Comments on Paycheck — et le voyage dans le temps

Anonymous Coward #652 (Jeff) (2004-03-08T17:22:14Z)

Et sinon, dans un autre sens, as-tu pensé à dédoubler le voyageur? (excuse-moi de cette question un peu facile, mais si on n'hésite pas à créer un chemin de traverse pour le monde entier.. je ne comprends pas trop pourquoi on n'envisagerait pas non plus cette possibilité).

Ruxor (2004-03-06T22:10:13Z)

Florian → J'envisage plusieurs modèles de voyage dans le temps, et dans certains d'entre eux (ceux que j'appelle les modèles « polychroniques avec politique libre d'allocation des mondes »), il y a en effet une division du temps (création d'un nouveau monde, si on veut) à chaque voyage dans le passé, et deux voyageurs qui retournent dans le passé ne peuvent pas se retrouver. Pour le reste, tout est permis, la difficulté est de trouver un modèle qui tient mathématiquement debout et qui envisage tous les cas de figure possibles, et ce n'est pas une mince affaire.

Anonymous Coward #649 (Florian) (2004-03-06T18:52:16Z)

J'ai quelques petites remarques sur le voyage temporel (ou plutôt j'avais, parce que je ne m'en souviens plus très bien maintenant qu'il s'agit d'écrire)(attention je ne suis pas du tout scientifique).
1) Je ne vois pas comment, de toute manière, deux voyageurs, même partis au même moment, peuvent se retrouver puisque l'arrivée même de l'un devrait logiquement provoquer une sorte de division des temps que l'autre logiquement ne peut atteindre, provenant d'une autre branche. Je ne sais plus si ton étude s'intéresse à la possibilité que chaque modification dans le monde fasse naître un embranchement.
2)Je me dis aussi qu'en fait, on pourrait essayer de se demander ce qui arrive explicitement à celui qui voyage. Je ne sais pas si raisonner sur des cas alors que c'est une conscience singulière à qui le temps apparaît épuise la question. Est-ce que le temps ne peut pas se brouiller seulement pour le voyageur lui même, est ce que l'ordre, la continuité, la logique ne peuvent pas se froisserpour lui le temps de retrouver un nouvel équilibre (est-ce que c'est du sollipsisme, je ne crois pas.. c'est dire seulement qu'il n'y a réellement de temps qu'en conjoingnant un monde spécifiquement configuré et un observateur à travers qui ce monde est configuré ).
3) Enfin, est-ce qu'on ne pourrait pas imaginer une dimension supplémentaire au temps, une sorte de plasticité, d'unité qui permettrait aux modifications de transmettre leurs vibrations vers le passé et l'avenir jusqu'à ce que se stabilise un nouvel équilibre ? Enfin, pour l'observateur, ne peut-on pas penser que les modifications, les différents registres de temps se mêlent comme des fluides plutôt que de se différentier, se culbuter, s'autonomiser ?
Je veux dire, est-ce qu'on est obligé de parler du temps comme si on pouvait se mettre à l'extérieur du temps, ou ne doit-on pas plutôt parler d'un temps du temps ?
Florian

Anonymous Coward #636 (Bix) (2004-03-03T15:35:44Z)

L'idée du changement qui met un certain temps à se propager, comme une information, a été explorée par Terry Pratchett dans un Disque-Monde : Mortimer.
Avec beaucoup d'humour bien entendu.

Anonymous Coward #624 (bidibulle) (2004-03-01T19:44:32Z)

c'est marrant Jeff, c'est une idée envisagée dans un roman de SF de John Varley: "Millenium" chez Denoel…
Le roman est rigolo (c'est le point fort de Varley…). Par contre la fin est baclé…

Anonymous Coward #618 (Jeff) (2004-03-01T14:08:14Z)

J'ai une idée à te soumettre qui n'a pas été abordée dans ton texte (que j'ai lu avec attention, chapeau, bon résumé), qui a l'air de concerner vaguement la relativité comme ça, mais qui peut aussi s'expliquer dans un monde homogène en temps:

Et si les modifications du passé mettaient un certain temps à arriver au "présent", en gros, si on voit les modifications, les choix effectués par un voyageur dans le passé comme une certaine quantité d'information, combien de "temps" cette information va mettre pour se propager selon l'axe temporel jusqu'à un certain temps donné t, en particulier le temps auquel le voyageur est parti?

Si en particulier un homme remonte le temps pour tuer sa grand-mère, peut-il survivre à ce meurtre un certain temps, correspondant à l'intervalle de temps nécessaire à ce que l'information du meurtre remonte jusqu'à son présent? présent de sa naissance auquel il est lié par une relation, à retardement peut-être elle aussi, qui ferait qu'arrivé à un certain temps de propagation, il disparaîtrait pour laisser sa grand-mère réapparaître un temps plus tard, et.. ouais bon ok ca nécessite un peu de recherche, mais est-ce prometteur?

Phersu (2004-02-29T21:37:02Z)

David Lewis, dans son célèbre article "The Paradox of Time Travel", cite des nouvelles de Robert Heinlein qui respectent scrupuleusement la logique.

Anonymous Coward #609 (Bidibulle) (2004-02-29T20:57:04Z)

Salut ruxor!!
Il y a un bouquin trés amusant écrit par David Deutsch intitule "L'étoffe de la réalite" chez Cassini. Il contient un chapitre sur les voyages dans le temps, qui expose des idées ressemblant beaucoup aux tiennes. Le ton est plus que britannique: il présente une montagne d'idées plus farfelues les unes que les autres avec le plus extrème sérieux. A lire, ca vaut bien toute la SF. Des fois je me demande si D. Deutsch et G. Egan ne sont pas une seule et meme personne…

phi (2004-02-29T19:19:31Z)

Quelques idées pour le voyage dans le temps en général
Dans le l'hypothèse monochronique, on peut aussi imaginer qu'une boucle contradictoire conduit à une catastrophe qui neutralise la zone considérée (non mais, qu'est-ce que c'est que la "matière noire" à votre avis?) ou bien la fait osciller (et les quasars, hein?). D'ailleurs, on n'a pas non plus fait connaissance avec une civilisation extraterrestre; donc la destruction des civilisations survient avant la mise au point du voyage intersidéral, peut-être à cause du voyage dans le temps, finalement?
Les voyageurs temporels vont chercher à minimiser leur intervention, ce qui exclut formellement d'en avancer la connaissance, tout autant que d'en retarder la découverte. Il est donc tout à fait normal de ne pas avoir eu connaissance de voyageurs du futur, ce qui le cas échéant relèverait du plus haut secret. Même les conspirationnistes adeptes de la zone 51 ne semblent pas au courant.
Le danger, c'est l'effet papillon; mais on montre également que si les variations sont dans le détail imprévisibles à moyen terme, il y a des situations d'équilibre dont il n'est pas facile de sortir.
On peut aussi imaginer que si je tue ma grand-mère, le cosmos va backtracker et faire comme si rien n'était (les morts subites, ça vient d'où à votre avis?) tandis que la partie du cosmos en boucle en détache de l'univers principal pour s'effondrer sur elle-même et produire un (big?) bang.

maher (2004-02-29T18:06:14Z)

"La jetée" est sortis en DVD chez arte vidéo avec un autre film. J'ai aussi une version rippé sur cd…

denis f (2004-02-29T16:48:42Z)

Pour David : As-tu lu les deux nouvelles classiques d'Heinlein ("By His Bootstraps" et "All You Zombies") ainsi que l'ahurissant livre de David Gerrold "The Man Who Folded Himself" (et en plus, celui-là est plein de références homosexuelles :-))? Bon, ils ne sont pas parfaits, en un sens, mais *très* supérieurs à ceux que tu cites…

chernuble (2004-02-29T15:47:03Z)

à propos de L'armée des 12 singes, il faut signaler que c'est une variation libre sur La Jetée, sorti en 1962 (NB, 29 min), de Chris Marker (ça doit encore passer à L'Accatone), et qui reste, malgré les qualités du film de Gilliam, indépassé, sinon indépassable, dans la catégorie du voyage monochronique.
Et un grand film d'amour avec cela.

phi (2004-02-29T12:01:52Z)

Il faudrait quand même écrire une "Apologie de la masturbation", un de ces jours… Sur Google (<URL: http://www.google.com/search?q=+%22Apologie+de+la+masturbation>) on trouve surtout "Apologie de la masturbation feminine", quelques pages sur la masturbation masculine, et RIEN sur la masturbation intellectuelle! Après on s'étonnera de ce que certains ici se sentent incompris.

cossaw (2004-02-29T10:23:59Z)

Même avis sur Paycheck, globalement. Ca ne tient pas la route au delà du stade film d'action qui se laisse voir avec plaisir, cependant.
J'aime beaucoup l'auteur dont c'est vaguement tiré, et il a plus souvent et plus finement joué avec les "conflits" temporels que ce film…
Que ce soit dans "The man in the High Castel", "Ubik", "Now, wait for last year" ou en plus déjanté la trilogie (en réalité tétralogie) finale, il a su s'amuser avec les réalités alternatives, en déjouant les atours scientifiques (il n'explique rien, ou presque, parce qu'il sait qu'il n'a pas les éléments pour le faire)…
---begin spoilers---
L'idée générale du film est de l'ordre de l'étude de la prédestination : est-ce que le futur est écrit d'avance, peut-on le changer ? Science-fictionnellement parlant, c'était là tout l'intérêt - y compris dans le fait que le héros, ayant vu le futur a su se doter des éléments nécessaires au succès de sa mission.
Et puis, bon, les bouquins de Dick sont rarement des bons scénarions pour film d'action, alors… il a fallu rajouter et ce qui a été rajouté n'est pas forcément méga cohérent.
La touche finale, le grand classique de Dick, ce qui remet toujours tout en question, a été saboté : au lieu de poser une question morale au spectateur, ici on lui dit direct "t'as vu, le héros, il est bien intelligent : il a pensé à s'acheter le ticket gagnant…". Bon, d'accord. Ca ne vaut pas le $ à face de Joe Chip d'Ubik
---end spoilers---


You can post a comment using the following fields:
Name or nick (mandatory):
Web site URL (optional):
Email address (optional, will not appear):
Identifier phrase (optional, see below):
Attempt to remember the values above?
The comment itself (mandatory):

Optional message for moderator (hidden to others):

Spam protection: please enter below the following signs in reverse order: 365ac8


Recent comments