce sont deux passages choisis un peu arbitrairement par mes souvenirs mais il me semble que le premier exprime (suberbement, comme toujours) ce sentiment d'un passé à la fois flou et net, difficile à saisir, à dater et à ordonnner.
Le second lui fait plus écho à cette double sensation de souvenirs qui nous sont en même temps proches et lointains, tout en restant terriblement présents en nous.
Mais je ne pense pas qu'il y ait besoin de plus de paraphrase. Le texte se suffit largement à lui-même.


You can post a comment using the following fields:
Name or nick (mandatory):
Web site URL (optional):
Email address (optional, will not appear):
Identifier phrase (optional, see below):
Attempt to remember the values above?
The comment itself (mandatory):

Optional message for moderator (hidden to others):

Spam protection: please enter below the following signs in reverse order: 5a89b5


Recent comments