Comments on Fragment littéraire gratuit #58 (pour une cause juste)

Ruxor (2005-10-05T10:45:38Z)

Bon, on s'écarte du sujet, donc stop. Et à l'avenir tout commentaire sur un de mes fragments littéraires gratuits (comme toute autre entrée mais spécialement eux) qui ne concerne pas le fragment en question sera particulièrement susceptible d'être refusé sans aucun « stop » préalable de ma part (on s'était plaint que j'avais fait comme ça dans le passé sans avertissement, j'ai essayé de prévenir, mais manifestement les gens ne savent pas se retenir de dévier le sujet, alors j'avertis une fois pour toutes).

Pierre (2005-10-05T10:11:36Z)

Bruno : de plus, je faisais un amalgame de tes interventions, hein… ma réaction n'était pas seulement dirigée vers celle-là.

Pierre (2005-10-05T10:10:27Z)

D'accord avec les deux points. La répétition de la critique, par contre, est stérile. Qui plus est, foirmuler une réserve fait réfléchir, prendre un ton de procureur braque. Si ça t'agace tellement, n'en parle plus. Construit de ton côté. Ne t'en occupe même pas. Débrouiller le bien du mauvais pour des sujets aussi vagues et quelque chose que chacun a à faire pour son compte ; le jugement de valeur l'empêche de facto. La position d'un Wittgenstein est plus féconde ; je reste en dehors, je n'attaque pas.

BrunoNation(autodidacte) (2005-10-05T09:08:29Z)

Autocritique à la 3ème personne en essayant de suivre les hauts et bons conseils savants (site de M-L NG) : Lettre a.

Les apagogies acidulaires et acrimonieuse de cet aliboron acescent et accostant, abalourdissent sans alenter. Dès lors, Nous ardons, sans nous alenter par quelque agraphie, et sans athymie, avec nos atticismes et apophtegmes acuminés et après nous être chacun promptement arraisonné,
qu'il apparoisse l'appétence peu accorte pour l'acédie et l'abasie de cet âne acéphale.

L'âne qui vient à résipiscence.

BrunoNation(autodidacte) (2005-10-04T20:30:20Z)

--> Pierre

Humm, Heidegger et Freud chercheurs français et normaliens des années 1970 … Nous sommes tous des Chercheurs Français Normaliens des années 70 :-) !

MAIS You have a point ! j'essairai de ne plus en parler.

sur un plan technique tout de même :

1- si le fait même de répéter une critique est une preuve d'envie, alros on immunise la chose critiquée de toute critique (sauf peut être de l'intérieur et encore, on peut toujours faire des différence ie. entre normaliens, chercheurs ayant réussi ou non, médiatisé ou non …)
2- une critique peut être entièrement motivée par l'envie, le ressentiment, la frustration … et être vraie. Il n'y a pas de rapport logique entre les motivations et les faits ou jugements de valeurs vériconditionnels.

Pierre (2005-10-04T19:39:48Z)

Bruno : ça devient lassant, les attaques à répétition, de l'Ecole Normale, de la Recherche en France, des philosophes français des années 1970. ça sent un peu la frustration envieuse.

Nicolas (l'autre) (2005-10-04T13:33:37Z)

Autre lecture :
Hitler sur son lit de mort.

BrunoNation(autodidacte) (2005-10-04T08:50:51Z)

--> Explicitation : euh Bah …. non.

mais bon, il y a des gens pour lesquels Heidegger, Lacan, Kristeva, Virilio, Derrida & Company post-modernes sont … clairs et même qui en vivent !

Une trop grande clarté a des désavantages pour le sérieux. Comment ne pas rire en lisant "Psychopathologie de la vie Quotidienne" de Freud par exemple.

phi (2005-10-02T19:05:50Z)

hum, 9, 43, 58… les épisodes se rapprochent…
et ce thème du mourant me laisse une impression de déjà-lu (dans les FLG)
Mais, foin des pinaillages exégétiques, phi vous livre le reste de l'histoire!
<spoiler>
Le Libérateur a cru qu'il pouvait libérer l'humanité des dogmes (vous savez, tous ces trucs en -isme) et construire une humanité enfin libre, qui prendrait ses décisions sans les a prioris plus ou moins absurdes qui avaient jusqu'ici obscurci son passé. Hélas, de délégation en subdélégation, ses sujets ont fondé un nouveau dogme afin de mieux assurer la nouvelle liberté et bannir les anciens dogmes, que les spécialistes appelèrent (ironiquement?) paragödelisme.
</spoiler>

Explicitation (2005-10-02T18:12:18Z)

S'émanciper des bases matérielles de la vérité inversée, voilà en quoi consiste l'auto-émancipation de notre époque. Cette «mission historique d'instaurer la vérité dans le monde», ni l'individu isolé, ni la foule atomisée soumis aux manipulations ne peuvent l'accomplir, mais encore et toujours la classe qui est capable d'être la dissolution de toutes les classes en ramenant tout le pouvoir à la forme désaliénante de la démocratie réalisée, le Conseil dans lequel la théorie pratique se contrôle elle-même et voit son action. Là seulement où les individus sont «directement liés à l'histoire universelle» ; là seulement où le dialogue s'est armé pour faire vaincre ses propres conditions.

Guy Debord in "La société du spectacle ".

C'est clair, non ?


You can post a comment using the following fields:
Name or nick (mandatory):
Web site URL (optional):
Email address (optional, will not appear):
Identifier phrase (optional, see below):
Attempt to remember the values above?
The comment itself (mandatory):

Optional message for moderator (hidden to others):

Spam protection: please enter below the following signs in reverse order: b22071


Recent comments