Comments on Légume

Rrose (2004-08-02T22:42:29Z)

Népomucène a écrit:
"Mais plutôt que de te répéter "va voir quelqu'un", je me permets de t'inviter à te demander ce qui fait, pour toi, la difficulté de la démarche de consultation. Je te demande cela, parce que je pense instinctivement à deux raisons (opposées l'une à l'autre) pour lesquelles on peut avoir envie de ne surtout pas consulter: d'une part, la crainte de devoir tout déballer, alors qu'on n'a pas envie de tout déballer, juste de dire que ça va mal et que, grosso modo, on n'en peut plus; d'autre part, la crainte de tomber sur une espèce de machine automatique à prescrire des médicaments."

J'en verrais quelques autres (en général, je ne parle pas spécifiquement de Ruxor, hein):
-l'idée que de toute façon, ça ne servira à rien, qu'il n'existe rien d'efficace… Et plus généralement une certaine apathie qui fait que toute nouvelle décision peut être épuisante à prendre
-la peur de se faire rire au nez ou d'avoir droit à une leçon de morale

GLaG: merci pour les précisions (à lire ton mail, j'avais l'impression que tu décrivais la situation de thésard/ ATER un peu trop comme un eldorado, d'où une certaine surprise…)

Serge Piriou: j'avais vu le témoignage en question dans Libé, et même écrit à son auteur (qui m'a confirmé mon impression, à savoir qu'une bonne partie des chiffres qu'il cite, que ce soit sur le coût de la scolarité d'un étudiant en prépa par rapport au DEUG, à celui du magistère par rapport à un étudiant de licence/ maîtrise, à la proportion de normaliens respectant leur engagement décennal, étaient
absolument pifométriques… et probablement exagérés). Cela dit, ce qui me frappe plus dans cette histoire n'est pas tant le côté "impôts gaspillés" (parce que bon, on pourrait aussi aller voir du côté des militaires, par exemple…) que le côté "statuts précaires, énergie gaspillée, jeunes chercheurs souvent traités comme de la m… pour souvent se retrouver à la fin avec des emplois sous-qualifiés" (les cas ne manquent pas dans mon entourage, que ce soient des normaliens ou pas d'ailleurs).

Anonymous Coward #1252 (Alexandre) (2004-08-02T21:16:45Z)

Non David, tu n'est pas un légume; je te verrais plutôt comme en attente, d'une chose ou d'un être que tu n'as pas encore identifié. Et pendant ce temps, tout le reste devient inintéressant. Courage!
Cela dit, je ne te croyais pas anthropophage!!! je voulais simplement dire que les gens voudraient savoir comment tu conçois la relation amoureuse, si tu est prêt à t'y investir, etc…

Ruxor (2004-08-01T20:08:08Z)

Rassure-toi, Alexandre, j'ai très peu de fantasmes canibales (même sur d'autres légumes !), et, quand j'en ai, j'ai la décence de faire cuire ma viande (c'est vrai, ça : sinon on risque d'attraper plein de cochonneries prioniques genre maladie du Kuru).

À part ça, si tu veux une réponse sérieuse, c'est sans doute mieux par mail. :-)

Anonymous Coward #1245 (Alexandre) (2004-08-01T19:55:56Z)

Ruxor, tu veux baiser avec un mec… ok… mais… euh… comment? tu pourrais préciser ce que tu attend? moi pas avoir envie d'être découpé en rondelles et mangé tout crû…

Anonymous Coward #1245 (Alexandre) (2004-08-01T19:53:05Z)

C'est facile d'avoir Pi=5 pour certains cercles, par exemple d'un rayon donné; l'avoir pour tous les cercles, je doute que cela soit possible, du moins dans les espaces métriques sur |R. Dans les espaces non euclidiens classiques, Pi=3.14… reste le Pi limite des petits cercles.

Anonymous Coward #1244 (2004-08-01T16:41:19Z)

En fait ta réponse est très proche de celle de mon frère:

* 2Pi est le périmètre du cercle unité (dépend donc de la métrique choisie).

Puis m'a donné cette définition:

l'homomorphisme continu x |--> e(x)du groupe additif (R, +) sur le groupe multiplicatif (U, .)des nombres complexes de module 1 admet en tout point de R,une dérivée égale à 2pi e(x), où pi est une constante >0.

Aussi, je vais me diriger sur les analogues p-adiques de 2·i·pi.

Ruxor (2004-08-01T13:26:45Z)

#1242/1231 → Mouarf. Euh, non, sérieusement, il est difficile de donner un sens à la question, ça dépend essentiellement de ce que tu appelles pi. Si c'est le rapport entre la circonférence d'un cercle et son diamètre, alors il suffit de courber un peu l'espace pour que ce ne soit plus forcément la valeur qu'on lui connaît en espace plat (encore qu'on ne peut pas avoir une valeur constante du rapport autre que celle des espaces plats) ; cependant, ce n'est pas changer vraiment la valeur de pi, ça, mais je doute que cela ait un sens (plus que changer, disons, la valeur de 42, ou de 1729…). Soit dit en passant, la « bonne » valeur, c'est 2·pi (et même 2·i·pi, en fait, car c'est la période de l'exponentielle), pas pi ; il me semble avoir entendu un exposé sur les analogues p-adiques de 2·i·pi, mais je ne sais plus quelle était la conclusion.

Anonymous Coward #1242 (1231 déçu) (2004-08-01T01:17:21Z)

Ben alors?
Moi qui m'attendais à un post de 400 lignes pour m'expliquer que ma question était stupide ou pire qu'elle était très intéressante et très difficile mais que (bien sur) tu avais trouvé la réponse essentiellement exacte.
Au lieu de ça, quelques remarques totalement inutiles sur ton halogène et tes besoins sexuels (ça baise un matheux ???)
Bon j'ai plus qu'à me renseigner sur les blogs de polytechniciens…(c'est dire ma déception)

Ruxor (2004-07-29T21:41:54Z)

Au fait, AC #1229, ta solution, elle me plaît bien, hein !

Donc, s'il y a un beau garçon qui a envie d'offrir à Ruxor une semaine d'amour et de sexe non-stop, qu'il ne se prive pas de se faire connaître. :-)

Niki (2004-07-29T17:51:26Z)

Et si tu allais travailler en bibliothèque ? Ne serait-ce que le matin. Ca marche bien ça.

Ruxor (2004-07-29T16:40:26Z)

Ouais, j'ai réussi à changer mes ampoules (et pas seulement deux, mais trois, parce qu'il y en a une troisième qui a grillé entre temps) ! Même que maman-Mouton m'a aidé pour me motiver, merci à elle. Ceci dit, j'ai mis un 200W dans mon halogène, au lieu d'un 300W, par erreur, faut encore que je rechange ça (ça fait vraiment trop sombre).

Tiens un touriste (2004-07-29T16:24:52Z)

Courage:

Changer deux ampoules, c'est dur. C'est a peu pres infaisable sans sollicitation externe, mais si nous t'appuyons tous, tu *peux* y arriver. J'y suis moi meme arrive la semaine derniere.

Tiens si ca peut t'aider a te motiver, je m'_engage_ a changer le tube a neon de ma cuisine (et un tube a neon, c'est une autre affaire qu'une ampoule !!!) si tu reussis a changer tes ampoules disons sous quinzaine.

Tu peux le faire, bonne chance !

Anonymous Coward #1234 (Sebastien) (2004-07-29T15:01:18Z)

Hm, j'en arrive à cette conclusion 1) par pure paranoïa 2) parce que quand même je le pense ("L'amour, non.", échange de 2-3 mails il y a 3 semaines environ).
Enfin bon ;p

Anonymous Coward #1232 (1180 Gilles) (2004-07-29T12:22:35Z)

Ce qui m'étonne avec Ruxor (après avoir lu la quasi totalité de ses entrées) c’est sa propension à s'indigner à propos de sujets "futiles" (l'adoption d'un protocole inapproprié en info par exemple) et à hausser les épaules à propos de sujets un peu plus "essentiels" (cf la "polémique" sur l'utilité des E.N.S.)
Aussi, je pense que tes déprimes viennent d'un manque d'idéaux clairs.

En effet, tu n'as pas l'air très pro gay et plus généralement, tu n'as pas un militantisme (ou du moins actif) qui pourrait éventuellement te maintenir (artificiellement quelques fois) "debout".

Au passage, je ne connais rien de plus déprimant (exaltant quand on trouve quelque chose) qu’une thèse en Géométrie Algébrique (Grothendieck is watching you)

Tu ne sembles pas de plus disposé à te mettre « en danger » :J’entends par la que tu restes exclusivement dans des secteurs (maths, info ou littérature) où tu sais que ton excellence académique sera décisive.

N’as-tu jamais envisagé – par exemple – de t’engager dans une action éducative (tutorat, club mathématique, séminaires) à l’intention de jeunes défavorisés scolairement ?

P.S. J’ai lu les derniers posts sur le sujet qui nous a précédemment « opposés » :c’est effectivement n’importe quoi ! Et tiens à préciser que je suis fier de mes origines modestes. (#1205 et « 1206)

Anonymous Coward #1231 (2004-07-29T11:26:18Z)

Ruxor

Une question qui te réveillera peut etre:

- Peut on se poser la question de savoir ce que serait le monde si PI ne valait pas 3,1415… ?
par exemple est ce que cela a un sens de se demander comment on dessinerait un cercle si PI valait (par exemple) 5 ?

En fait, ma vraie question est de savoir qu'elle est la définition de Pi la plus indépendante de tout environnement (espace euclidien, etc).

Chrodegang (2004-07-29T10:18:58Z)

Tu as raison Anonymous Coward #1229, mais je ne peux pas cette semaine. Ruxor va devoir patienter jusqu'à la semaine prochaine ! Saura-t-il attendre ?

Niki (2004-07-29T08:26:23Z)

Bonjour ! Le soleil "vient" de se lever, encore une belle journée… Levée à 9h30, opérationnelle à 10h15.

Anonymous Coward #1229 (2004-07-29T08:13:35Z)

Fichez la paix à Ruxor avec vos psychanalystes, psychothérapeutes et autres Xanax, Survector ou Prozac. Ce dont il a besoin, c'est d'un copain. Pour cela, deux solutions. Soit il sort de sa piaule et va dans la rue : il y a plein de beaux mecs qui l'attendent dehors. Il est timide et complexé ? C'est un charme de plus, et désespérément rare. Autrement, que le plus sexy (surtout pas le plus intellectuel) d'entre nous se dévoue pour lui donner ce qui lui manque à en mourir : une semaine d'amour et de sexe, non stop !

Anonymous Coward #1226 (GLaG) (2004-07-29T05:58:57Z)

Rrose -> je suis moi aussi ex-thésard, ex-normalien, etc etc… ; la déprime après avoir atteint un objectif difficile (rentrer à l'ENS, finir sa thèse, obtenir un poste de MCF ou au CNRS, par exemple pour rester en maths) est connue. Mais chez David le problème semble plus profond.

Ruxor -> si je fais un diagnostic, il vaut ce qu'il vaut et je n'apporte pas de solution. Et les lecteurs de ce blog, ou tes amis, malgré toute leur bonne volonté, non plus, pas de manière permanente. Mais se serait bien le diable s'il n'y avait pas sur terre -et même sur la région parisienne- une personne capable de mieux t'aider, à défaut "de résoudre tout tes problèmes".

Frederic B (2004-07-29T05:41:50Z)

Serge P. : Tes arguments sont pour le moins discutables, et confinent au cynisme. Tu payes des impots ? Tres bien. Mais cela ne te donne aucun droit de regard sur l'usage detaille qui en est fait, autre que par ton droit de vote. Il y a des inspecteurs des finances, une cour des comptes. Et puis, en reclamant un retour sur investissement (quel cynisme !) tu consideres que David est une machine, et si tu payes pour cette machine, tu en veux pour ton argent.

Le but de l'ENS n'est pas de donner des sous a des eleves pour qu'ils s'amusent : il est de "former les futurs professeurs et chercheurs francais" (en gros). La question de l'elitisme est un autre probleme, mais que veux tu ? Tu dis "Pourquoi payer pour des Grandes Ecoles qui restent quand meme elitistes. T'as touché 4 ans voire plus avec une these à la clé. Arrete ton egoisme, il en faut pour tout le monde."
Il en faut pour tout le monde. Ben, on retrouve l'idee recue que j'avais deja reperee dans ton message precedent : les vases communiquants. Ensuite, sur le "pourquoi payer pour des Grandes Ecoles qui restent quand meme elitistes" : comme je l'ai dit plus haut, le but des ENS est de former des chercheurs. Que l'on prenne de bons eleves pour en faire des chercheurs, cela coule de source. Voudrais-tu que les ENS tirent leurs eleves au hasard parmi les francais de 20 ans ? Et pour achever sur le "retour sur investissement", je crois que grosso-modo, etant donne qu'une large proportion de normaliens fait carriere dans le public, il est tres largement rempli, car la carriere publique n'est pas tres attrayante a priori a partir d'un certain niveau (en particulier pour des raisons salariales).

Anonymous Coward #1225 (Népomucène) (2004-07-29T05:00:10Z)

"décider d'aller voir un psy, c'est très, très dur, ça me fait vraiment mal, et je me demande à la limite si au moment où j'arriverai à franchir ce pas je n'aurai pas *déjà* résolu mes problèmes. Enfin bon."

Suis tout à fair d'accord quant à la difficulté qu'il y a à consulter, et plutôt d'accord sur la suite. Mais tu n'es pas obligé non plus d'attendre.

Mais plutôt que de te répéter "va voir quelqu'un", je me permets de t'inviter à te demander ce qui fait, pour toi, la difficulté de la démarche de consultation. Je te demande cela, parce que je pense instinctivement à deux raisons (opposées l'une à l'autre) pour lesquelles on peut avoir envie de ne surtout pas consulter: d'une part, la crainte de devoir tout déballer, alors qu'on n'a pas envie de tout déballer, juste de dire que ça va mal et que, grosso modo, on n'en peut plus; d'autre part, la crainte de tomber sur une espèce de machine automatique à prescrire des médicaments.

Si ça peut t'encourager, je pense que ni l'un ni l'autre de ces "inconvénients" (le terme ne convient sans doute pas mais bon) n'est insurmontable, ni même probable dans sa réalisation. Déjà, il y a d'autres approches que celles de type analytique où l'on est "obligé" (le terme ne convient pas non plus, mais z'avez vu l'heure) de tout déballer. Tu peux n'aller chez un psy que pour dire, tout platement, tout bêtement, tes symptômes, sans te sentir obligé de lui raconter ta vie depuis maternelle supérieure et il te proposera une stratégie pour essayer de sortir de cette situation (médocs et entretiens réguliers "de soutien", par exemple), et il ne te forcera pas à parler plus que tu ne le souhaites, même s'il te demandera sans doute des renseignements sur toi. Et pour l'autre crainte (tomber sur la machine automatique), à mon avis, sa réalisation est hautement improbable, et si tu veux parler plus que ce que le médecin en question ne te ferait parler, il suffit de le lui dire.

(Il peut certainement y avoir des tas d'autres raisons d'appréhender à l'idée de consulter, et les tiennes ne sont pas forcément celles-ci, mais je parle déjà de celles que je vois.)

En tout cas, et même si c'est le genre de formules qui ne mange pas de pain: courage, bonhomme.

Anonymous Coward #1224 (Piriou) (2004-07-29T03:47:57Z)

J'explique aussi mon precedent propos des impots par ceci.C'est edifiant à lire.
Texte/Témoignage d'Alexandre Schubnel, ancien du magistère de Sciences de la Terre et de l'ENS, à propos de la situation actuelle des jeunes chercheurs … parue dans Libération récemment.

Je copie ici l'intégralité de l'article, il est pertinent dans le contexte actuel et malgré son pessimisme assez représentatif de la situation actuelle :

Formé à Paris, embauché au Canada - jeudi 11 mars 2004

En y réfléchissant bien, je suis peut-être le symptôme du dysfonctionnement de l'éducation supérieure française… Après un parcours modèle dans les instituts vitrines de la nation classe préparatoire au lycée Henri-IV, entrée à Normale sup, magistère de sciences de la Terre, DEA à l'Institut de physique du Globe de Paris, thèse au laboratoire de géologie de l'Ecole normale de Paris, soutenue avec les félicitations du jury , le fait est que je dois encore trois ans de ma vie à l'Etat… Je suis en effet lié à ce dernier par un contrat décennal depuis mon entrée à l'ENS j'avais 20 ans. Ce contrat a été rompu par l'Etat en septembre et je me suis retrouvé sans emploi. Si j'avais la force de rigoler, j'ajouterai même que j'ai été congédié «sans préavis», et je pourrais alors me rêver en redresseur des torts de tous les camarades de bancs universitaires de ma génération tous partis comme moi à l'étranger en poursuivant l'Etat aux prud'hommes. Bien sûr, seul, je ne le ferai pas…
A la suite de ma thèse, et après un premier postdoctorat de six mois en Suisse, je me suis présenté au CNRS l'année dernière. Sans succès évidemment, puisqu'en sciences de la Terre au moins, le premier round compte pour du beurre et consiste essentiellement à faire la preuve que l'on existe vraiment (parce qu'il paraîtrait que certains chercheurs vivent sur la Lune, voyez-vous), et ce, à nos frais, bien sûr… A l'inverse, au même moment ou presque, j'ai eu des propositions pour faire un postdoctorat au Japon, aux Etats-Unis et au Canada, pour un salaire minimum d'au moins 150 % le salaire d'entrée au CNRS. Je continue cependant de caresser l'idée que je vais rentrer en France, mais pour combien de temps encore. Et je me représenterai donc cette année au CNRS, à mes frais une fois de plus, sans trop y croire : dans ma section, nous sommes 60 candidats pour 4 postes, mon laboratoire d'accueil n'est pas représenté dans la commission et il me reste un an de contrat avec mon institut canadien. Autant de raisons officieuses de ne pas donner un poste à quelqu'un qui manifestement n'est pas dans l'urgence j'ai 27 ans et seulement quatre publications dans des revues de rang A. Cependant, il est utile de rappeler que dans sa gabegie élitiste, l'Etat a dépensé pour ma formation environ vingt fois plus qu'il ne dépense pour un étudiant lambda : un salaire de 1 200 euros par mois pendant sept ans, plus les frais de formation (un élève de classe préparatoire coûte à l'Etat presque dix fois plus qu'un élève de Deug, un étudiant de magistère cinq fois plus qu'un étudiant en licence ou en maîtrise, etc.). La seule explication que j'aie pu trouver et mettre en avant au cours des ans pour justifier cette profonde inégalité du système, c'est ce fameux contrat décennal qui me liait à l'Etat. Aujourd'hui, moins d'un normalien sur deux l'honore. Et comme je vous le prouve, ce n'est pas forcément de son plein gré.
Oui, je veux devenir sismologue plus que tout, depuis que je suis enfant. Oui, j'ai travaillé, souvent dur, pour y arriver. Oui, j'ai su profiter allégrement du système. Oui, je suis privilégié et, à terme, je trouverai probablement un poste, ou du moins c'est ce qu'on m'a toujours assuré, voyez-vous, grâce à ce tampon que j'ai reçu à l'âge de 20 ans. Mais non, je refuse, après dix ans d'études, de rentrer en France pour un contrat d'intérim sous-payé. Non, je me refuse à voir le système qui m'a engendré et émancipé sombrer tel le Titanic, sans essayer de sauver ma peau ! Parce que, soyons sérieux, dans le système élitiste à la française, en réduisant le nombre de postes permanents, le paquebot de l'enseignement supérieur coulera d'autant plus vite que ces postes n'iront plus qu'à des gens comme moi, sélectionnés à 20 ans, lors d'un concours de mathématiques.
Alexandre Schubnel, Toronto (Canada)

N'y voyez pas malice.

Bien amicalement.
Serge Piriou.

Anonymous Coward #1223 (Piriou) (2004-07-29T01:50:21Z)

Sans faire machine arriere sur mon post precedant,je vais essayer d'expliquer mon point de vue.
Ce qui me desespere c'est de ne rien pouvoir faire pour David.Ce n'est pas mon ex-epouse.Je peux pas le foutre dans un avion pour la Guyanne comme j'avais fait avec elle qui me pourissait la vie en se disant pas depressive.
Une semaine en Guyanne à crapahuter et à porter sur le dos sa bouffe à eu raison de sa resistance envers la medecine.
Quand on est rentré en Europe,elle s'est elle meme fait hospitaliser.6 semaines d'hopital à temps plein et autant en hopital de jour et elle etait de nouveau sur pieds.

Rrose.
J'ai pas voulu faire dans la bassesse en ecrivant cela.Je trouve seulement que c'est un grand gachis.Tant de competence dilapidé dans une maladie supposée (depression)que l'on ne veut pas admettre.C'etait ca le but de mon propos et je regrette bcp de m'etre mal exprimé.
N'etant pas psychiatre,je me garderais bien de poser un diagnostique.Mais à lire David,je fais le parrallelle avec ce que mon ex ma fait endurer en son temps.
Mes excuses à ceux que j'aurais pu heurter pas mes propos.

Bien amicalement.
Serge Piriou.

Ruxor (2004-07-29T01:42:18Z)

C'est pas tout de dire « va voir un psy » comme si c'était un truc qui allait résoudre mes problèmes… Déjà, décider d'aller voir un psy, c'est très, très dur, ça me fait vraiment mal, et je me demande à la limite si au moment où j'arriverai à franchir ce pas je n'aurai pas *déjà* résolu mes problèmes. Enfin bon.

GLaG → Tu as sans doute raison, je dois manquer de passion. Mais ce n'est pas quelque chose de facile à trouver, ça, une passion. Il n'y a pas grand-chose dont je sois particulièrement fier, dans ma vie. Enfin, il y en a une, ce sont mes amis, les gens exceptionnels que j'ai l'honneur de côtoyer, et c'est peut-être aussi pour ça que je ne déprime essentiellement que quand je suis seul. Mais bon…

(À part ça, le sentiment « j'ai effectivement tout pour être heureux, je ne devrais pas me permettre de ne pas l'être, c'est ingrat de ma part pour la chance que j'ai », il est plus débilitant qu'autre chose.)

Sébastien → Tes messages m'ennuient ? Gnî ? Comment donc arrives-tu à cette conclusion ?

Rrose (2004-07-28T22:30:22Z)

GLaG: je ne sais pas quelle est ta propre situation, mais un truc qui me vient à l'esprit, c'est que je connais peu de thésards qui n'aient pas eu de gros coups de cafard à un moment ou à un autre (et en particulier en maths, me semble-t-il, peut-être parce que c'est un travail souvent solitaire et sans avoir grand-chose de "pratique" à quoi se raccrocher), parfois c'est allé jusqu'à l'abandon de leur thèse, d'ailleurs. Le mirrrrrifique statut de normalien/ allocataire-moniteur/ ATER n'a pas l'air de résoudre magiquement tous ces problèmes-là (surtout quand à côté il y avait des problèmes sentimentaux, familiaux, ou autres). "Tout pour être heureux", ça ne veut pas forcément dire grand-chose… Et trouver "une passion", ça doit justement être difficile quand on n'a goût à rien.

Cela dit, effectivement, quand ça dure plus ou moins depuis plusieurs années, c'est peut-être une bonne chose d'aller chercher une aide extérieure (d'autant plus qu'on n'a pas grand-chose à y perdre).
Bon, y'a pas un pote de Ruxor "in real life" qui connaît un médecin, thérapeute ou autre sympa et compétent ?

Anonymous Coward #1221 (GLaG) (2004-07-28T22:08:44Z)

Je me retenais depuis un moment, mais bon, j'y vais…je ne te connais quasiment que par tes déclarations informatiques, je n'ai aucune autorité pour faire cela, mais je vais quand même te donner, de manière agressive, ce que m'évoquent tes dernières aventures contées ici ou sur forum.

Ces dernières années tu as été normalien, pendant 4 ans: 1200E par mois et aucune contrainte autre que d'apprendre des tas de choses, ce que tu fais manifestement sans difficultés aucune et avec plaisir. Puis moniteur, ATER: pareil avec quelques heures de TD en plus. Et l'an prochain tu seras caïman, ce qui doit être, parmi les postes existants en France, ce qu'il y a de plus agréable pour toi : peu de contraintes, entouré de mathématiciens compétents, pour apprendre à plein de très bons étudiants qui ne demandent que ça, des mathématiques.
A coté de ça, tu as manifestement de nombreux amis, relations, occasions de discuter, de t'instruire. Et de nombreuses qualités et compétences, hors des mathématiques.

Et l'impression que tu donnes, c'est que tu gaspilles pas mal de ces capacités. On t'entend beaucoup te plaindre, sur toi même ou sur le monde qui est cruel et les autres personnes incompétents, ou désagréables. Mais te ne sembles pas faire beaucoup pour essayer d'améliorer les choses.

Alors non je n'écris pas ça pour rajouter que tu devrais prendre conscience de ta chance, etc etc…(pas que ce soit faux, juste que ça ne sert à rien). Mais le point qui m'inquiète, ce n'est pas "David Madore gaspille son temps à ne pas avancer sa thèse (ou tout autre projet, mathématique, informatique ou autre) et à glander". Plein de gens sont comme ça, et je ne vais pas leur faire la morale. Le souci c'est surtout "Et en plus il est malheureux".

Là, il y a un problème.

Je pense que tout le monde peut constater un état dépressif léger, mais permanent. Et qui ne s'améliore pas avec les années. Et malgré tes excuses, pas très convaincantes (tu as *vraiment* peur de perdre 40 ou 60 euros de consultation inutile ???), aller voir un thérapeute, médecin, psychologue, … serait sans doute bien plus efficace que de remplir ton lit, ce blog et quelques autres lieux.

Mon diagnostic, ce serait, "il te manque une passion", un projet, de quelque nature qu'il soit, qui te donnerait envie de te lever, et surtout qui ferait qu'à la fin tu en seras fier. Manifestement, ta thèse ne t'apporte pas ça. Tes multiples compétences informatiques ne sont pas employées à un véritable but, tes connaissances culturelles non plus, etc…

Voila c'est tout, je n'ai pas de solution, de jolie chute de ce message volontairement aggressif mais qui ne se veut pas méchant. Sans doute inutile, mais depuis le temps que je lis ton blog, il me semble que c'était la semaine pour réagir.

Rrose (2004-07-28T22:02:15Z)

Serge Piriou: l'argument des impôts, je trouve ça assez bas, d'autant plus qu'on ne peut pas dire que les thésards aient des salaires mirifiques qui fassent couler le budget de la France (et si Ruxor avait été motivé par l'appât du gain, il pourrait gagner très largement plus maintenant en étant allé dans une école d'ingénieur plutôt que dans une ENS…) Par ailleurs, il ne suffit pas de se sentir culpabilisé pour arriver à produire de bonnes maths pour autant, et ici il ne s'agit pas que de boulot de toute façon…

Il m'était venu à l'esprit la même comparaison que Frédéric B, à savoir que ce genre de discours moralisateurs risquait d'avoir à peu près la même efficacité que de dire à quelqu'un d'anorexique "pense aux petits africains qui meurent de faim, et finis ton assiette".

La suggestion de Niki a l'air plus constructive. Plus généralement, peut-être que se fixer de "petits" buts chaque jour, avec un horaire fixé (du genre "aller voir tel film qui ne passe qu'à une séance donnée", comme ça ça te forcera à être au cinéma à la bonne heure sans repousser ça à plus tard) aiderait un peu à se recaler à un rythme plus normal ?

Par ailleurs, il y a une foultitude de tests online concernant la dépression, peut-être que tu pourrais au moins essayer d'en faire un pour voir si ça a l'air de correspondre à ce que tu ressens, ça n'engage à rien pour la suite mais ça permet un peu de voir où est le problème…

Essaie de voir un peu de monde en tous cas, même si c'est dur de se forcer quand on n'a envie de rien, après coup on le regrette rarement.

Wawacha (2004-07-28T21:04:11Z)

Ca m'évoque très fortement une dépression. Effectivement, il ne faut pas avoir une peur irrationnelle des antidépresseurs. Quand on a mal à la tête, on prend un cachet pour, quand on a une infection un autre. La dépression (ou autre trouble) est aussi une maladie, il n'y a pas honte d'en avoir mal, pas plus que d'une jambe cassée ou d'un mal de george. Le premier pas est surtout de s'avouer que l'on est malade; c'est le plus difficile.
Bon courage, David, et surtout soigne-toi !

Anonymous Coward #1219 (Persano) (2004-07-28T19:59:37Z)

Tiens bon ! La période estivale peut être très dure pour certaines personnes… et je sais de quoi je parle. Il n'y a pas que la canicule qui peut faire des dégâts en été et pas que les personnes âgées qui peuvent souffrir. D'autres, peut-être trop sensibles, trop isolées, etc., peuvent aussi ressentir comme une impression d'abandon et de solitude accrue. Je ne te connais pas mais je suis certain que tu trouveras le moyen de reprendre le dessus. Je suis heureux de connaitre ce Blog. Personnellement, il contribue a m'aider à traverser ce désert qu'est l'été dans les grandes villes…

Niki (2004-07-28T19:52:40Z)

J'ai le même problème. Je peux t'appeler demain matin, comme ça on fait d'une pierre deux coups : moi ça m'oblige à me réveiller pour pas avoir l'air d'une truffe et toi… bah… driiiiing ! Si tu es d'accord, envoie-moi une e-mail pour fixer l'heure.

Anonymous Coward #1216 (Sebastien) (2004-07-28T17:23:27Z)

Un jour,
Un jour, bientôt peut-être.
Un jour j'arracherai l'ancre qui tient mon navire loin des mers.

(Henri Michaux, Clown)

Partez en voyage Monsieur Madore, nourrissez vos (si beaux) yeux. Ah si j'étais un ami, je partirais en votre compagnie…Mais rien que mes messages vous ennuient…

Anonymous Coward #1215 (Piriou) (2004-07-28T17:05:10Z)

Frederic B.
Loin de moi l'idée de jalousie ou d'envie.
Je constate seulement mon incurie envers David,car faut bien lui donner un nom et surtout l'incurie de l'ENS envers ses "Magistiriens(nes).Ruxor,(David Madore)l'explique si bien,malgrés que je n'ai pas tout compris.
Comme je paie des impots et que j'aimerais parfois avoir mon retour sur paiement,je me pose cette question.
Pourquoi payer pour des Grandes Ecoles qui restent quand meme elitiste.
T'as touché 4 ans voire plus avec une these à la clé.Arretes
ton egoisme,il en faut pour tout le monde.
Je poste depuis peu sur le Blog de david,mais j'ai envie de pouvoir continuer de le lire.Pour la seule raison qu'il se reprenne en main et justifie des lors les impots que je paie.
Là j'ai fait dans la mechancheté crasse,mais elle ne s'adresse pas seulement à Ruxor.

Bien Amicalement.
Serge Piriou.

Frederic B (2004-07-28T15:31:35Z)

Serge P. : Mais non, ca ne marche pas comme ca. C'est un peu comme les commentaires pour culpabiliser les enfants qui ne mangent pas leur epinards : par respect pour les petits somaliens qui meurent de faim, et qui revent d'avoir ces epinards sur lesquels tu crache… En pratique, que l'on les mange ou pas, cela ne change en rien le sort des somaliens en question. De meme, pour les talents intellectuels : que David les utilise ou pas, cela ne changera rien (en tout cas, pas au premier degre, je ne dis pas que cela n'aura pas des consequences au second degre ou plus) au sort de personne. Si ce n'est au sien, mais c'est a lui de decider. Et sur le cote "par respect pour les personnes qui n'ont pas ces capacites et qui auraient aime les avoir", c'est une anerie. Le droit d'avoir un potentiel n'autorise personne a decider de ce que les autres doivent faire, tout le monde est d'accord. Je ne vois pas pourquoi l'_absence_ de ce potentiel autoriserait qui que ce soit a decider non plus.

Anonymous Coward #1213 (GG) (2004-07-28T12:11:54Z)

T'as parfaitement raison Serge Piriou, c'est injuste…

Anonymous Coward #1212 (Piriou) (2004-07-28T11:41:42Z)

Ruxor.
Tu as une chance de cocu,celle d'etre doué en maths et d'avoir obtenu un poste de "caiman".(cf,post precedent).Si tu finis ta these et surtout si tu la soutiens,(les portes du CNRS ou autres,je ne connais pas trop)te seront ouvertes.
A te lire,c'est ton but final.
Alors fais plaisir au beotien que je suis et qui aurait aimé etre à ta place en te bougeant les doigts du cul pour reagir.
Tant de capacités de travail perdu sur son matelas à ecouter peter les mouches.Comme dirait G. Marchais:-"C'est un scandale"-.

Bien amicalement.
Serge Piriou.

Anonymous Coward #1211 (Ruget) (2004-07-28T11:16:50Z)

#1209
c'est prévu: réforme LMD et *diplôme* d'ÉNS. Nous venons d'ailleurs de recruter un caïman (un certain Matador, ou qqch comme ça) qui devrait prendre à coeur cette question.

Anonymous Coward #1210 (McM) (2004-07-28T10:42:22Z)

Ce post clôt définitivement ma lecture de ce blog. Adieu David

Mouton (2004-07-28T10:05:30Z)

Et quid du conseil que je t'ai donné d'aller voir certaines personnes qui sont sur Paris ? De bosser ta thèse, ce genre de chose… Dis-toi que le moment où il faudra sortir de cet état arrivera nécessairement, et que plus il arrivera tard, plus ce sera pire (en particulier, il revient quand, M Colliot-Thélène ?). Juste fais l'effort de te bouger, ou voyage, ou juste appeles quelqu'un… 'fin bouge, quoi. Tu *sais* faire ça…

Matoo (2004-07-28T09:16:08Z)

Quel genre de légume alors ? Parce qu'il doit y en avoir de plus cool que d'autres ? :o)

Anonymous Coward #1209 (2004-07-28T08:39:32Z)

Il faut que le gouvernement lance un programme de réinsertion de ces jeunes en déshérence, sans diplôme ni expérience, qui, à force de chomage, d'inactivité et d'oisiveté, finissent par passer leurs journées désocialisés, ne parlant plus qu'à leur télé. Si on veut remettre ces jeunes au travail, un plan de grande ampleur est nécessaire. C'est pour cela que nous lançons aujourd'hui le plan banlieue.

Rrose (2004-07-28T08:06:01Z)

Ce qui est un peu curieux, c'est que ce que tu décris correspond pas mal à ce que j'ai lu sur la dépression saisonnière (envie de rien, hypersomnie, hyperphagie…) mais en général, c'est plutôt en automne ou en hiver que ce genre de choses arrive, pas en plein été…

A part ça, je rejoindrais un peu l'avis de Népomucène dans les commentaires du 18/7 sur les antidépresseurs, qu'il ne faut pas diaboliser (en particulier pour avoir constaté que ma grand-mère vit infiniment mieux avec que sans- en l'occurrence, chez elle la dépression se manifestait surtout par une hypocondrie permanente qui finissait l'empêcher d'avoir des activités, et qui au passage était assez usante pour tout son entourage, depuis qu'elle prend un antidépresseur léger elle a la pêche, sort plus, voit plus de monde, et donc forcément ça va mieux… Ce n'est pas juste du "bonheur artificiel" sucré). Bon, à côté de ça, je suis bien placée pour savoir qu'il y a des cas où ça a à peu près autant d'effets que des cachous (et encore, les cachous, au moins, c'est bon à manger).

Sinon est-ce que tu ne pourrais pas essayer de te fixer des activités à horaires fixes avec des amis, histoire d'avoir une raison impérieuse (et positive) de te sortir du lit le matin ? (Je sais que quand ça ne va pas, ça peut être le truc le plus dur de la terre de se lever le matin…)

Anonymous Coward #1208 (GG) (2004-07-28T07:35:45Z)

You have the power but you keep it all to yourself

Ruxor (2004-07-28T07:23:45Z)

Ah, tout à fait. Mais la question est : est-ce qu'on a vraiment envie d'en sortir ? C'est une façon drôlement pratique d'éviter de vivre, quand même.

Anonymous Coward #1122 (2004-07-28T07:17:59Z)

Je pense surtout que l'on peut rester indéfiniment dans la position de légume si on ne fait pas un effort très tôt pour e n sortir : genre à 8h, on dit pas « Ah, encore un peu », on se lève et on prend direct une douche, et ça réveille bien. Après *on ouvre les volets* et après *on va changer ses ampoules* et après on va à la fnac, au cinoche ou dans un parc, et en général ça va mieux.


You can post a comment using the following fields:
Name or nick (mandatory):
Web site URL (optional):
Email address (optional, will not appear):
Identifier phrase (optional, see below):
Attempt to remember the values above?
The comment itself (mandatory):

Optional message for moderator (hidden to others):

Spam protection: please enter below the following signs in reverse order: 77bf39


Recent comments